mardi 31 janvier 2017

Chiffres Qc125 comparés aux récents sondages (janvier 2017)

La dernière projection Qc125 est le résultat de 1000 simulations d'élections prenant en compte les sondages Léger et CROP des six derniers mois, avec une pondération plus importante aux sondages récents. (Cliquez ici pour CROP janvier 2017 et ici pour Léger janvier 2017).

De plus, les récentes tendances électorales régionales ainsi que les résultats des élections partielles depuis 2014 ont été pris en comptes dans le modèle. En effet, il y a eu pas moins de treize (!!) élections partielles depuis avril 2014, alors il est impossible d'ignorer la voix des électeurs de ces comtés. Seule la circonscription de Chauveau, ancien siège de Gérard Deltell, a changé de main lors de ces treize partielles (Chauveau est maintenant représenté par Véronyque Tremblay du PLQ).

Voici les moyennes et écarts-types des résultats de ces 1000 simulations:

  • Les Libéraux sont en tête avec 32,9% ± 1,9%;
  • Le Parti québécois est deuxième avec 28,6% ± 1,6%;
  • La CAQ n'est pas loin derrière avec 24,6% ± 1,5%;
  • Québec solidaire obtient 9,8% ± 0,9%;
  • Les autres partis obtiennent 4,1% ± 0,2%.

Selon leurs publications respectives, CROP accorde à QS 11% des intentions de vote, tandis que Léger place la formation de gauche un peu plus bas, à 9%. Le modèle Qc125 donne à QS essentiellement la moyenne de ces deux valeurs.

Jetons un coup d'oeil aux appuis des trois principaux partis. Considérez la figure suivante:


Les barres de couleur plus foncée représentent l'écart-type du vote populaire des 1000 simulations. Les barres plus pâles (et plus allongées) tracent les valeurs plus extrêmes - et donc moins probables - obtenues lors de la compilation des résultats. Vous remarquerez que les derniers chiffres des grandes firmes de sondages se trouvent à l'intérieur d'écarts raisonnables.

Pour nous assurer que les distributions de vote populaire sont statistiquement fiables, nous pouvons tracer la probabilité du vote populaire de chaque parti - ici par tranche de 0,5%.


Ces courbes ressemblent à des courbes normales (donc gaussiennes)! Traduction? Je peux aller de l'avant avec l'analyse de ces données en toute confiance. Si ces colonnes avaient été hautement asymétriques ou distribuées aléatoirement, je ne pourrais pas simplement supposer que les résultats des simulations sont statistiquement fiables.

(D'où l'avantage d'augmenter le nombre de simulations... en effet, en effectuant que 200 ou 300 simulations, les colonnes ci-dessus ne sont pas aussi « élégantes ».)

La première projection Qc125 a été publiée à la fin novembre 2016. Certes, j'ai effectué beaucoup de changements et apporté de nombreuses d'améliorations aux codes du logiciel depuis, mais maintenant que nous avons une troisième projection à nous mettre sous la dent, nous pouvons tracer un graphique de l'évolution des projections mensuelles.


Ce graphique sera mis à jour après chaque nouvelle projection (à chaque mois).

Au cours des prochains billets, je passerai au peigne fin les scénarios de victoires pour chaque parti, les distributions régionales et autres particularités de ces 1000 simulations.

Bon mardi à tous et toutes!


* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

dimanche 29 janvier 2017

Carte de la projection du 28 janvier 2017

Voici la carte de la projection du 28 janvier 2017. Les pourcentages énumérés ci-dessous sont les probabilités de victoire d'un parti dans chaque circonscription. Les marges d'erreurs ne sont pas inscrites ici, car les chiffres présentés ne sont que l'énumération des résultats des simulations. Les incertitudes statistiques (moyennes et écarts-types) au niveau national sont inscrites dans le billet de la projection.

En regardant ces chiffres, je ne peux m'empêcher de détecter quelques petites aberrations statistiques (0,1% que le PLQ remporte Marie-Victorin? Un  « LOL » ici est tout à fait approprié), mais justement: les aberrations statistiques surviennent dans n'importe quel modèle. L'approche rigoureusement scientifique dans ce cas est justement de ne pas cacher les aberrations, mais de les mettre en contexte.

En effet, il semble ridicule que les Libéraux puissent gagner le comté de Marie-Victorin - mais justement: ils ne le gagnent qu'une seule fois sur 1000 simulations. C'est un scénario hautement improbable. Ces quelques aberrations statistiques n'enlèvent rien au modèle - et je dirais même qu'elles le légitiment davantage.

Au total, la projection du 28 janvier 2017 compte pas moins de 45 comtés pivots*. Une analyse plus approfondie de ces comtés pivots sera publiée dans un prochain billet [Ajout: voici le billet en question]. Les comtés pivots sont désignés sur les cartes par des couleurs plus pâles afin qu'ils soient facilement identifiables.

(*Qc125 définit comme « comté pivot » une circonscription où aucun parti ne possède une probabilité supérieure à 67% de l'emporter. Si un parti ne peut gagner au moins les deux tiers des simulations dans un comté donné, alors ce comté ne peut pas être considéré comme « sûr ».)

À noter: il n'y a pas encore de colonne « autre » dans les tableaux, mais ça viendra sous peu. Toutefois, la carte est programmée pour inclure les autres partis (d'ailleurs, la carte du Nord du Québec indique 3,8% de probabilité de victoire à « AUT » dans Duplessis: il s'agit ici de Bernard Gauthier).

Bonne lecture!

* * * * * *

Est de Montréal




Ouest de Montréal




Laval




Couronne nord




Montérégie




Capitale nationale et Beauce





Laurentides-Lanaudière




Gatineau-Outaouais




Centre du Québec et Mauricie




Cantons de l'est




Côte-Sud et Gaspésie




Abitibi, Saguenay et Nord du Québec






* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

samedi 28 janvier 2017

Projection du 28 janvier 2017: Libéraux favoris, mais minoritaires

Après le tollé causé par les divergences statistiques de Léger et CROP juste avant la période des Fêtes, plusieurs - y compris moi-même - avaient particulièrement hâte aux chiffres de janvier. Sans trop de surprise, les sondages de janvier ont convergé quelque peu et les différences entre CROP et Léger se trouvent à l'intérieur des marges d'erreur.

J'avais surtout hâte de faire rouler le simulateur et publier une nouvelle projection officielle (la première de 2017). J'ai décidé d'essayer une méga séance de simulations: 1000 au total. Mon ordinateur a roulé sans cesse pendant près de 21 heures consécutives.

Et bien, voici enfin les résultats tant attendus.


Les Libéraux sont favoris pour remporter l'élection, mais ne gagnent qu'un peu moins de deux tiers des simulations: soit 65,5%, dont 64,8% avec un gouvernement minoritaire et 0,7% avec une majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

Le Parti québécois vient deuxième avec des victoires dans 30,5% des simulations. Toutes les simulations gagnées par le PQ sont minoritaires (le PQ obtient entre 60 et 62 sièges à quelques reprises, ce qui serait suffisant pour former un gouvernement de coalition (très) hypothétique avec Québec solidaire. Nous reviendrons à cette possibilité dans un prochain billet.)

La Coalition Avenir Québec ne gagne que 3 fois sur les 1000 simulations effectuées. Évidemment, ces rares victoires caquistes sont toutes minoritaires.

Il y a égalité dans 3,7% des simulations:
  • 3,5% égalité PLQ-PQ
  • 0,1% égalité PLQ-CAQ
  • 0,1% égalité PQ-CAQ*
(* Étrangement, cette simulation où le PQ et la CAQ sont à égalité pour le gouvernement, le gagnant du vote populaire est... le PLQ. Nous aurions droit à tout un téléroman!)

D'ailleurs, le PLQ remporte le vote populaire dans 92% des simulations et le PQ dans les 8% restants. Aucune des simulations ne donne la CAQ gagnante du vote populaire.

Le PLQ récolte en moyenne 50,0 sièges (ce qui égalerait son score de l'élection de 2012) avec un vote populaire de 32,9%.

Le PQ gagne en moyenne 43,8 sièges avec 28,6% du vote.

La CAQ quant à elle remporte 28,2 sièges en moyenne avec une fraction du vote de 24,6%.

Finalement, Québec solidaire remporte ses trois sièges avec 9,8% du vote.





Comme pas moins de 1000 simulations ont été effectuées, les courbes de probabilités de sièges remportés ressemblent à des courbes normales (des courbes gaussiennes ou « scientifiquement sexy » comme m'a déjà dit mon prof de maths).

On remarque d'ailleurs à quel point la probabilité d'un gouvernement majoritaire est faible. S'il y a une constante depuis quelques mois, c'est qu'à moins d'un revirement de situation majeur, le prochain gouvernement sera probablement minoritaire.



Les distributions régionales ne contiennent pas vraiment de surprises. La moitié est de Montréal est divisée en trois (PLQ, PQ et QS). L'ouest de Montréal est rouge, tout comme Laval. La Montérégie est divisée en trois parties quasi-égales.

La région de Québec est particulièrement intéressante: la CAQ mène et les Libéraux tiennent bon, mais les comtés où les Libéraux sont en tête sont des comtés pivots (couleur rose sur la figure ci-dessous). Il n'en manquerait pas beaucoup pour que le PLQ ne perde ses sièges dans la Capitale.

La lente, mais réelle montée du Parti conservateur du Québec gruge des appuis au PLQ et à la CAQ. Nous n'avons pas encore des chiffres précis sur leurs appuis par circonscription, mais Léger accorde au PCQ 7% des intentions de vote dans la région de Québec, ce qui surpasse la moyenne de Québec solidaire. Au niveau provincial, les appuis au PCQ sont de 3% selon Léger (CROP n'a pas inclu le PCQ dans ses choix de réponses).


La couronne nord de Montréal, les Laurentides et Lanaudière sont des batailles entre le Parti québécois et la CAQ. Le PLQ n'est pas compétitif dans ces régions.

Le Centre du Québec appartient à la CAQ. La Mauricie est divisée entre les trois principaux partis.

Les Libéraux dominent encore l'Outaouais et les Cantons de l'est. Le PQ balaie le Nord.

Comme il y a une énorme quantité de données à la suite de ces 1000 simulations, je vais avoir besoin de plusieurs jours pour plonger dans ses détails et ses particularités.

Au cours des prochains jours, les billets Qc125 se concentreront sur cette projection.

La carte complète de la simulation sera publiée demain. J'ai beaucoup de chiffres à traiter (et j'en suis très heureux!). [Ajout: la carte de la projection est maintenant disponible ici.]

Bon samedi à tous et toutes!


* * * * * * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

vendredi 27 janvier 2017

Pas de surprise: CROP et Léger convergent

Le nouveau sondage CROP de janvier 2017 est enfin publié. Voici les grandes lignes:

  • Le PLQ est en tête avec 35% des intentions de vote (-3% par rapport à décembre 2016);
  • Le PQ obtient 27% (+2%)
  • La CAQ est à 25% (+2%)
  • QS est à 11% (+2%)

(Ces chiffres de CROP sont ceux après répartition des indécis.)

Lors du coup de sonde, il n'y avait pas d'autres options offertes aux gens interviewés (pas Option nationale, ni le Parti vert, ni le Parti conservateur). C'est peut-être pourquoi "Autre parti" n'obtient que 2% dans ce sondage.

Bonne nouvelle pour les sondeurs: les chiffres de CROP et ceux de Léger semblent converger. C'est honnêtement ce que je croyais qui devait arriver. Historiquement, Léger a parfois quelque peu sous-estimé le vote libéral et CROP l'a souvent surestimé, mais les chiffres de décembre 2016 étaient, statistiquement, insoutenables. Il semble maintenant que ces chiffres divergents étaient des données aberrantes. En science, ça arrive - et encore plus avec des échantillons statistiques limités.

Quelques remarques à propos des chiffres CROP:
  • Il y a triple égalité dans la région de Québec PLQ-PQ-CAQ. Si ceci vous semble farfelu, et bien... vous n'avez pas tort. Toutefois, le sondage CROP a eu lieu en partie pendant le Conseil national du PQ à Québec. Ce ne serait pas la première fois qu'un conseil national fasse gonfler quelque peu les chiffres d'un parti dans la région où il se tient.
  • Il y a aussi une quasi-égalité dans les régions du Québec, où le PLQ serait à 32%, le PQ à 28% et la CAQ à 29%. Ici, les chiffres de CROP donnent quelques points de plus aux Libéraux que ceux de Léger, mais autrement les chiffres se ressemblent. Lundi, Léger a publié 27% pour le PLQ, 31% pour le PQ et 27% pour la CAQ en région.
  • Les chiffres Léger et CROP pour la région métropolitaine de Montréal sont statistiquement identiques.
  • Les distributions des intentions de vote par langue maternelle sont aussi généralement semblables d'une firme à l'autre. CROP donne 26% du vote francophone au PLQ, alors que Léger lui donne 21%. CROP donne 16% du vote non francophone à la CAQ, alors que Léger écrit 9%. (Les incertitudes sont plus grandes avec des échantillons plus petits, alors ces chiffres ne sont pas nécessairement aberrants.)
Je vais donc entrer les chiffres de CROP dans le modèle et démarrer le simulateur aujourd'hui. Les résultats seront publiés demain.

Enfin des données fraîches à se mettre sous la dent!

Bon vendredi à tous et à toutes!

* * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.
Qc125 sur Facebook: @Qc125

mercredi 25 janvier 2017

Mini séance de 100 simulations en utilisant seulement les chiffres Léger

J'ai démarré le simulateur hier soir en utilisant seulement les chiffres du dernier sondage Léger. Évidemment, les résultats obtenus ne feront pas partie de la projection officielle, car cette dernière considère une moyenne pondérée des plusieurs sondages récents.

Mais ça ne veut pas dire que ce n'est pas intéressant!

Un petit rappel sur les chiffres Léger de janvier 2017:
  • PLQ 32% (+2% par rapport à décembre 2016);
  • PQ 29% (-1%)
  • CAQ 23% (-3%)
  • QS 9% (-1%)
  • PCQ 3% (+1%)
  • Autres 4% 
Les variations se trouvent toutes à l'intérieur de la marge d'erreur (+/-3%)  et donc il est naturel d'affirmer qu'il y a une certaine stagnation/continuité des intentions de vote au Québec. Ce n'est bien sûr pas si surprenant, considérant qu'il ne se passe généralement pas grand-chose politiquement pendant la période des Fêtes. Le mouvement le plus prononcé est du côté de la CAQ avec une baisse de 3%.

J'ai ajouté le Parti conservateur du Québec au modèle, car Léger a mesuré des appuis de 7% dans la région de Québec, ce qui rivalise (et même dépasse) Québec solidaire dans la Capitale.

Comme ce n'est pas une projection officielle, j'ai décidé de limiter le logiciel à seulement 100 simulations. Regardons les résultats:



  • Le Parti libéral gagne 54% des simulations, dont 1% avec un gouvernement majoritaire;
  • Le Parti québécois gagne 44% des simulations, dont 2% avec un gouvernement majoritaire;
  • La Coalition Avenir Québec ne gagne aucune simulation;
  • Il y a une égalité PLQ-PQ dans 2% des simulations;



Du côté de la moyenne des sièges, c'est une quasi-égalité entre le PLQ et le PQ. Avec 32% des voix, le PLQ récolte en moyenne 49,5 sièges, contre 47,9 sièges pour le PQ avec 29% des voix. La CAQ quant à elle récolte en moyenne 24,7 sièges et Québec solidaire, 2,8.



On remarque ici que la baisse de la CAQ profite particulièrement au Parti québécois. Plusieurs des comtés pivots, en particulier en Montérégie et dans Laurentides-Lanaudière, penchent maintenant du côté du PQ.

La montée du Parti conservateur à Québec fait mal aux Libéraux et à la CAQ, même si ces partis dominent encore la région. Cependant, avec en moyenne 7% du vote pour le PCQ, plusieurs comtés confortables pour le PLQ et la CAQ deviennent des comtés pivots (voir figure ci-dessous).


Vous remarquez peut-être qu'il semble y avoir une contradiction dans les figures ci-dessus. Comment se peut-il que le PLQ soit un léger favori pour gagner l'élection (54%), qu'il gagne en moyenne plus de sièges que ses rivaux et pourtant qu'il soit deuxième sur les projections régionales (52 pour le PQ et 50 pour le PLQ)?

Il n'y a pas de contradiction: juste beaucoup plus de comtés pivots. Considérez la figure suivante:


Au cours des 100 simulations, le PQ gagne 27 sièges plus de 2 fois sur 3 (67%), mais il mène aussi dans pas moins de 25 comtés pivots (27+25=52)! Statistiquement, le PQ ne gagne pas tous ces comtés dans une même simulation. C'est pourquoi le PQ est favori dans 52 comtés, mais qu'il n'en gagne en moyenne que 47,9.

Le PLQ possède encore une fois le plancher le plus haut avec 36 sièges. Le plancher du PQ est de 33 sièges et celui de la CAQ, 12.

Les graphiques de probabilités ci-dessus ne sont pas aussi « élégants » que d'habitude, car 100 simulations ne sont pas suffisantes pour obtenir une courbe de distribution normale (courbe de Gauss).

Quelques remarques supplémentaires:

  • Le PQ est encore largement favori dans Duplessis, mais Bernard Gauthier remporte 6% des simulations dans ce comté. Il sera intéressant de suivre la progression des intentions de vote dans cette circonscription de la Côte-Nord. J'espère qu'il y aura quelques sondages locaux en 2017;
  • Au cours de ces simulations, Verdun est un comté pivot. le PLQ remporte ce comté dans 62% des simulations (33% pour le PQ et 5% pour QS); 
  • QS est encore favori dans Gouin, mais sans Françoise David et « l'effet local du chef de parti », les probabilités de gain de QS ne sont plus de 100%, mais bien de 87%.


Évidemment, je rappelle à mes lecteurs et lectrices que ces résultats ne proviennent que d'un seul sondage, alors prudence svp. Aussitôt que CROP publie ses chiffres de janvier, je mettrai à jour la projection officielle qui tiendra en compte les six derniers mois des deux firmes de sondage.

Sur ce, je vous souhaite un excellent mercredi enneigé. Soyez prudents sur les routes!

* * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.
Qc125 sur Facebook: @Qc125

lundi 23 janvier 2017

Nouveaux chiffres Léger: faibles variations

Les nouveaux chiffres de la firme Léger ont été publiés ce matin dans Le Journal de Montréal et Le Devoir.

D'abord, voici les grandes lignes. Après répartition des indécis:
  • Le PLQ est en tête avec 32% (+2% par rapport à décembre 2016);
  • Le PQ est deuxième avec 29% (-1%);
  • La CAQ est troisième avec 23% (-3%);
  • QS est quatrième avec 9% (-1%)
Chez les francophones, le PQ est en tête avec 36%, la CAQ est deuxième avec 27% et les Libéraux sont à 21%.

Le PLQ mène à Montréal avec 38%. La CAQ est en tête dans la région de Québec avec 37%. Dans le reste du Québec, la course est plus serrée, mais le PQ est devant ses rivaux avec 31% des intentions de vote.

Autre observation: le Parti conservateur du Québec est à 7% dans la région de Québec - il est donc impossible de ne pas considérer leurs appuis grandissants dans la Capitale. Le modèle sera ajusté pour prendre en compte ces électeurs. (À l'échelle de la province, Léger accorde au PCQ 3% des intentions de vote.)

De plus, je vais ajouter la candidature de Bernard Gauthier dans la circonscription de Duplessis. Un sondage Léger publié en décembre (sondage que je n'avais pas considéré le mois dernier) accordait à M. Gauthier 27% des intentions de vote dans ce comté, ce qui le place deuxième derrière le PQ.

Je vais donc préparer une nouvelle projection cette semaine. Je vais cependant attendre que CROP publie ses chiffres de janvier avant de lancer les simulations. Il sera intéressant de constater, après le tollé du mois dernier, si les chiffres de CROP et ceux de Léger convergent.

(J'ai quand même l'intention de publier les résultats d'une mini séance de 100 simulations en n'utilisant que les chiffres de Léger).

Pour la prochaine projection, mon objectif serait d'augmenter le nombre de simulations à 500 pour obtenir une meilleure distribution statistique régionale.

Pourquoi pas mille simulations? Deux mille?

Mon ordinateur a besoin d'environ 67 secondes par simulation, donc une séance de mille simulations prendrait près de 19 heures... C'est un peu long.

Ça me prendrait peut-être un processeur plus puissant. Peut-être que l'Agence spatiale canadienne peut m'aider? Ou un généreux lecteur?



* * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.
Qc125 sur Facebook: @Qc125

samedi 21 janvier 2017

Les pires scénarios pour chaque parti

Le titre de ce billet est sans contredit la définition même de l'anti « clickbait », car généralement les partisans d'organisations politiques aiment lire et partager les bonnes nouvelles à propos de leur parti.

Et bien si vous êtes un partisan de bonnes nouvelles pour votre parti préféré, ce billet n'est pas pour vous.

Aujourd'hui, je jette un coup d'oeil aux pires scénarios pour chacun des partis en utilisant les données de la dernière projection du modèle (18 décembre 2016).

Évidemment, j'aimerais rappeler à mes lecteurs et lectrices que le modèle est d'abord et avant tout probabiliste: les simulations décrites dans ce billet sont certes plausibles, mais elles sont peu probables (voir figure ci-dessus). Ce sont les scénarios à l'extrême de la courbe probabiliste - du côté de la médiocrité pour chaque parti.

Commençons avec le parti présentement au pouvoir.

Simulation #103: le vote libéral est réduit à l'ouest de Montréal et Gatineau

Quelques simulations accordaient aux Libéraux 36 sièges une fois les résultats compilés, ce qui serait un score libéral historiquement bas. En effet, il faudrait retourner à l'élection de 1976 (première victoire du PQ) pour retrouver un total libéral aussi affreux (le PLQ n'avait gagné que 26 des 110 sièges à l'époque).

Considérez la distribution régionale suivante:

Le PLQ perd la moitié de Laval, est balayé des Cantons de l'est, de la région de Québec et même de la Côte-Sud. Évidemment, le Parti québécois sort vainqueur de cette simulation, mais son total de 48 sièges ne serait certes pas qualifié d'impressionnant.

Quel parti formerait l'opposition officielle? Il y a une égalité au deuxième rang!

D'autres simulations qui donnaient 36 sièges aux Libéraux en accordaient entre 30 et 34 à la CAQ... et c'est pourquoi je crois que cette simulation est la pire pour le PLQ: il passerait d'un gouvernement majoritaire à une égalité avec la CAQ à l'opposition.

Évidemment, certains pourraient affirmer que 36 sièges n'est pas un total si affreux. En effet, le PLQ possède le plus haut plancher des quatres partis actuels. Autrement dit, parmi les résultats les plus médiocres pour chaque parti, celui du PLQ est le « moins médiocre ».

Regardons le vote populaire de cette simulation:
  • Le PLQ obtient 30,0% (1,6% de moins que sa moyenne);
  • Le PQ prend 30,1% (+1,0%);
  • La CAQ reçoit 27,0% (+0,9%).
Observation intéressante par rapport à ces chiffres: il s'agit du pire des scénarios pour le PLQ et il ne perd le vote populaire que par un maigre 0,1%.

Regardons maintenant le pire scénario pour le PQ.

Simulation #207: le PQ perd le vote nationaliste à la CAQ

Dans la dernière projection, le Parti québécois possède le plus haut plafond (60 sièges), mais son plancher pourrait provoquer d'horribles cauchemards aux électeurs péquistes: un maigre total de 28 sièges - dont seulement 8 dans la grande région de Montréal (Montréal, Laval, Couronne nord et Montérégie).

Le PLQ est gagnant de cette simulation avec 51 sièges et la CAQ forme une forte opposition officielle avec 42 sièges.


En regardant la distribution du vote populaire pour cette simulation, on se rend compte à quel point de petites variations peuvent tout changer dans notre système uninominal à un tour (FPTP):
  • Le PLQ obtient 31,8% du vote (0,2% de plus que sa moyenne);
  • Le PQ gagne 26,8% (-2,3%);
  • La CAQ obtient 27,9% (+1,8%).
Conclusion? Un bloc d'environ 2% qui quitte le PQ pour joindre la CAQ engendrerait ce type de scénario désastreux pour la formation souverainiste. Au cours de l'analyse de la dernière projection, j'ai mentionné à plusieurs reprises que le PQ se trouvait à la limite de la zone payante et la CAQ, juste devant. Ceci est une autre démonstration de ce fait. Le pire des scénarios pour le PQ n'est pas une simulation où le PLQ surperforme son vote par 2% ou 3%, mais bien une situation où la CAQ arrache suffisamment de votes au PQ pour faire balancer les comtés pivots vers le parti de François Legault.

Regardons maintenant le pire des scénarios pour la CAQ. Vous verrez qu'il y a une certaine symétrie avec le pire scénario du PQ.

Simulation #90: la CAQ s'effondre

Et si c'était du côté péquiste que les comtés pivots de la Montérégie et de la Couronne nord devaient tomber? Et si les Libéraux devaient conserver plusieurs de leurs sièges dans la région de Québec?

Dans un tel scénario, la CAQ arriverait à peine à se qualifier comme parti officiel à l'Assemblée nationale. Considérez la distribution régionale suivante:

Le PQ remporte cette simulation de justesse avec 54 sièges contre 52 pour les Libéraux. La CAQ est réduite à 15 sièges.

Un coup d'oeil au vote populaire de cette simulation en dit beaucoup:
  • Le PLQ obtient 31,8% (0,2% de plus que sa moyenne, soit un résultat similaire à la simulation du pire scénario péquiste);
  • Le PQ reçoit 31,2% (+2,1%);
  • La CAQ ne reçoit que 23,6% (-2,5%)
Encore une fois, un bloc d'environ 2% qui bascule entre la CAQ et le PQ fait toute la différence. Il transforme une troisième place pour le PQ... en une victoire.

Finalement, jettons un coup d'oeil rapide au pire des scénarios pour Québec solidaire.

Simulation #48: le PQ reprend les sièges de QS

...sauf un seul: Gouin. Évidemment, les simulations décrites dans ce billet ont été effectuées avant l'annonce du départ de Françoise David. Si Québec solidaire devait ne pas remplacer Mme David avec un candidat vedette, Gouin pourrait aussi devenir un comté pivot.

Il va sans dire que le Parti québécois serait le bénéficiaire principal d'une contre performance de QS, mais ces gains ne feraient pas une grande différence dans le résultat final: la pire simulation pour QS est une victoire minoritaire péquiste. La balance du pouvoir irait à la CAQ et le PLQ formerait l'opposition officielle.

Dans cette simulation, QS obtient 9,9% du vote populaire, soit seulement 0,2% de moins que sa moyenne. Tel que décrit dans ce billet, la variation du vote solidaire influence peu le total de sièges des autres partis (dans l'intervalle actuel de QS, évidemment). Le PQ remporte cette simulation non pas parce que QS a contre-performé, mais parce que le PQ a remporté des comtés pivots contre la CAQ et le PLQ.

Sur ce, je vous souhaite un excellent samedi!


Merci de vous abonner à Qc125 sur Facebook et/ou Twitter. Vos questions et commentaires sont les bienvenus.

* * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.
Qc125 sur Facebook: @Qc125