mercredi 8 mars 2017

Des chiffres et encore des chiffres

La projection du 5 mars 2017 (cliquez ici pour lire le billet) était la 4e projection électorale depuis la création de Qc125. Évidemment, le modèle s'est raffiné depuis décembre dernier et de nombreux paramètres se sont ajoutés au logiciel, mais le plus grand changement est sans contredit l'augmentation de l'échantillon statistique. Nous y reviendrons plus bas dans ce billet.

Jetons un coup d'oeil à l'évolution des résultats des projections. La plus récente projection accorde aux Libéraux une probabilité de 55,6% de remporter l'élection contre 42% pour le PQ et 0,4% pour la CAQ.


Pour ce qui est de la projection de sièges, le Parti québécois atteint sa plus haute moyenne depuis les débuts de Qc125 avec 46,9 sièges, contre 49,6 sièges pour les Libéraux et 25,2 sièges pour la CAQ. QS est stable avec un peu plus de 3,0 sièges.

Misons que la prochaine projection pourrait être un peu plus favorable à Québec solidaire considérant l'attention médiatique récente sur Manon Massé et (peut-être) son nouveau porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois. J'attends des sondages pour le confirmer.


Il faut aussi noter que la nouvelle carte électorale aide particulièrement le PQ dans la dernière projection, même si la CAQ pourrait aussi potentiellement profiter de l'ajout des comtés au nord de Montréal.

Pour ce qui est du vote populaire, vous remarquerez que les chiffres n'ont pas vraiment changé depuis janvier dernier. Évidemment, sans nouveau sondage à se mettre sous la dent, le simulateur ne peut pas arriver à de résultats vraiment choquants. Les variations sont toutes à l'intérieur de la marge d'erreur.


L'augmentation de l'échantillon grâce à la nouvelle plate-forme réduit considérablement le bruit dans les résultats. C'est sans doute pourquoi la projection de sièges de la CAQ a légèrement baissé depuis janvier (même si ses chances de gagner sont demeurées stables: 0,3% en janvier et 0,4% en mars). Moins de bruit dans les résultats signifie qu'un parti négligé dans un comté possède moins de chance de le remporter.

(Lancez un dé 8 fois: il se peut que vous obteniez six dans 50% de vos lancers. Mais lancez-le 80 fois? Il est pratiquement impossible que 50% de vos lancers soient des six. C'est ce que je veux dire par « moins de bruit ». Un plus grand échantillon donne en moyenne moins de données aberrantes.)

Évidemment, si les sondages sur les intentions de vote s'avèrent imprécis, la réduction de bruit n'augmentera pas la qualité de la projection, mais il n'y a rien que je puisse faire de ce côté. Les sondages des firmes québécoises ont eu du succès par le passé et, comme scientifique, je ne peux que leur faire confiance jusqu'à preuve du contraire.

Voici une façon élégante de comparer l'éventail de résultats entre 1000 et 10 000 simulations. Considérez les graphiques ci-dessous: ;es points rouges sont des victoires du PLQ et les points noirs, les défaites. Voici la projection du PLQ de janvier 2017 (n = 1 000):



Et voici la nouvelle projection du PLQ (n= 10 000):



C'est le jour et la nuit.

J'aurai de plus amples détails sur la dernière projection dans les prochains jours. Il y a beaucoup de chiffres à décortiquer et à mettre en contexte, alors je vais avoir besoin de temps.

Des chiffres et encore des chiffres. N'est-ce pas merveilleux?

Merci à ceux et celles qui ont partagé des liens vers Qc125 depuis la chronique de Vincent Marissal dans La Presse au sujet de cette page. Vous avez été nombreux à vous abonner sur Twitter et Facebook depuis et je vous en suis reconnaissant.

Bon mercredi à tous et toutes!

Et bonne journée internationale des droits de la femme! ♀

* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

Qc125 sur Google+