mercredi 27 septembre 2017

Exclusif Qc125 - Mairie de Montréal: l'avance de Coderre a fondu

Nous interrompons la programmation régulière de ce blogue pour vous présenter de nouvelles données dans la course à la mairie de Montréal.

Vous vous souvenez peut-être d'un sondage Léger Marketing datant de juin dernier publié sur cette page au début du mois d'août. Il s'agissait du premier et du seul sondage, jusqu'à aujourd'hui, publié sur la mairie de Montréal. Ces données de Léger indiquaient que Denis Coderre possédait une avance de 14% sur sa rivale Valérie Plante.

Toutefois, le coup de sonde mesurait aussi le niveau de notoriété des candidats en lice et on apprenait que Mme Plante était encore largement inconnue du public montréalais. Pas moins de 40% des répondants affirmaient ne pas connaître la candidate de Projet Montréal et seulement 12% soutenaient avoir une mauvaise opinion de Projet Montréal (contre 37% pour Équipe Coderre).

Ces chiffres indiquaient donc que, contrairement à une impression répandue dans certains médias, Denis Coderre ne possédait pas une avance « Labaumesque » et qu'il n'y avait pas à l'horizon un simple couronnement pour le maire sortant.

Ceux et celles ayant encore une meilleure mémoire se souviendront d'un sondage Léger de mi-mandat, publié en novembre 2015, dans lequel le maire Coderre possédait une avance monstrueuse de 44% sur son plus proche rival.

Le moindre que l'on puisse dire est que l'avance dont jouissait Denis Coderre a fondu comme neige au Soleil. Il semble bien que nous ayons une véritable course pour la mairie de Montréal.

Nous publions ici ce matin des données exclusives d'un sondage Recherche Mainstreet/Qc125.com. Sur le terrain du 20 au 22 septembre 2017, ce sondage a consulté 500 électeurs montréalais. La marge d'erreur est de 4,4%.

* * *


Sans surprise, Denis Coderre est en tête des intentions de vote avec 30% des appuis. De son côté, Valérie Plante de Projet Montréal obtient le support de 25% des répondants. Finalement, Jean Fortier de Coalition Montréal, qui n'a lancé sa campagne que la semaine dernière, reçoit l'appui d'un maigre 3% des répondants.

Toutefois, la donnée la plus importante de ce coup de sonde est la quantité élevée d'indécis: 41% des répondants de ce sondage ne se sont pas prononcés.


Certes, Denis Coderre demeure donc en tête des intentions de vote, mais, considérant la marge d'erreur de ce sondage, nous pouvons aussi parler d'une égalité statistique.

Comment les chiffres ont-ils changé depuis le sondage Léger de juin dernier? Considérez la figure suivante:



Il s'agit des deux seuls sondages sur la campagne à la mairie. En juin, Denis Coderre jouissait d'une avance de 14% sur sa rivale et un tiers des électeurs se disaient indécis. Ce dernier coup de sonde de Mainstreet indique une modeste montée des appuis à Projet Montréal, mais une chute de six points de M.Coderre. Les indécis sont aussi en hausse, ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour tout candidat sortant.



Afin de visualiser ce que ces chiffres signifient, voici des courbes gaussiennes non-corrélées (donc indépendante une de l'autre) représentant les probabilités du vote populaire avec un candidat à 30% et un autre à 25% lorsque la marge d'erreur est celle du présent sondage:


Remarquez que ces courbes se croisent? Denis Coderre est donc probablement encore en avance, mais la course s'est définitivement resserrée. En ajoutant une corrélation directe entre ces courbes (si une monte, l'autre descend et vice-versa), elles se croisent davantage:


Dans une telle distribution, Denis Coderre remporte environ 80% des simulations... mais la quantité importante d'indécis rend cette probabilité vide de sens. Il est présentement impossible avec autant d'indécis (et un seul sondage depuis trois mois) d'évaluer les probabilités du vainqueur.

Nous tenterons d'évaluer ces probabilités lorsque d'autres sondages seront publiés dans les prochaines semaines. Souhaitons qu'il y en ait d'autres.


Regardons maintenant les sous-échantillons de ce sondage par groupe d'âge et par la langue la plus utilisée à la maison.

[Attention: comme je l'ai répété à maintes reprises sur ce blogue, il faut faire preuve d'une extrême prudence avec les sous-échantillons d'un sondage, car la marge d'erreur est plus importante que sur les données de l'échantillon entier.]



Les 18-34 ans



Chez les jeunes électeurs montréalais âgés de 18 à 34 ans, Valérie Plante et Projet Montréal sont en tête des intentions de vote avec 36%. Loin derrière se trouve Denis Coderre avec 20%. Le taux d'indécis chez les jeunes est légèrement plus élevé que la moyenne avec 43%

Nous pouvons parier que les candidats de Projet Montréal feront tout en leur pouvoir pour faire sortir le vote des jeunes. Il s'agit de l'électorat qui leur est le plus favorable.




Les 35-64 ans



Chez les adultes de 35 à 64 ans, le maire sortant possède une avance de 7% sur sa rivale, soit bien à l'intérieur de la marge d'erreur de ce sous-échantillon. Denis Coderre obtient 30% contre 23% pour Valérie Plante.


La proportion d'indécis chez ce groupe d'âge est alignée avec l'échantillon entier à 41%.



Les 65 ans et plus



Chez les électeurs plus âgés, Denis Coderre possède une forte avance sur sa rivale, bien au-delà de la marge d'erreur de ce sous-échantillon. Presque la moitié (46%) des électeurs de 65 ans et plus appuient Denis Coderre à la mairie de Montréal.

De son côté, Valérie Plante n'obtient que 15% de cette tranche de l'électorat. Il y a 35% d'indécis.

Il s'agit ici d'une excellente nouvelle pour M.Coderre. C'est bien connu que les électeurs âgés ont généralement tendance à voter en plus grand nombre que les jeunes.




Les francophones



Chez les électeurs francophones, nous avons une égalité statistique. Projet Montréal obtient le tiers des répondants dans ce sondage, mais l'écart est bien trop mince pour en tirer des conclusions définitives.





Les non-francophones



Denis Coderre obtient environ la même proportion d'appui chez les non-francophones que chez les francophones, mais sa rivale Valérie Plante ne peut pas en dire autant. Seulement 10% des électeurs non-francophones de ce sondage affirment appuyer la candidate de Projet Montréal.


Toutefois, regardez la proportion d'indécis: plus de la moitié (53%) des répondants non-francophones se disent indécis. Il y a donc ici un potentiel de croissance pour les deux partis, surtout lorsqu'on considère le fait que le parti préféré des électeurs non-francophones en 2013 était Vrai Changement pour Montréal de Mélanie Joly.

Si les électeurs de Vrai Changement de 2013 décident de se ranger du côté de Denis Coderre, les chances que Montréal n'élise sa première mairesse en 2017 seront bien minces.

À l'inverse, si Mme Plante et son équipe parviennent à convaincre une portion significative de ces 53% d'indécis, cela pourrait causer bien des maux de tête au maire sortant.




En conclusion




Les données disponibles sur la course à la mairie de Montréal se font étonnamment rares en 2017. Pourtant, nous avons le potentiel d'assister à véritable bataille de tranchée. Pourquoi? En 2013, quatre partis se sont partagé l'électorat montréalais et le vainqueur, M.Coderre, a remporté la mairie avec moins du tiers des électeurs! Pour l'instant, Coalition Montréal et Vrai Changement ne semblent pas en route pour répéter leur score respectif de 2013. Ces milliers d'électeurs devront donc se ranger quelque part.

Contrairement à ce que croient certains observateurs dépourvus de données, il semblerait bien que cette course à la mairie sera serrée et se gagnera probablement sur le terrain.

Dans sa chronique de lundi, Konrad Yakabuski du quotidien The Globe and Mail a prédit que la campagne à la mairie de Montréal serait un « snoozer », car ce n'était pas une question de « si » Coderre allait gagner, mais par combien. J'ai certainement du respect pour M.Yakabuski et son travail, mais sur quelles données s'est-il basé pour formuler une telle impression? Peut-être que M.Coderre l'emportera facilement en novembre comme certains le croient, mais ce n'est pas du tout le portrait actuel que nous avons selon les données disponibles à ce jour.


Espérons qu'il y aura une suite à ce sondage au mois d'octobre.


Sur ce, bon mercredi à tous et toutes!


* * *

Pour consulter le rapport du sondage Mainstreet/Qc125, cliquez sur ce lien.




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125