jeudi 19 janvier 2017

Avec le départ de Françoise David, un petit historique de la circonscription de Gouin

À l'élection générale de 1989, André Boisclair, 23 ans, est élu pour la première fois à l'Assemblée nationale après sa victoire dans la circonscription de Gouin. Il a conservé ce siège jusqu'à son départ pour étudier à Harvard à 2004.

 
(Qui ne souvient pas du 2,33% dans Gouin par le NPDQ en 1989? Source: DGEQ)


 
(source: DGEQ)


Lors de l'élection partielle de septembre 2004, le Parti québécois conserva encore une fois ce siège avec la victoire de Nicolas Girard. M. Girard remporta à nouveau Gouin lors de l'élection générale de 2007 avec 37% des voix, contre 26% pour Françoise David du nouveau parti de gauche Québec solidaire - parti qui en était à sa première élection générale.

(Source: DGEQ)

Lors de l'élection générale de 2008 (« les deux mains sur le volant » de Jean Charest), M. Girard défendit son comté avec succès avec 41% des voix, contre 32% pour Mme David.

C'est la dernière fois que le PQ remporta ce comté.

Lors de l'élection de 2012, Mme David arracha Gouin au Parti québécois avec une écrasante victoire de 46% contre 32,5% pour M. Girard.

En 2014, Mme David augmenta de nouveau son avance sur ses rivaux en remportant pas moins de 51% des voix dans Gouin.

(Source: DGEQ)

Gouin, solidement péquiste de 1976 à 2012, ressemble maintenant à un comté solidement orange... Mais sans candidat vedette, est-ce que Gouin votera encore pour la formation de gauche aux prochaines élections?

Nous avons un exemple récent d'un comté où un candidat vedette faisait toute la différence. À l'élection de 2014, M. Gérard Deltell de la CAQ remporta facilement le comté de Chauveau (dans la région de Québec) avec 52% des voix. (Il avait aussi gagné cette circonscription en 2012 avec 53% des voix.) M. Deltell a quitté la CAQ pour rejoindre le Parti conservateur du Canada pour l'élection fédérale de 2015.

Lors de l'élection partielle dans Chauveau en juin 2015, Véronyque Tremblay du Parti libéral a arraché cette circonscription à la CAQ. Clairement, les électeurs de Chauveau ressentaient plus de fidélité envers M. Deltell lui-même qu'envers sa formation politique.

Est-ce qu'un scénario similaire pourrait survenir dans Gouin?

Il est certes jamais facile de remplacer un candidat vedette et chef de parti. Celui ou celle qui devra défendre les couleurs de QS dans Gouin aura tout un défi.

Qui osera?

Une élection partielle aura sans doute lieu en 2017. Il s'agira d'une belle occasion pour le PQ et QS de commencer les négociations sur leur plan de « convergence ».


* * *
Qc125 sur Twitter: @Qc_125.
Qc125 sur Facebook: @Qc125