samedi 1 avril 2017

Projection électorale du 31 mars 2017

[Ajout (2 avril 2017): un nouveau sondage de Mainstreet Research a été publié le lendemain de la publication de cette projection. Je vais donc ajuster les chiffres et les publier le lundi 3 avril 2017 en matinée. Ajout (3 avril 2017): voici le lien de la projection mise à jour.]

Voici la projection électorale Qc125 du 31 mars 2017.

Les données présentées dans ce billet ont été compilées à l'aide de sondages des firmes CROP et Léger des six derniers mois. Le logiciel du simulateur est basé sur les tendances électorales des résultats d'élections générales et partielles depuis 1998. Hier soir, j'ai effectué 10 000 simulations d'élections générales basées sur ces données et tendances.

Si mes lecteurs trouvent que j'ai été avare de billet au mois de mars, c'est que je travaillais à corriger et améliorer le simulateur qui, malgré son progrès depuis janvier, offrait à l'occasion des résultats étranges. J'ai réparé plusieurs coquilles et je suis heureux de présenter aujourd'hui les fruits de ce travail!

À 18 mois de la prochaine élection générale et trois ans depuis l'élection d'avril 2014, où en sont les principaux partis politiques au Québec? Qu'en est-il des petits partis qui espèrent faire une percée dans l'opinion publique?

Regardons les chiffres de plus près.




Le Parti libéral du Québec est en tête de la projection du vote populaire avec 33,3% (soit près de 8% de moins qu'à l'élection de 2014). Le Parti québécois arrive en deuxième place avec 26,2%, soit 7% derrière les Libéraux et seulement 1% devant le score décevant de l'élection de 2014. Clairement, malgré les déboires libéraux rapportés dans les médias de la province, le Parti québécois ne parvient pas à resserrer l'écart avec le PLQ.

La Coalition Avenir Québec vient au troisième rang avec 23,1%, soit le même résultat qu'en 2014. De son côté, Québec solidaire est le seul des quatre partis majeurs à avoir progressé depuis 2014. En janvier, CROP accordait à QS 11% des intentions de vote; en mars, Léger plaçait QS à 14%. La projection actuelle projette un vote populaire de 12,3% pour le parti de Massé et Nadeau-Dubois.

Le Parti conservateur du Québec d'Adrien Pouliot est à 1,9%. Le Parti vert du Québec est à 1,0% et Option nationale à 0,7%.

Comment ces appuis populaires se traduisent-ils en termes de circonscriptions?




Le PLQ est loin devant ses rivaux avec une moyenne de 56,0 sièges, soit 7 sièges de moins que les 63 requis pour former un gouvernement majoritaire. Le PQ obtient un total de 38,7 sièges et la CAQ, 26,1 sièges. Pour sa part, QS grimperait pour la première fois au-dessus des trois sièges que ce parti détient déjà. QS remporte en moyenne 4,2 sièges.

Les autres partis (PCQ, PVQ, ON) ne remportent aucun siège.

Voici la distribution de sièges en fonction du vote populaire pour le PLQ, le PQ et la CAQ. Nous pouvons remarquer qu'avec 7% d'avance sur le PQ, le PLQ se démarque clairement de ses rivaux. Seuls les pires résultats du PLQ semblent croiser les meilleurs résultats du PQ.

En fait, le PLQ remporte le vote populaire dans 9999 simulations sur 10 000. Le PQ remporte donc le vote populaire une seule fois sur la totalité des simulations.




Évidemment, cette claire avance des Libéraux fait grimper dramatiquement ses probabilités de victoire. Le PLQ remporte pas moins de 96,4% des simulations. Le PQ ne gagne que dans 2,8% d'entre elles. Il y a égalité PLQ-PQ dans 0,8% des simulations. La CAQ ne remporte aucune simulation.




Voici la distribution des probabilités de sièges pour le PLQ, le PQ et la CAQ. Le plancher du PLQ est de 41 sièges, ce qui le rend pratiquement imbattable. Le plancher du PQ se trouve à 23 sièges et celui de la CAQ, à 12 sièges.



Voici la distribution des probabilités de sièges pour QS. Le résultat le plus probable est 4 sièges (Mercier, Gouin, Sainte-Marie-Saint-Jacques et Hochelaga-Maisonneuve), mais un total de 5 ou 6 sièges n'est maintenant ni impossible, ni impensable.



Dans la mire de QS devraient se trouver les circonscriptions libérales de Laurier-Dorion et Verdun. Dans certaines simulations, QS parvient même à remporter Rosemont - le comté du chef péquiste Jean-François Lisée.

Qu'en est-il de la distribution régionale de sièges? Considérez la figure suivante:



Le PLQ performe où on s'attend à ce qu'il performe: Montréal, Laval, l'ouest de la Montérégie, Gatineau et les Cantons de l'est. En grimpant de quelques points dans le sondage Léger de mars dernier, le PLQ remporte maintenant plusieurs comtés pivots de la région de Québec, ce qui fait mal à la CAQ.

Le Parti québécois domine toujours l'est de la Montérégie et les Laurentides. Il performe bien sur la Côte-Sud et dans le Nord du Québec.

La CAQ est compétitive dans la Couronne nord, mais ces comtés sont tous des comtés pivots. Il talonne le PQ dans l'est de la Montérégie et performe bien à Québec et dans le Centre du Québec.

Finalement, QS prend de l'expansion à Montréal dans les arrondissements autour du Plateau Mont-Royal et de Centre-sud.

J'ajusterai la projection si CROP publie de nouveaux chiffres dans les prochains jours, mais sinon j'ai amplement de données avec lesquelles travailler pour écrire de nombreuses analyses. Lundi, je publierai la nouvelle carte et les probabilités de victoires de chaque parti dans les 125 circonscriptions.

Sur ce, bon weekend à tous et toutes!



* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

Qc125 sur Google+