mercredi 21 décembre 2016

Et Québec solidaire dans tout ça?

Québec Solidaire se trouve dans un zone intermédiaire entre «petit parti» et «parti établi». Certes, QS ne se trouve pas dans la même discussion que le PLQ, le PQ ou la CAQ, mais on ne peut pas non plus comparer QS au Parti vert ou au Parti conservateur du Québec.

(Ceci étant dit, le PCQ pourrait gagner une certaine influence en région - en particulier dans le Centre du Québec. J'en parlerai dans un prochain billet.)

Dans la dernière projection, QS obtient en moyenne 10,1% du vote (ce qui serait son score le plus élevé) et 3,2 sièges. Voici la distribution des sièges en fonction du vote populaire pour QS:


On remarque qu'il y a peu de corrélation entre le vote populaire total et le nombre de sièges. Ceci s'explique bien sûr par le fait que notre système FPTP ne récompense pas (ou très peu) une fraction de vote étendu sur un grand territoire. Les sièges que gagnent QS dans la projection se trouvent tous sur l'axe central de l'île de Montréal où leurs votes sont davantage concentrés. Au minimum, QS obtient le résultat catastrophique d'un seul siège (celui de M. Khadir). Au plus, QS obtient.... 6 sièges!

(Ce gain de six sièges est survenus lors de la toute dernière simulation: Gouin, Mercier, Verdun, Sainte-Marie-Saint-Jacques, Hochelaga-Maisonneuve à Montréal et Taschereau, au centre-ville de Québec. Essayez d'imaginer la fête sur le Plateau Mont-Royal si Québec solidaire emportait six sièges...)

Présentement, Françoise David (Gouin), Amri Khadir (Mercier) et Manon Massé (Sainte-Marie-Saint-Jacques) sont tous favoris pour remporter à nouveau leur circonscription respective (même si le comté de Mme Massé est considéré comme un comté pivot).

La stratégie de QS devrait de continuer à viser quelques circonscriptions-clés, puisqu'une augmentation du vote populaire au niveau national, même de quelques points, n'influencera pas beaucoup le résultat final. Aurais-je tort de croire que le scénatio rêvé des Solidaires seraient une victoire du Parti québécois par gouvernement minoritaire où QS détiendrait la balance du pouvoir? Si tel scénario est leur but, le fait de gagner de 4 à 6 sièges améliorerait leur pouvoir de négociation.


Je ne peux pas spéculer sur une possible coalition entre le PQ et QS, outre de dire que je comprends le désir de l'opposition de chasser les Libéraux du pouvoir. Mais à quel prix? La projection actuelle de sièges n'est guère douce envers le PLQ. Il peut être battu sans cette coalition.

De plus, une coalition PQ-QS ne risquerait-elle pas d'aliéner les électeurs centristes et ceux de centre-droite? Je peux envisager un scénario où la CAQ profiterait grandement d'une union PQ-QS.

Les Québécois sont-il prêts pour un vrai virage à gauche? Parce que je vois mal QS s'agenouiller devant les demandes et désirs du Parti québécois...

* * *

J'ai publié l'image suivante sur Twitter hier:


Je travaille présentement sur un nouvel aspect de la projection: des cartes interractives de la province entière où les résultats des dernières projections seront présentés. Ça va me prendre encore quelque temps à préparer, mais ça viendra!

Merci à tous mes lecteurs et lectrices. Je vous souhaite joyeux Noël ou joyeux peu-importe-ce-que-vous-célébrez.


Suivez Qc125 sur Twitter: @Qc_125.