jeudi 13 avril 2017

(3e de 3) Effet du vote libéral sur les totaux de sièges de chaque parti

Nous terminons aujourd'hui cette série de trois billets sur l'effet du vote des trois grands partis sur les totaux de sièges. Nous utilisons toujours les données de la projection Qc125 du 3 avril 2017.

Tel que mentionné lors du premier de ces trois billets, afin de déterminer l'effet d'une variable sur une fonction complexe, il faut tenter de varier qu'une seule variable à la fois. Nous avons commencé cette série en découpant le vote péquiste en tranches de 1% autour de sa moyenne de 26,1%, puis nous avons fait de même avec le vote caquiste autour de la valeur moyenne de 23,1%.

Nous complétons donc notre série avec le vote libéral. Selon les données de la projection, les Libéraux obtiennent en moyenne la plus grande part du vote populaire avec µ=34,3%. Voici la distribution statistique et le découpage utilisé pour ce billet:



Encore une fois, nous commençons avec les scénarios plus pessimistes et avançons vers des résultats plus optimistes.



Le PLQ sousperforme par plus de 3%





Voici la moyenne des pires scénarios pour le PLQ. Avec un vote populaire autour de 30%-31%, le PLQ descendrait sous son résultat désastreux de 2012. Toutefois, avec une opposition divisée et un PQ sous les 30%, le PLQ sort tout de même gagnant de ces simulations.




La moyenne des pires simulations pour le PLQ (P=1,7%) lui accorde quand même un gouvernement minoritaire fort avec 57 sièges. Les trois partis d'opposition performeraient mieux qu'en 2014, mais ça ne serait pas suffisant.

Toutefois, un observateur non partisan pourrait bien avancer ceci: considérant les intentions de vote pour chaque parti, un gouvernement libéral minoritaire serait sans doute le résultat le plus approprié et le plus représentatif du souhait de l'électorat...




Le PLQ sousperforme de 2% à 3%





La probabilité actuelle que le PLQ obtienne un vote populaire entre 31,% et 32,3% est de 12%, soit environ une simulation sur huit.



En augmentant le vote libéral de 1%, on remarque que... le total de sièges ne change pas. Quatre comtés solides péquistes deviennent des comtés pivots péquistes. Ceci ne devrait pas être surprenant: le vote libéral, étant concentré à Montréal, Laval et Gatineau, est peu efficace dans notre système uninominal à un tour.



Le PLQ sousperforme de 1% à 2%






Nous entrons maintenant dans les scénarios plus probables (P=18,3%). En augmentant le vote libéral d'un autre pourcent, il commence à arracher des sièges au PQ et à la CAQ.




Le PLQ s'approche à petits pas d'une majorité de sièges pendant que la CAQ et le PQ se partagent Lanaudière, les Laurentides et l'est de la Montérégie.



Le PLQ sousperforme par moins de 1%





Je rappelle aux lecteurs que nous explorons toujours les scénarios où le PLQ sousperforme son vote... La distribution régionale suivante est la moyenne des P=19,3% de simulations où le PLQ performe juste sous sa moyenne de 34,3%.




Comme vous pouvez le remarquer, les totaux ne changent presque pas. Je le rappelle: le vote libéral n'est pas efficace. Certes, les Libéraux ont une base quasi inébranlable de 36-40 sièges, mais doivent devancer leurs rivaux de plusieurs points pour prendre leurs distances.

Cependant, nous verrons que l'inefficacité du vote libéral a aussi ses limites. Explorons les scénarios où le PLQ surperforme son vote.



Le PLQ surperforme par moins de 1%





Le PLQ surperforme son vote par moins d'un pourcent dans P=19,1% des simulations. Avec une telle avance sur ses rivaux, le PLQ entre dans la zone potentiellement majoritaire.




Le PLQ fait des gains aux dépens de la CAQ en Mauricie et à Québec. Il prend des sièges au PQ dans le Nord et dans les Laurentides.



Le PLQ surperforme de 1% à 2%






Si le PLQ devait surperformer de 1% à 2% par rapport à sa moyenne (probabilité de P=15,9%), on se retrouverait, en moyenne, avec des totaux de sièges similaires ceux de l'élection de 2014.



Le PLQ obtiendrait un gouvernement majoritaire. Le PQ remporterait un maigre 29 sièges (il en a gagné 30 en 2014) et la CAQ 24 (contre 22 en 2014). Il s'agirait aussi du premier gouvernement majoritaire ayant reçu moins de 40% du vote populaire de l'histoire récente (au Québec, évidemment).


Le PLQ surperforme de 2% à 3%





Nous entrons maintenant dans les scénarios les plus optimistes pour le PLQ; donc des scénarios moins probables. Le PLQ surperforme son vote de 2% à 3% dans P=10,3% des simulations de la projection.




Le résultat est sensiblement le même. Dans la moyenne de ces scénarios, le PLQ n'a pas moins de 61 comtés solides (!!), en plus de 8 comtés pivots.



Le PLQ surperforme par plus de 3%





Terminons notre série avec les scénarios dignes des pires cauchemars péquistes et caquistes: et si le PLQ devait être sous-estimé par les firmes de sondage? Nous savons que c'est arrivé à quelques reprises dans le passé. La fameuse « prime à l'urne »...




En surperformant d'au moins 3% par rapport à sa moyenne actuelle, ce serait une « vague rouge ». Au cours des 3,4% des simulations respectant cette condition, le PLQ gagne en moyenne 75 sièges, soit 5 de plus qu'en 2014. Le PQ passerait de 30 sièges à 27. La CAQ perdrait aussi trois sièges par rapport à 2014 avec 19 sièges. Seul QS augmenterait son total de sièges, en passant de trois à quatre.

Évidemment, malgré qu'ils soient frappants, gardons en tête que les scénarios aux extrémités de la courbe de probabilité sont peu probables.



En conclusion


Voici la distribution de sièges de chaque parti en fonction du vote libéral autour de sa moyenne de µ=34,3%.



Il serait trop facile de conclure que les Libéraux sont imbattables. Avec une avance de 9% selon Léger (avant le budget) et de 13% selon Mainstreet (après le budget), le PLQ est présentement en bonne position pour remporter une potentielle élection si elle avait lieu ce printemps.

Toutefois, l'élection générale est prévue pour l'automne 2018. Les dernières campagnes électorales nous ont appris que le mood des électeurs peut changer rapidement, alors gardons un peu de perspective.

À la demande de plusieurs lecteurs et lectrices Je vais publier dans quelques jours une « projection spéculative » avec un parti souverainiste fictif formé de l'alliance du PQ, de QS et d'Option nationale. Il y a de nombreuses variables à ce puzzle et chacune des variables possède un haut niveau d'incertitude, alors je vais prendre le soin d'analyser les chiffres avec minutie avant de les publier.

Certaines personnes semblent croire qu'un seul parti souverainiste de gauche (ou plutôt de centre-gauche) aurait de meilleures probabilités de renverser les Libéraux. Je vais tenter de leur répondre avec des chiffres et des barres d'erreur.

Sur ce, bon jeudi à tous et toutes!


* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

Qc125 sur Google+