jeudi 18 mai 2017

La CAQ en hausse: un coup d'oeil aux chiffres Mainstreet

Les chiffres publiés par la firme Mainstreet Research pour le compte de la Gazette et Postmedia ont certes créé des remous hier matin. Est-ce que la Coalition Avenir Québec peut vraiment devenir une solution de rechange pour les fédéralistes et nationalistes non souverainistes?

Bien sûr, j'insiste sur le fait qu'il ne s'agit que d'un seul sondage. Nous ne devons pas donner trop d'importance à un sondage unique, mais nous ne pouvons pas l'ignorer non plus. Considérant que l'appui à la souveraineté stagne depuis des mois entre 30% et 36% (selon les études menées par les firmes CROP et Léger), il est naturel que l'appui aux partis non souverainistes atteigne les environs de 60%.

Selon Mainstreet, le PLQ est à 31% et la CAQ à 32%. C'est une égalité statistique.

Une fois que les prochains chiffres Léger seront publiés (avant la fin du mois?), je publierai une nouvelle projection qui tiendra compte des sondages et tendances des derniers mois. Nous aurons alors une idée plus claire d'où nous sommes présentement.

En attendant, juste par pure curiosité scientifique, regardons de quoi aurait l'air le portait électoral québécois si les chiffres de Mainstreet devaient être confirmés.

J'ai lancé une courte séance de 1000 simulations hier avec les conditions suivantes:

  • Les proportions d'appuis aux quatre partis principaux (PLQ, PQ, CAQ, QS) adhèrent aux chiffres Mainstreet;
  • Le Parti conservateur, le Parti vert et Option nationale, tous non mentionnés dans le sondage d'hier, conservent leurs appuis de la dernière projection (je ne crois pas que l'appui à ces partis a tout simplement disparu);
  • Les découpages régionaux des sondages ont toujours une incertitude plus élevée que l'échantillon total, alors prudence est de mise. Toutefois, selon Mainstreet, la CAQ est en tête dans le 450 et dans la région de Québec.
  • La baisse du vote libéral non francophone est distribuée à la fois à QS et à la CAQ.


Voici donc ce que ça donne.


La projection de sièges est complètement basculée. En moyenne, avec ces chiffres, la CAQ pourrait obtenir 50 sièges à l'Assemblée nationale et envoyer les Libéraux sur les bancs de l'opposition avec en moyenne 45 sièges.

Le Parti québécois serait décimé: à peine 25 sièges en moyenne. Toutefois, avec un écart-type d'environ 5 sièges, le PQ pourrait aussi en remporter entre 13 et 36.

Dans ces conditions, quelles seraient les probabilités du résultat final de l'élection?


La Coalition Avenir Québec remporte exactement les deux tiers des 1 000 simulations et se permet même une (sur 1 000) victoire majoritaire. Les Libéraux pourraient encore l'emporter toutefois (28,3%), mais ils seraient réduits à une minorité.

Comme le résultat serait extrêmement serré, la probabilité d'une égalité est élevée: 4,7%, soit presque qu'une chance sur vingt. Rappelons que lors d'une égalité de sièges, le gouvernement sortant possède la première opportunité d'obtenir la confiance de l'Assemblée. Cependant, mon petit doigt me dit que les Libéraux en seraient incapables dans un tel scénario (toutes les égalités sont entre le PLQ et la CAQ, je vois difficilement le PQ et/ou QS faire des efforts pour garder les Libéraux au pouvoir).

De son côté, le Parti québécois ne remporte que 0,3% des simulations. Son maximum de sièges parmi les 1 000 simulations n'est que de 44. Son minimum? Treize.

Qu'en est-il de la distribution régionale?

La CAQ serait favorite dans 51 comtés, le PLQ 48, le PQ seulement 21 et QS, 5.

Regardez la région de Québec. Les seuls comtés qui échapperaient à la CAQ sont Taschereau et Louis-Hébert - et encore, ces circonscriptions deviendraient des comtés pivots.

La CAQ ferait le plein de sièges là où le PQ était jadis indélogeable: la Couronne nord, les Laurentides et Lanaudière, le Centre du Québec.

La CAQ chasserait les Libéraux de Québec et de la Mauricie.

La CAQ serait toujours absente sur l'Île de Montréal toutefois.


En conclusion


Les chiffres de Mainstreet sont-ils fiables? Cette firme a eu du succès dans l'Ouest canadien récemment et a bien performé lors de l'élection fédérale de 2015. Je n'ai aucune raison de douter de leur méthodologie et/ou professionnalisme.

Toutefois, je le répète: un sondage ne fait pas une tendance. Si la CAQ demeure ou non aux environs de 27%-32% des intentions de votes au cours des prochains mois, nous saurons alors s'il s'agissait d'une donnée aberrante ou d'un mouvement réel. Il se pourrait aussi que les allégations de corruptions et de copinage qui planent au-dessus des Libéraux se résolvent - les électeurs peuvent parfois avoir la mémoire courte - et que cette brève montée de la CAQ ne soit qu'une forme de protestation contre le PLQ.

Maintenant, attendons les chiffres Léger.


* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

Qc125 sur Google+