mardi 9 mai 2017

Le Parti québécois est-il en danger à Montréal?

Je me méfie des chroniqueurs et éditorialistes qui prédisent - depuis, oh, si longtemps - le déclin prochain du Parti québécois et le naufrage du mouvement souverainiste du même coup. Même s'ils apportent des arguments pour soutenir cette prédiction (ou ce souhait?), plusieurs d'entre eux sont coupables de suivre exactement le contraire de la méthode scientifique: c'est-à-dire commencer avec la conclusion, puis choisir des faits et des arguments bien sélectionnés qui concordent avec cette conclusion.

De nombreux chroniqueurs, toutes allégeances confondues, se sont laissés emporter par leurs opinions une fois ou une autre. C'est naturel. C'est humain.

Toutefois, un ami m'a dit récemment que le PQ se portait bien au Québec malgré les déboires de la dernière élection, mais qu'il risquait de « perdre Montréal » sous peu... et pour peut-être très longtemps.

«Mmhh, j'en doute fortement,» lui ai-je dit. «As-tu des chiffres pour supporter ton hypothèse?»

Il m'a répondu: « Ce n'est pas toi qui écris Qc125??»

Touché.

* * *

L'élection générale de 2007 est maintenant un lointain souvenir. André Boisclair menait le PQ à sa pire défaite depuis 1973 en perdant le vote identitaire à l'ADQ de Mario Dumont. Jean Charest menait le Parti libéral à une courte victoire minoritaire avec seulement 48 sièges (voir les résultats complets de cette élection). L'ADQ récoltait 41 sièges et le PQ, un maigre total de 36 sièges.

L'année suivante, avec l'effondrement de l'ADQ (qui a passé de 41 sièges à seulement 7), le Parti québécois, mené par Pauline Marois, revient en force. Malgré la défaite contre les Libéraux à l'élection du 8 décembre 2008, le PQ récolte un total respectable de 51 sièges.

Parmi les 14 circonscriptions de la moitié est de Montréal, le Parti québécois en remporte sept, dont plusieurs avec une part impressionnante du vote populaire:

  • 57% dans Pointe-aux-Trembles
  • 54% dans Hochelaga-Maisonneuve
  • 51% dans Rosemont
  • 50% dans Bourget
  • 47% dans Sainte-Marie-Saint-Jacques
  • 45% dans Crémazie
  • 41% dans Gouin

Voici les parts du vote péquiste dans les 14 circonscriptions de la moitié est de Montréal lors de l'élection générale de 2008:



Au total, le Parti québécois récolte 38,9% du vote populaire dans la moitié est de Montréal, tout juste derrière les Libéraux qui obtiennent 40,4%.

Puis vint le fameux mandat majoritaire libéral de 2008 à 2012.

Le rapport de la Commission Bouchard-Taylor plane encore sur la classe politique et continue de faire jaser. François Legault et son équipe créent la Coalition Avenir Québec (la dissolution de l'ADQ suit peu après). En octobre 2011, Jean Charest annonce la création de la Commission Charbonneau. Le printemps 2012 voit des milliers d'étudiants de partout au Québec prendre la rue.

Le 1er août, les Libéraux lancent le Québec en campagne électorale estivale. Le soir du 4 septembre 2012, le règne libéral prend fin après neuf ans avec une courte victoire du Parti québécois. Le PQ récolte 54 sièges contre 50 pour le PLQ. La CAQ performe bien à sa première élection avec 27% du vote populaire, mais ne récolte que 19 sièges.

Le PQ perd son château fort de Gouin aux mains de Françoise David de QS, mais remporte tout de même six circonscriptions de la moitié est de Montréal. Toutefois, le PQ perd du terrain dans 13 de ces 14 circonscriptions (en pourcentage). Voici les parts du vote péquiste à l'élection générale de 2012:



Au total, le Parti québécois a perdu 6,2% d'appuis dans la moitié est de Montréal entre 2008 et 2012. La seule circonscription où le PQ performe mieux en 2012 qu'en 2008 est Bourrassa-Sauvé (augmentation modeste de 0,3%), un comté que le PQ a perdu par une marge importante en 2008, 2012 et 2014.

Toujours est-il que le PQ a remporté l'élection, mais cette victoire a certainement éclipsé des chiffres inquiétants pour les péquistes: leur support dans l'est de Montréal avait glissé pratiquement partout.

Puis vint le gouvernement minoritaire de Pauline Marois.

La tragédie du Métropolis (ou disons-le: l'attentat terroriste). L'indexation des frais de scolarité. La loi sur les élections à date fixe (qui n'est pas contraignante, en passant). La Charte des valeurs québécoises. L'entrée en politique de Pier-Karl Péladeau.

Et l'élection de mars-avril 2014.

Le Parti québécois tombe de 54 sièges à 30. Les trois autres partis déjà représentés à l'Assemblée nationale augmentent tous leurs totaux de sièges aux dépens du PQ.

À Montréal, Manon Massé de Québec solidaire arrache Sainte-Marie-Saint-Jacques de justesse et Crémazie tombe aux mains des Libéraux (Marie Montpetit). Le Parti québécois est maintenant réduit à seulement quatre sièges sur l'île de Montréal.



Dans la moitié est de Montréal, le PQ perd un autre 8,3% du vote populaire. En fait, de 2012 à 2014, la part du vote péquiste a chuté dans la totalité de ces quatorze circonscriptions montréalaises.

Certains diront que l'élection de 2014 est une anomalie parce qu'elle aurait, pour le PQ, adhéré à la fameuse loi de Murphy: « Tout ce qui pouvait aller mal... est allé mal » et ils pourraient très bien avoir raison. Néanmoins, trois ans après l'élection de 2014, les sondages ne montrent pas (encore) une remontée massive du PQ à l'échelle de la province et Montréal ne fait pas exception.

La part du vote péquistes en 2014 dans les sept circonscriptions nommées plus haut:

  • 43% dans Pointe-aux-Trembles (-14% par rapport à 2008)
  • 35% dans Hochelaga-Maisonneuve (-19%)
  • 34% dans Rosemont (-17%)
  • 38% dans Bourget (-12%)
  • 28% dans Sainte-Marie-Saint-Jacques (-19%)
  • 32% dans Crémazie (-13%)
  • 20% dans Gouin (-21%)

Les inquiétudes péquistes sont donc quelque peu justifiées pour l'instant.






Je suis persuadé que plusieurs électeurs péquistes suivront de près le congrès national de Québec solidaire du 19 au 22 mai prochain.

Pourquoi?

Considérez le graphique suivant:



La part de Québec solidaire dans ces quatorze comtés montréalais a grimpé de 10,4% à 17,5% de 2008 à 2012, puis de 17,5 à 18,9% de 2012 à 2014.

Nous pouvons clairement voir une tendance.

Parions que « la convergence », sous toutes ses formes possibles, sera âprement discutée, débattue et médiatisée lors du congrès solidaire.


* * *

J'attends impatiemment de nouveaux sondages dans les prochaines semaines. Je publierai une nouvelle projection aussitôt. La dernière projection commence à paraître loin, non?

Bon mercredi à tous et toutes!


* * * * * * *

Qc125 sur Twitter: @Qc_125.

Qc125 sur Facebook: @Qc125

Qc125 sur Google+