lundi 25 septembre 2017

Projection Qc125 du 25 septembre 2017

Depuis juin 2013, nous avons au Québec une loi sur les élections à date fixe - cette loi étant une réalisation du gouvernement de Pauline Marois et de son ancien ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville.

Ainsi, à moins d'un imprévu majeur - ou dans le cas d'un gouvernement minoritaire - les élections générales au Québec ont lieu le premier lundi d'octobre tous les quatre ans. L'actuel gouvernement libéral de Philippe Couillard soufflera ses quatre bougies en avril prochain, donc les élections générales sont prévues pour le 1er octobre 2018.

[Mais attention: cette loi n'est toutefois pas 100% contraignante: « Ce pouvoir [de choisir la date d'une élection] ne disparaîtrait cependant pas complètement, puisque le premier ministre aura toujours la prérogative de déclencher des élections avant la date de scrutin prévue. » - source.]

Donc, dans exactement douze mois, nous serons dans le dernier droit de la campagne de 2018!

* * *

Deux nouveaux sondages ont été publiés depuis la dernière projection Qc125 du 18 août 2017. À la fin du mois d'août, un sondage Léger/Le Devoir/Journal de Montréal accordait quatre points d'avance au PLQ (32%) sur la CAQ (28%), et six points d'avance à la CAQ sur le PQ (22%). De son côté, Québec solidaire chutait de 3% avec 12% d'appuis.

Puis eut lieu le congrès national du Parti québécois. Un vote de confiance de 92,8% envers le chef péquiste Jean-François Lisée a sans doute surpris quelques observateurs et réjoui plusieurs électeurs péquistes.

La semaine dernière, un sondage Mainstreet/The Gazette indiquait que le Parti québécois jouissait d'une légère hausse post-congrès. En effet, Mainstreet a mesuré les appuis du PQ à 26%, soit à égalité pour le deuxième rang avec la CAQ. Les Libéraux sont toujours en tête, mais avec leur score le plus bas depuis plus d'un an à 30%. Québec solidaire pour sa part se maintenait avec 18% des intentions de vote.

Comparons ces deux sondages avec la dernière projection Qc125:



Après une étude approfondie de ces deux nouveaux sondages - incluant leurs sous-échantillons régionaux et démographiques - nous possédons maintenant suffisamment de données pour lancer le simulateur et compiler une nouvelle projection Qc125.

Cette nouvelle projection est divisée en trois parties:

  1. La projection du vote populaire
  2. La projection des totaux de sièges
  3. La projection du vainqueur

Nous étudierons la carte complète de la projection, ainsi que les projections des 125 circonscriptions du Québec lors du prochain billet plus tard cette semaine.

Cette projection prend en compte les sondages des six derniers mois. Chaque sondage a été pondéré selon la taille de son échantillon et de sa date de prise de sonde. Évidemment, les sondages plus récents possèdent un poids plus important dans la pondération.

De plus, le modèle Qc125 tient compte des résultats d'élections générales de l'ère post-référendaire (1998, 2003, 2007, 2008, 2012, 2014).

Au total, 50 000 simulations d'élections générales ont été effectuées pour cette nouvelle projection.

Sans plus tarder, voici la projection Qc125 du 25 septembre 2017.



1- La projection du vote populaire



C'est sans surprise que le Parti libéral du Québec demeure en tête des intentions de vote des Québécois encore ce mois-ci. Ce parti mène dans les sondages, toutes firmes confondues, depuis plus de dix-huit mois maintenant - avec une seule exception: le sondage de Recherche Mainstreet de mai dernier. Avec seulement 31,0% des intentions de vote, si cette valeur devait se concrétiser dans l'urne, ce serait le pire score du PLQ depuis la Confédération (merci à Don Macpherson du quotidien The Gazette pour cette remarque.)


En deuxième place se trouve la Coalition Avenir Québec avec 27,2%. Devant le PQ dans tous les sondages depuis le mois de mai, la CAQ a bondi dans les dernières projections Qc125 en gagnant environ le tiers des simulations. Toutefois, le dernier coup de sonde de Mainstreet plaçait la CAQ à égalité avec le PQ à 26% des intentions de vote.

Le Parti québécois, fort d'un congrès national sans mélodrame, remonte quelque peu dans cette projection avec 23,8% des intentions de vote. Quoique le PQ soit toujours en troisième place, nous verrons plus bas que ce modeste gain au vote populaire augmente significativement sa projection de sièges.

De son côté, Québec solidaire possède présentement des données plutôt « erratiques ». L'intervalle de confiance de QS s'est élargi considérablement de par l'écart de 6% entre les sondages Léger d'août et Mainstreet de septembre. La moyenne du vote populaire de QS descend quelque peu à 14,1%.

Finalement, le Parti conservateur du Québec est stable avec 2,5% des intentions de vote. Les appuis au PCQ sont non négligeables dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, mais ce parti a du pain sur la planche s'il espère faire une percée aux prochaines élections.

Voici la projection du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95%.


[Le Parti conservateur du Québec n'est pas indiqué sur cette figure, mais son intervalle de confiance est de 2,1% à 3,0%.]


Voici les distributions statistiques du vote populaire de la projection. Chaque colonne est une tranche de 0,2%. On remarque les courbes du PQ et de la CAQ se croisent, ainsi que celles de la CAQ et du PLQ.


Avec ces distributions, le PLQ remporte le vote populaire dans 92,9% des 50 000 simulations.



La CAQ remporte le vote populaire dans les 7,1% de simulations restantes. Le PQ ne remporte le vote populaire dans aucune des 50 000 simulations.


Comment ces projections du vote populaire se traduisent-elles en circonscriptions? Voici.





2- La projection des totaux de sièges



Devant un électorat si divisé, il aurait été étonnant qu'un parti ou un autre domine réellement la projection de sièges. La moyenne de sièges la plus élevée revient au Parti libéral avec 48,6 sièges, une baisse de 0,8 siège par rapport à la dernière projection Qc125.


L'écart se resserre au deuxième rang avec la Coalition Avenir Québec et une moyenne de 39,6 sièges. Nous verrons plus bas que l'intervalle de confiance de la projection de sièges de la CAQ est particulièrement large, car cette projection contient un nombre élevé de comtés pivots entre la CAQ et le PQ.

Le Parti québécois est le seul parti qui augmente sa moyenne de sièges avec 31,8, soit 4,7 de plus qu'à la dernière projection. Cette modeste hausse du PQ, combinée avec la faible baisse de la CAQ, fait chavirer de nombreuses circonscriptions aux mains du PQ dans plusieurs simulations effectuées - particulièrement dans Laurentides-Lanaudière et la Montérégie. En effet, la volatilité du 450 augmente significativement l'incertitude de la projection.

Finalement, Québec solidaire obtient en moyenne 5,0 sièges. Les circonscriptions les plus susceptibles de passer à QS sont, encore une fois, toutes sur l'Île de Montréal.

Voici la projection de sièges avec les intervalles de confiance de 95%. Tel que mentionné plus haut, nous pouvons remarquer que les distributions sont larges - en particulier celle de la CAQ.



Voici les distributions statistiques des projections de sièges pour le PLQ, la CAQ et le PQ. Nous pouvons constater de cette figure que la probabilité d'un gouvernement majoritaire n'est pas nulle, mais est extrêmement faible. Seules les extrémités droites des courbes libérales et caquistes parviennent au seuil de 63 sièges.



Ces courbes quasi gaussiennes renferment aussi de l'information sur l'incertitude de la projection. Nous pouvons remarquer que la courbe libérale est la plus haute et étroite, ce qui indique que la projection de sièges du PLQ est plus « confiante ». La courbe de la CAQ, quant à elle, est basse et large - ce qui signifie que les totaux de sièges caquistes sont plus incertains.





3- La projection du vainqueur




Avec ces informations en main, nous sommes en mesure de compiler les probabilités du résultat des simulations.

Le Parti libéral remporte une pluralité de sièges dans 63,2% des simulations. La probabilité d'un gouvernement libéral majoritaire n'est que de 1,7%. Cette probabilité d'une victoire libérale est stable en comparaison avec la dernière projection (62,3%).


La Coalition Avenir Québec remporte 27,4% des simulations, dont 0,2% avec 63 sièges ou plus. Avec les chiffres actuels, une victoire caquiste serait donc tout à fait probable, mais une victoire majoritaire serait considérée comme une donnée aberrante. Lors de la dernière projection, la CAQ remportait le tiers des simulations, donc il s'agit d'une faible baisse de ses probabilités de victoire.

Le Parti québécois termine avec une pluralité de sièges dans 6,3% des simulations. Malgré que cette probabilité de victoire soit encore faible, il s'agit d'une hausse importante par rapport au mois dernier, alors que le PQ ne gagnait que 1,1% des simulations.

Finalement, il y a une égalité au sommet du total de sièges dans 3,0% des simulations. Tous les types d'égalité surviennent au cours des 50 000 simulations, mais environ les deux tiers des égalités sont PLQ-CAQ et l'autre tiers, PLQ-PQ.





En conclusion




À un an des élections générales au Québec, le portrait pourrait difficilement être plus flou. Certes, le Parti libéral mène au vote populaire, dans la projection de sièges et dans les probabilités de victoire, mais aucune de ces positions de tête ne peut être considérée comme confortable pour M.Couillard et son équipe.

Dans plusieurs simulations, la Coalition Avenir Québec parvient à arracher une bonne part des circonscriptions libérales de Québec et de nombreux comtés péquistes du 450. Toutefois, plusieurs de ces circonscriptions sont des pivots, alors quelques fractions de point de moins et la CAQ pourrait se retrouver avec à peine une trentaine de sièges (ce qui serait toute de même le meilleur résultat de l'histoire ce parti, mais j'ai l'impression que peu de caquistes s'en réjouiraient). La projection de sièges de la CAQ est la plus incertaine, car ce parti est compétitif dans un grand nombre de comtés serrés.

Pour le Parti québécois, malgré qu'il soit toujours en troisième place, cette modeste hausse dans la projection démontre à quel point le vote péquiste est efficace. Parmi les 6,3% de simulations qui aboutissent en victoire péquiste, les deux tiers d'entre elles surviennent alors que le PQ termine troisième au vote populaire! Les rivaux du PQ seraient bien imprudents de sous-estimer les chances de ce parti.



Je travaille sur la carte de la projection ainsi que les chiffres pour les 125 circonscriptions. Ces données seront disponibles dans les prochains jours.

Merci de lire et de partager Qc125! Vous êtes de plus en plus nombreux à visiter cette page et votre support est extrêmement apprécié.

Bonne semaine à tous et à toutes!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

Twitter: @Qc_125

Facebook: @Qc125