mercredi 16 novembre 2016

Et si le vote libéral francophone s'effondrait?

Le dernier sondage Léger, avant répartition des indécis, accordait au PLQ seulement 19% des intentions de vote parmi les francophones. Ce chiffre est anormalement bas, même pour les libéraux. 

Avec 31% des intentions de vote au total (après répartition), les libéraux gardent toutefois la tête de justesse devant le PQ (à 30%).

Cependant, les libéraux pourraient-il vraiment garder le pouvoir avec seulement environ 20% du vote francophone? J'ai décidé de tester le modèle.

En supposant un appui moyen de 20% des francophones, les libéraux n'auraient qu'un maigre... 2% de l'emporter (et il s'agirait d'un gouvernement minoritaire). La CAQ aurait 0.5% de l'emporter (aussi minoritaire), soit une seule fois sur 200 simulations. Et le PQ? Avec un effondrement du vote libéral francophone, le parti souverainiste gagne 97,5% des simulations (76% minoritaire et 19,5% majoritaire).


Sur le graphique suivant, on remarque que même si les Libéraux remportent encore le vote populaire plus souvent que le PQ, le nombre de sièges allant au PLQ plafonne.





En effet, sur deux cents simulations, le PLQ gagne le vote populaire 54,5% des fois contre 45,5% pour le PQ (et 0% pour la CAQ). Petit fait intéressant: parmi le 19,5% des simulations qui donnent le PQ majoritaire, le vote péquiste moyen n'est que de 31,8%. A-t-on déjà été dirigé par un gouvernement majoritaire ayant obtenu moins d'un tier du vote populaire? Nous sommes ici, je crois, en terrain inconnu.




Alors, non: les Libéraux ne peuvent pas compter que sur 20% du vote francophone et espérer remporter les prochaines élections. C'est à suivre.