vendredi 18 août 2017

La projection électorale Qc125 du 18 août 2017

À quoi pouvons-nous nous attendre de la politique québécoise cet automne? Quels seront les enjeux débattus entre les principaux partis de l'Assemblée nationale? Il semble que les « sujets chauds » abondent: la renégociation de l'ALÉNA, les migrants qui traversent la frontière américaine, l'état de l'économie québécoise, etc.

Tous ces enjeux pourraient potentiellement faire bouger l'aiguille des intentions de vote. Après une pause estivale plutôt calme - où les intentions de vote sont demeurées relativement stables - que nous réserve l'automne 2017? La CAQ conservera-t-elle la deuxième place du vote populaire? Peut-elle rejoindre les Libéraux? Le PQ arrivera-t-il à rapatrier des appuis qu'il semble avoir égarés à gauche et à droite? Est-ce que la récente montée de QS tiendra-t-elle le coup ou ne sera-t-elle qu'éphémère?

La projection électorale de ce billet a pour but de présenter le portrait actuel des intentions de vote et ainsi mettre la table pour l'automne à venir. Il ne s'agit pas d'une prédiction du résultat de la prochaine élection, mais d'une mise à jour de la situation telle que mesurée par les firmes de recherche sur l'opinion publique.

Comme d'habitude, cette projection est basée sur l'historique et les tendances régionales des 125 circonscriptions du Québec. Les chiffres sont ajustés avec les données des sondages des six derniers mois. Le poids de chaque sondage est calculé selon la taille de l'échantillon des sondages ainsi que la date de prise de sonde. Évidemment, les sondages plus récents possèdent un poids plus important dans la pondération totale.

Voici les sondages en question:



Cette projection se divise en quatre parties:

  1. La projection du vote populaire;
  2. La projection des totaux de sièges;
  3. La projection du vainqueur;
  4. La distribution régionale.

Voici donc la projection Qc125 du 18 août 2017.


1- La projection du vote populaire



À la lumière des sondages des derniers mois publiés par les firmes Léger et Mainstreet, les Libéraux conservent la position de tête du vote populaire, mais l'écart se resserre avec les partis d'opposition. Voici les moyennes du vote populaire des dix mille simulations de la projection:

PLQ 31,2% (-0,6% par rapport à la projection de juin 2017)
CAQ 27,7% (+0,4%)
PQ 22,9% (+0,4%)
QS 15,0% (+1,0%)
PCQ 2,2% (--)

Voici les projections du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95%:


[FAQ: Comment lire ce graphique?]

L'avance moyenne des Libéraux sur la CAQ est donc de 3,5%. Sur les dix mille simulations de la projection, le PLQ remporte le vote populaire 90,1% d'entre elles. La CAQ gagne le vote populaire dans les 9,9% restants. Le Parti québécois remporte le vote populaire dans aucune des simulations.




Voici l'évolution des projections du vote populaire depuis la création de Qc125 à l'automne 2016:



Quelques remarques:

  • Le Parti libéral du Québec conserve la position de tête, mais fait du surplace. Après une légère hausse post-budget au printemps, le PLQ semble être de retour à son point d'équilibre, soit autour de 31-33%. Considérant que ce parti ait obtenu près de 42% du vote populaire à l'élection générale de 2014, il est clair qu'il a perdu des plumes depuis. Toutefois, le fait que le PLQ demeure aussi constant indique qu'il possède un plancher solide avec une majorité des électeurs non francophones et environ le quart des électeurs francophones qui appuient ce parti.
  • La Coalition Avenir Québec semble aussi avoir atteint un nouveau plateau depuis la fin du printemps dernier. Sa deuxième place dans les intentions de vote a été mesurée à répétition par les firmes Mainstreet et Léger, mais ses appuis se concentrent principalement à Québec, dans le 450 et dans le Centre du Québec. La CAQ pourrait certes gagner une élection avec ce noyau de circonscriptions, mais elle n'aurait pas beaucoup de marge de manœuvre.
  • Le Parti québécois a chuté dramatiquement depuis l'hiver, mais ses appuis semblent maintenant se stabiliser. Considérant qu'il y a beaucoup d'anciens péquistes parmi ceux qui affirment maintenant appuyer la CAQ et QS, une campagne efficace de la part de Jean-François Lisée et son équipe pourrait inciter plusieurs d'entre eux à rentrer au bercail. Ceux qui affirment que le PQ «n'est plus dans le coup» ne voient probablement pas les chiffres sur l'efficacité du vote: certes, le PQ est présentement sous sa zone payante, mais il suffirait de quelques points de plus aux dépens de la CAQ et le PQ serait en terrain minoritaire.
  • De son côté, Québec solidaire continue de grimper à pas de tortue, mais a-t-il atteint son plafond? Les chiffres de l'automne nous le diront. Si le congrès de QS en mai dernier semble avoir durci sa base d'électeurs, celui du PQ en septembre pourrait faire de même - aux dépens de QS.
  • Finalement, le Parti conservateur du Québec ne bouge pas par rapport à la dernière projection, principalement parce que Mainstreet n'inclut pas (encore) ce parti dans ses sondages. À la fin juin, Léger avait mesuré les appuis au PCQ à 3% (dont 7% dans la grande région de Québec). C'est à suivre.


Comment se comparent les projections Qc125 avec les sondages? Voici les intervalles de confiance de 95% (lignes pointillées) avec les sondages (points colorés) depuis l'automne 2016.



Québec solidaire est encore en position de grimper si ses appuis dans les prochains sondages se stabilisent. Les appuis à la CAQ et au PQ semblent loin un de l'autre au premier coup d'oeil, mais leurs intervalles de confiance se croisent, alors prudence. Il en est de même pour les Libéraux et la CAQ.



2- La projection des totaux de sièges



Aucun parti, en moyenne, ne récolte le tiers du vote populaire, alors il est naturel que la projection des totaux de sièges ait un spectre large et soit, disons-le, incertaine. Non seulement plusieurs circonscriptions sont extrêmement serrées, mais il n'y a pas moins de 34 circonscriptions pivots. C'est considérable.

Voici donc la moyenne de circonscriptions remportées au cours des dix mille simulations:

PLQ 49,4 (-1,7 par rapport à la projection de juin 2017)
CAQ 43,3 (+0,3)
PQ 27,1 (+1,2)
QS 5,2 (+0,2)

Voici les totaux de sièges moyens avec les intervalles de confiance de 95%:


[FAQ: Comment lire ce graphique?]

Dans les intervalles actuels du vote populaire, les pentes de circonscriptions remportées par rapport au vote populaire sont autour de 5 sièges/% (nous aurons un billet à ce sujet sous peu) pour les trois partis de tête. Le vote caquiste et péquiste sont plus efficaces que le vote libéral (la pente est plus abrupte).

Voici les distributions de sièges en fonction du vote populaire des quatre partis:



Nous pouvons remarquer que seulement quelques points (rouges et turquoises) se trouvent au-dessus du seuil de majorité de 63 sièges. En effet, avec les chiffres actuels, la probabilité d'un gouvernement majoritaire est faible (plus de détails un peu plus bas).

Voici les distributions statistiques des totaux de sièges pour le PLQ, la CAQ et le PQ:



La courbe du Parti libéral ressemble à une distribution gaussienne symétrique centrée à sa moyenne de 49,4 sièges. Les pires scénarios pour le PLQ sont de 32-36 sièges et les meilleurs, en territoire majoritaire.

La distribution caquiste est la plus large du lot, car la CAQ se trouve en plein dans sa zone payante. Quelques fractions de point au-dessus de sa moyenne et elle pourrait former le prochain gouvernement. Quelques factions de points plus bas? Elle pourrait se retrouver, encore une fois, comme deuxième parti d'opposition.

Les pires scénarios du PQ ressemblent étrangement aux pires scénarios du Bloc québécois de 2011. Toutefois, étant juste sous sa zone payante, le PQ peut remporter de nombreuses circonscriptions aux dépens de la CAQ avec seulement quelques points supplémentaires.

Voici la distribution de sièges de Québec solidaire:



Le scénario le plus probable pour Québec solidaire est un total de cinq circonscriptions, toutes sur l'Île de Montréal. Parmi les dix mille simulations, QS obtient cinq sièges ou moins dans environ 60% de cas. L'autre 40%? QS obtient six sièges et plus.




3- La projection du vainqueur



Si des élections générales avaient lieu maintenant avec ces appuis, quelles seraient les probabilités du vainqueur de l'élection? Voici les résultats des dix mille simulations:



  • Rouge/rose: PLQ majoritaire/minoritaire.
  • Turquoise foncé/pâle: CAQ majoritaire/minoritaire.
  • Bleu: PQ minoritaire.
  • Noir: égalité.

Vous n'avez pas besoin de compter les carrés, car je l'ai fait pour vous:




Au total, seulement 1,6% de toutes les simulations ont abouti en un gouvernement majoritaire (1,4% libéral et 0,2% caquiste).

Parmi les 2,9% d'égalités, les cas les plus fréquents, et de loin, sont des égalités PLQ-CAQ. (Pour les amateurs de chaos: trois simulations se sont conclues avec des triples égalités.)



La distribution régionale



La carte complète et les projections des 125 circonscriptions seront publiées demain matin.

Voici un aperçu de la distribution régionale de la projection. Les cases de la figure suivante indiquent quel parti est favori pour remporter une circonscription. Les cases pâles représentent les circonscriptions pivots - où aucun parti ne remporte le comté dans au moins 70% des simulations.



Quelques remarques:

  • Le Parti libéral du Québec domine où on s'y attend: à Montréal, Laval, l'ouest de la Montérégie et les Cantons de l'Est. Le PLQ semble en voie de perdre de nombreux comtés dans la Capitale nationale, ce qui pourrait lui faire perdre sa majorité - et peut-être même le pouvoir.
  • La Coalition Avenir Québec balaie la Couronne nord de Montréal et performe bien dans Laurentides-Lanaudière et l'est de la Montérégie. De plus, plusieurs sondages consécutifs confirment que la CAQ est première dans les intentions de vote à Québec. La CAQ pourrait aussi remporter tous les sièges du Centre du Québec et même arracher quelques sièges libéraux en Mauricie.
  • Le Parti québécois est compétitif dans de nombreux comtés où la CAQ est en avance dans le 450, mais plus de la moitié des circonscriptions solides péquistes se trouvent maintenant en région, plus au nord de Québec: le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay et la Côte-Nord sont toujours fidèles au PQ. Cependant, les espoirs de victoire pour PQ reposent entièrement dans le 450, soit dans les Laurentides et l'est de la Montérégie.
  • De son côté, Québec solidaire retient les trois circonscriptions qu'il détient déjà et ajoute Hochelaga-Maisonneuve. Le comté pivot orangé est Laurier-Dorion, littéralement un «pile ou face» entre QS et le PLQ. 


En conclusion



Voici donc où nous en sommes à l'aube de cette nouvelle session parlementaire:

  • Les Libéraux sont en tête, mais avec peu de marge de manœuvre; 
  • La CAQ, un parti qui n'a jamais été près du pouvoir, est à seulement quelques points derrière; 
  • Le PQ a perdu des appuis à gauche et à droite au printemps dernier, mais il est à la veille d'un important congrès qui pourrait le remettre sur les rails;
  • QS est toujours en lente progression et doit prouver que la montée du printemps dernier n'était pas passagère...


Les projections par comté et la (toute nouvelle!) carte de la projection seront publiées demain matin. Soyez-y! 

Sur ce, bon vendredi à tous et à toutes!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125


mercredi 16 août 2017

Nouveau sondage Mainstreet: un nouvel équilibre?

Le tracking mensuel de la firme Mainstreet Research pour le compte de Postmedia/The Gazette se poursuit. Ce matin, The Gazette publie les chiffres Mainstreet du mois d'août 2017 dans un texte signé de la plume du journaliste Philip Authier.

Rappelons que le mois dernier, ces chiffres nous avaient fait bondir en accordant 19% des intentions de vote à Québec solidaire. Les trois autres partis demeuraient à l'intérieur des écarts des derniers mois. Voici les intentions de vote publiées ce matin:

PLQ 31% (-2% par rapport à juillet 2017)
CAQ 28% (--)
PQ 24% (+3%)
QS 17% (-2%)

Ce sondage probabiliste a été effectué par téléphone auprès de 1501 électeurs potentiels du 8 au 10 août dernier.




Quelques observations:

  • Le Parti libéral du Québec demeure stable et son plancher, estimé à 30%, semble toujours solide. Même parmi les électeurs francophones, le PLQ tient bon avec 26%, tout juste derrière le PQ et la CAQ;
  • La Coalition Avenir Québec se place devant le Parti québécois pour le quatrième mois consécutif. Cette deuxième place ne semble plus être une anomalie statistique, mais bien une réelle tendance (qui a aussi été mesurée par la firme Léger). Les chiffres sont serrés, mais la CAQ est encore première au sein de l'électorat francophone selon ce coup de sonde avec 30%;
  • Le Parti québécois remonte de quelques points, mais se situe toujours sous son niveau de l'élection de 2014. Le 21% de juillet me semblait excessivement bas, mais à 24%, le PQ se trouve peut-être à son nouveau niveau d'équilibre. Avec 27% de l'électorat francophone, le PQ est deuxième parmi cette catégorie - derrière la CAQ.
  • De son côté, Québec solidaire continue sa progression. Tel que mentionné dans ce billet, le 19% de juillet était probablement une donnée aberrante (après tout, l'échantillon est aléatoire et le sondage, probabiliste), mais considérant que Léger avait mesuré les appuis de QS à 15% en juin, il se pourrait bien que 15-17% soit le nouveau plateau de QS.


Voici les intentions de vote mesurées par Mainstreet depuis janvier 2017:




Comme nous pouvons le remarquer, depuis le Nouvel An, la CAQ et le PQ se sont échangés de rangs et QS a doublé ses appuis. Les Libéraux sont stables.

Voici tous les sondages depuis le Nouvel An:


[Les lignes pâles représentent les projections Qc125.]


Comparons les deux derniers sondages Mainstreet avec la projection Qc125 du 22 juin 2017:



Nous avons maintenant assez de nouvelles données pour lancer le simulateur et compiler une nouvelle projection. À partir du graphique ci-dessus, nous pouvons observer que:

  • Le PLQ demeura stable;
  • La CAQ devrait grimper modestement;
  • Le PQ devrait aussi monter légèrement;
  • QS grimpera sans doute de façon significative.

Une des hypothèses du modèle Qc125 est que, hors campagne électorale, les chiffres ne changent que très peu - à moins d'un événement politique majeur. C'est ce qui me permet de calculer des moyennes pondérées de mois en mois et ainsi absorber le choc des données aberrantes (voir ce billet intitulé: «Réduire le bruit et discerner le signal»).

Quels ont été les événements politiques majeurs au Québec depuis janvier? Il serait tout à fait légitime de penser à 1) l'attaque terroriste à la mosquée de Sainte-Foy et 2) les importantes inodations en Outaouais et dans l'ouest de Montréal. Cependant, ces tristes événements ne semblent pas avoir changé les chiffres des intentions de vote de façon significative.

Le seul évènement qui a fait bouger l'aiguille en 2017 est l'arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois comme candidat, puis comme député, de Québec solidaire.

Les nombreux migrants (dont plusieurs Haïtiens) qui traversent la frontière des États-Unis vers le Canada (particulièrement au Québec) risquent de faire couler beaucoup d'encre, mais cet événement est encore trop récent pour avoir eu un impact sur les intentions de vote. C'est à suivre.

Évidemment, nous ne sommes qu'au mois d'août. L'automne est souvent une saison fertile de débats politiques. Les 8, 9 et 10 septembre prochains, le Parti québécois tiendra son congrès au Palais des congrès de Montréal où le chef Jean-François Lisée devra faire face à un vote de confiance des membres. Il s'agira d'une excellente opportunité pour ce parti de faire les manchettes et, peut-être, rapatrier une fraction de l'électorat qui l'a récemment délaissé.

Peut-être.


Je vais préparer les chiffres pour une nouvelle projection et devrais publier le tout à la fin de la semaine.

Sur ce, bon mercredi à tous et toutes!





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125


lundi 14 août 2017

Les scénarios victorieux pour le PLQ, la CAQ et le PQ

Pour espérer prendre le pouvoir, un parti politique doit connaître non seulement sa base d'électeurs, mais sa distribution géographique. Trop de ressources dépensées dans les mauvaises circonscriptions ou pas assez de temps investi dans les régions-clés peut faire la différence entre une victoire et une défaite, en particulier si l'élection s'annonce serrée.

Un exemple récent est l'élection de 2012: saviez-vous que seulement 842 voix (sur 4,16 millions) auraient pu complètement chavirer le résultat de l'élection?

Dans la circonscription de Saint-François (Cantons de l'Est), le Parti québécois l'a emporté par 65 voix sur le PLQ. Plus au nord, dans Abitibi-Est, le PQ candidat péquiste a battu son rival libéral par 777 voix.

Ces 842 voix (65+777) d'avance pour le PQ ont changé le cours de l'histoire politique au Québec.

Rappelons-nous que le Parti québécois avait remporté cette élection avec 54 sièges contre 50 pour les Libéraux (19 pour la CAQ et 2 pour QS). Sans ces 842 voix, le PQ et le PLQ auraient terminé tous deux avec 52 sièges. Dans une telle éventualité, les Libéraux auraient eu l'opportunité, avant le PQ, de rencontrer le Lieutenant-Gouverneur du Québec et tenter de gagner la confiance de l'Assemblée nationale.

Est-ce que la CAQ, qui détenait la balance du pouvoir, aurait conclu une alliance avec le PQ pour défaire les Libéraux? Rien n'est si sûr. Avec Jean Charest défait dans sa circonscription de Sherbrooke, nous aurions peut-être vu un candidat libéral (Jean-Marc Fournier? Raymond Bachand?) prendre les rênes du parti et du gouvernement...

Mais assez de politique-fiction.

La leçon ici est que les partis doivent connaître leurs forces et leurs faiblesses régionales s'ils espèrent l'emporter. Nous allons donc jeter un coup d'oeil aux scénarios de victoires du PLQ, de la CAQ et du PQ.


Selon les données de la dernière projection Qc125, les Libéraux seraient favoris pour conserver le pouvoir si une élection avait lieu maintenant, mais ils perdraient probablement leur majorité à l'Assemblée nationale. La probabilité d'une victoire libérale minoritaire est de 56,5% et majoritaire, 6,7% (pour un total de 63,2%).

De son côté, la CAQ remporte 33,3% des simulations de la dernière projection (33,2% minoritaire et 0,1% majoritaire).

Finalement, le Parti québécois remporte une pluralité de sièges dans 0,9% des cas (minoritaire à chaque fois).




La méthode est bien simple: j'isole les simulations remportées un parti x et je compile les moyennes de comté en comté pour ces simulations. Ceci nous donnera un portrait des circonscriptions-clés pour chaque parti.



Les scénarios de victoires libérales



Les comtés solides libéraux sont bien connus: l'ouest de Montréal, Laval, l'Outaouais et les Cantons de l'Est. Cependant, ces circonscriptions à elles seules sont nettement insuffisantes pour remporter une élection. Voici la moyenne des 6 319 simulations (sur 10 000) où le PLQ remporte le plus de sièges:



C'est sans surprise que, pour demeurer le pouvoir, le PLQ doit conserver au moins quelques-unes de ses circonscriptions de Québec et de Chaudière-Appalaches (sur la figure ci-dessus, il en conserve huit). De plus, la Mauricie sera une région cruciale pour le PLQ et la CAQ (en 2014, le PLQ avait balayé la Mauricie). On peut s'attendre à des résultats serrés dans ces circonscriptions.

(Cliquez pour agrandir.)


D'autres régions-clés pour les Libéraux sont l'Abitibi et le Saguenay-Lac-Saint-Jean (où le PLQ détient quatre comtés au total). Si ces électeurs tournent le dos aux Libéraux, une victoire libérale sera de plus en plus difficile à atteindre.



Les scénarios de victoires caquistes



C'est un fait bien documenté par cette page depuis sa création: la CAQ ne récolte que peu d'appuis hors des axes Québec-Blainville et Lévis-Longueuil. Toutefois, la hausse d'appuis à la CAQ mesurée par les sondages des derniers mois pourrait bien changer tout cela.

Voici la moyenne des 3331 simulations victorieuses pour la CAQ



Pour l'emporter, la Coalition Avenir Québec doit complètement balayer les régions où elle performe bien: nous parlons ici d'un raz-de-marée caquiste dans la Couronne nord, Laurentides-Lanaudière et l'est de la Montérégie.

La CAQ doit aussi chasser les Libéraux de Québec et de Chaudière-Appalaches. La Mauricie, elle aussi, doit tourner au turquoise.

(Cliquez pour agrandir.)


Bref, on doit pouvoir quitter Montréal vers Québec par l'autoroute 20 ou l'autoroute 40 et ne jamais quitter le territoire caquiste.

Dans ces simulations victorieuses pour la CAQ, nous pouvons aussi remarquer qu'elle perce à Laval et dans les Cantons de l'Est.



Les scénarios de victoires péquistes



Et si les sondages sous-estimaient le PQ? Avec les intervalles de vote populaire actuels, le Parti québécois remporte seulement 92 simulations, mais quelques points de plus - en particulier aux dépens de la CAQ - pourraient faire chavirer la projection de sièges en sa faveur.

Voici la moyenne de ces scénarios victorieux péquistes:



Le Parti québécois possède très peu de marge de manoeuvre. Pour remporter une courte minorité, il doit reprendre les sièges lavallois qu'il avait arrachés au PLQ en 2012 (Laval-des-Rapides et Sainte-Rose). Il doit contrer la CAQ dans Laurentides-Lanaudière et l'est de la Montérégie (là où se trouvaient jadis plusieurs bastions péquistes). De plus, le PQ doit espérer l'aide de la CAQ pour chasser les Libéraux de Québec.

Surtout, le PQ doit reprendre le Bas-Saint-Laurent et les régions au nord du Québec. Dans les simulations victorieuses pour le PQ, il remporte 15 des 17 sièges du Bas-Saint-Laurent, de l'Abitibi, du Saguenay et du Nord du Québec.

(Cliquez pour agrandir.)


Contrairement à ce que plusieurs pourraient penser suite aux derniers sondages qui lui ont été défavorables, le Parti québécois pourrait encore causer des surprises à ses rivaux. En effet, le vote péquiste, étant distribué favorablement pour un scrutin uninominal (FPTP), est hautement efficace en termes de sièges versus le vote populaire (plus de détails dans ce billet).

Aussi étrange que cela puisse paraître, si le vote entre les trois partis de tête demeure serré, le PQ pourrait l'emporter (minoritaire) même en terminant troisième au vote populaire. Et oui, la division du vote peut favoriser le PQ.

Par exemple, considérez la simulation #320 de la dernière projection. Voici le vote populaire:
PLQ 29,6%
CAQ 26,8%
PQ 25,1%
QS 14,1%

Et voici la projection de sièges:



Ce n'est qu'un exemple de l'efficacité du vote péquiste, mais il y en a d'autres. Oui, le Parti québécois a chuté dans les derniers sondages depuis le printemps, mais les intentions de vote demeurent tout de même serrées. Un changement de quelques points à peine rendrait la projection de sièges obsolète.

D'ailleurs, il serait grand temps pour nouvelle projection, n'est-ce pas? Dès que les chiffres Mainstreet du mois d'août seront publiés, je lancerai le simulateur.


Bonne semaine à tous et toutes!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125


vendredi 11 août 2017

Entrevue à BLVD 102,1 FM

J'ai discuté ce matin avec Mario Tremblay, animateur du matin à la station BLVD 102,1 FM de Québec. Pour écouter cette entrevue, cliquez sur ce lien.

Je remercie BLVD pour cette agréable entrevue.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125


mercredi 9 août 2017

Où en étions-nous?

Maintenant que les vacances d'été tirent à leur fin, que les écoliers, cégepiens et universitaires se préparent au retour en classe, que la routine automnale reprend... je me suis dit que l'on pourrait commencer par un simple billet intitulé « Où en étions-nous? »

Deux sondages ont été publiés depuis la dernière projection Qc125 - qui date du 22 juin dernier - et un troisième devrait paraître dans The Gazette la semaine prochaine (par la firme Mainstreet, si on se fie à leur cadence).

Le jour de la Saint-Jean-Baptiste, Le Devoir a publié les chiffres Léger suivants:
PLQ 31% (-1% par rapport à mai 2017)
CAQ 28% (+2%)
PQ 22% (-1%)
QS 15% (+2%)
PCQ 3% (--)

(Pourquoi avoir publié un sondage lors d'un jour férié où la plupart des Québécois décrochent de la politique? Je l'ignore.)

Puis, en plein mois de juillet, The Gazette publie le sondage Mainstreet estival suivant:
PLQ 33% (+0% par rapport à juin 2017)
CAQ 28% (+1%)
PQ 21% (-1%)
QS 19% (+1%)

Je n'ai pas compilé de nouvelle projection depuis, mais je le ferai sans doute dans une dizaine de jours quand The Gazette sortira de nouveaux chiffres.

Toutefois, outre le fait que j'essayais désespérément de prendre des vacances, une nouvelle projection n'aurait été bien révélatrice, car ces chiffres Léger et Mainstreet se trouvaient bien à l'intérieur des marges d'erreur de la dernière projection - à l'exception du 19% de Québec solidaire dans le Mainstreet de juillet - et n'auraient pas fait bouger l'aiguille de façon significative.

Comparons ces deux sondages avec la dernière projection du vote populaire:



Quelques observations:
  • Les chiffres du PLQ concordent bien avec la dernière projection. En fait, depuis plus d'un an, le support pour le PLQ est stable et se situe entre 30% et 35%;
  • Les deux derniers sondages mesurent 28% d'appuis pour la CAQ, ce qui s'accorde bien avec la dernière projection de 27,3%. Une nouvelle projection estivale n'aurait fait grimper la CAQ que marginalement;
  • Depuis mai dernier, le PQ est en troisième place des sondages. Ces deux coups de sonde estivaux auraient abaissé le PQ de quelques fractions de points, mais sans plus. Est-ce que le PQ a atteint son plancher et ne peut que remonter à l'automne? C'est possible. Le congrès national de septembre pourrait bien être déterminant pour la formation souverainiste.
  • Finalement, si une projection estivale avait été compilée par le modèle Qc125, Québec solidaire aurait probablement franchi la barre des 15% d'appuis pour la première fois. À 14,0% selon la dernière projection, ce parti semble continuer sa lente progression dans les sondages depuis le printemps. Pas moins de quatre sondages (deux Léger et deux Mainstreet) ont été lancés et publiés depuis le congrès solidaire de mai dernier et, clairement, le refus d'une convergence avec le PQ de la part des membres de QS n'a pas fait descendre ses appuis - du moins, à court terme.


Qu'en est-il de l'efficacité du vote pour ces trois partis? Commençons avec le PLQ. Voici le graphique de la projection de sièges libéraux en fonction du vote populaire libéral (10 000 simulations):



Les points roses indiquent les simulations où le PLQ sousperforme sa moyenne de 31,8% et les points rouges, où il surperforme. Les courbes de tendance linéaires sont aussi séparées selon les simulations de sousperformance et surperformance.

La valeur de la pente nous indique, en moyenne, combien de sièges supplémentaires le PLQ gagne pour chaque pourcentage de vote populaire (seulement valide dans l'intervalle indiqué, évidemment). La pente du PLQ se trouve juste sous les 4 sièges par point : 3,95 sièges/% lorsqu'il sousperforme et 3,99 sièges/% lorsqu'il surperforme.

Conclusions: entre 30% et 34%, le PLQ se trouve au beau milieu d'une zone payante où il remporte beaucoup de sièges par point gagné (et perd beaucoup par point perdu).

Regardons le même graphique pour la CAQ:



La pente du graphique est plus abrupte lorsque la CAQ sousperforme (5,60 sièges/%) que lorsqu'elle surperforme (4,56 sièges/%), comment est-ce possible?

La raison est bien simple: entre 25% et 27% d'appuis (et avec le PQ entre 20% et 24%), la CAQ fait rapidement le plein de sièges aux dépens du PQ, particulièrement dans le 450. Toutes ces circonscriptions pivots des Laurentides, de Lanaudière et de la Montérégie tombent graduellement aux mains de la CAQ lorsqu'elle celle-ci se distancie du PQ.

Ensuite, lorsque la CAQ approche les 30% d'appuis, elle commence à aller chercher des circonscriptions libérales de la Capitale nationale, de Chaudière-Appalaches et de la Mauricie. Certes, la pente diminue à 4,56 sièges/%, mais cette pente est encore supérieure aux pentes libérales.

Finalement, jetons un coup d'oeil aux données du Parti québécois:



Il n'y a pas meilleure description visuelle de ce qu'est la zone payante d'un parti.

Sous sa moyenne de 22,5%, le PQ récolte en moyenne un maigre 3,84 sièges/%. Et lorsqu'il surperforme? La pente prend un virage abrupt et devient 5,78 sièges/% - soit la pente la plus élevée tous partis confondus.

Voici pourquoi les électeurs péquistes ne devraient pas baisser les bras malgré la baisse d'appuis du PQ depuis le printemps dernier: le vote péquiste est encore hautement efficace. Quelques points supplémentaires pourraient signifier une importante récolte de circonscriptions.

Évidemment, cet optimisme doit être accompagné d'une dose de réalisme: entre 22% et 24% du vote populaire, le PQ ne peut espérer prendre le pouvoir l'an prochain.

* * *

Le rythme reprend tranquillement! Tel que mentionné plus haut, des nouveaux chiffres Mainstreet devaient être publiés dans The Gazette la semaine prochaine. J'en profiterai pour compiler une nouvelle projection et ainsi commencer l'automne du bon pied.

Bonne journée à tous et toutes!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125


jeudi 3 août 2017

Mairie de Montréal: une véritable course?

La course à la mairie de Montréal pourrait s'avérer plus serrée que l'on aurait cru, selon un sondage Léger dont Qc125 a obtenu copie de certains extraits intéressants.

La prise de sonde en question a été menée par un panel d'internautes du 14 au 19 juin dernier auprès de plus de deux mille Montréalais - ce qui constitue un échantillon quand même important pour un sondage de politique municipale.

Selon ces chiffres de Léger, Denis Coderre est bel et bien en avance sur sa rivale Valérie Plante de Projet Montréal, ce qui n'est pas étonnant considérant que des sondages de 2015 (SOM - Cogeco Nouvelles et Léger/Le Devoir/Le Journal de Montréal) accordaient à M.Coderre des appuis quasi insurmontables - et des taux de satisfaction très élevés.


[Visitez la page « Montréal 2017 » de Qc125 pour plus d'information sur la course à la mairie.] 

Toutefois, ce nouveau sondage n'accorde pas à Denis Coderre une avance « labaumesque », ce qui pourrait laisser présager, vraisemblablement, qu'il y aura une véritable course à la mairie de Montréal - et non un simple couronnement.

Voici les réponses aux questions « Si des élections municipales avaient lieu aujourd'hui, pour quel parti auriez-vous l'intention de voter? » et « Même si votre choix n'est pas encore fait, pour lequel des partis politiques suivants auriez-vous le plus tendance à voter? »



Certes, plusieurs analystes pourraient affirmer qu'une avance de 14%, sans être insurmontable, est tout de même considérable. Toutefois, l'aspect le plus étonnant de ce sondage est que, contrairement à Denis Coderre qui jouit d'une importante notoriété (non seulement à Montréal, mais partout au Québec), Valérie Plante est encore relativement peu connue du public.

En effet, à la question « Avez-vous plutôt une bonne opinion, plutôt une mauvaise opinion ou vous ne connaissez pas les partis politiques suivants? » voici les résultats pour Équipe Denis Coderre:



L'opinion favorable envers Denis Coderre et son parti reflète les intentions de vote à leur égard. En effet, 44% des répondants affirment avoir une bonne opinion de l'Équipe Denis Coderre, contre 37% qui disent avoir une mauvaise opinion.

Ce différentiel de favorabilité de +7% est certainement de bon augure pour un maire sortant.

Seulement 10% des répondants affirment ne pas connaître le parti de Denis Coderre, ce qui n'est pas étonnant en soi: c'est bien connu que l'amour entre Denis Coderre et les caméras est fortement réciproque.


Considérez les résultats à la même question pour Projet Montréal:


L'opinion favorable envers Projet Montréal est mesurée à 34%, soit 10% de moins que le parti du maire Coderre, mais regardez la mesure d'opinion défavorable: seulement 12% (contre 37% pour M.Coderre). Ce différentiel de favorabilité de +22% est une donnée fort encourageante pour l'équipe de Mme Plante.

De plus, pas moins de 40% (!) des répondants affirment ne pas connaître Projet Montréal. Si Projet Montréal est présentement à 29% des intentions de vote, mais que quatre électeurs sur dix ne les connaissent pas, il y a donc ici un potentiel de croissance pour ce parti.

De plus, si Projet Montréal frôle la barre des 30% avec une cheffe qui n'a certainement pas joui de la couverture médiatique du maire Coderre, qu'arrivera-t-il si Mme Plante performe au-delà des attentes lors de la campagne et des débats à venir?

Évidemment, jouir de forts appuis dans un sondage malgré une faible notoriété peut être trompeur. En effet, il s'agit ici d'un double tranchant: lorsque plus de Montréalais apprendront à connaître Mme Plante au cours de l'automne, est-ce qu'elle parviendra à transformer ces 40% en potentiels électeurs? Rien n'est si sûr et la pente est tout de même abrupte pour Projet Montréal.


Une projection *très* préliminaire.



Nous avons donc un grand total d'un sondage publié en 2017 qui concerne directement la course à la mairie de Montréal:



Comment est-il possible de calculer une projection basée sur un seul sondage? Ce n'est pas idéal, car la marge d'erreur du modèle Qc125 est habituellement calculée à partir d'une série de sondages. Comme cela est présentement impossible, voici des courbes normales (gaussiennes) avec des marges d'erreurs contenant assez d'espace pour inclure un forte proportion d'indécis.


Dès que d'autres sondages seront publiés (Léger? Mainstreet? CROP? Oui, je m'adresse à vous tous!) sur la course à la mairie, le modèle pourra évaluer une marge d'erreur raisonnable et réaliste - et il sera ainsi possible de calculer les probabilités du vainqueur. Pour l'instant, disons simplement que M.Coderre est favori.

L'incertitude pour les « autres » est plus élevée, car les candidatures ne sont pas encore finalisées, mais il semble bien, pour l'instant, que la campagne automnale sera une course à deux entre M.Coderre et Mme Plante.

Voici les intervalles de confiance de 95%:

[FAQ: Comment lire ce graphique?]




En conclusion


Il y a certes des aspects intéressants dans ce sondage pour Projet Montréal, mais il demeure que la pente à monter sera abrupte. Néanmoins, il ne faut pas oublier que M.Coderre a remporté le poste de maire il y a quatre ans avec moins du tiers des électeurs (32,2%) et que le taux de participation en 2013 n'était qu'un maigre 43%.

Dans une course à deux comme celle-ci, le parti qui parviendra à convaincre le plus grand nombre de nouveaux électeurs sera probablement favori le 5 novembre prochain.

Sur ce, bonne journée à tous et toutes!


[Pour consulter l'extrait du sondage Léger, cliquez sur ce lien.]




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125