mardi 31 octobre 2017

Qc125 se joint à L'actualité!

J'ai commencé à écrire le logiciel qui allait devenir le modèle Qc125 à l'automne 2016. J'ai écrit quelques billets de blogue en novembre et décembre 2016, mais ils ont passé plutôt inaperçus. Après tout, je n'avais qu'un compte Twitter inutilisé avec 10 abonnés - en majorité des pornbots de l'Europe de l'Est.

Puis en janvier 2017, quelques journalistes et députés se sont abonnés à ce blogue plein de graphiques colorés. On m'a convaincu de joindre Facebook et Reddit.

Dans mon esprit, le lancement officiel de Qc125 est le matin du 13 janvier 2017. C'est ce matin-là qu'un premier député de l'Assemblée nationale m'a contacté pour me demander: « T'es qui toi? Pis comment ça marche c't'affaire-là? » J'ai réalisé que je tenais entre mes mains un projet sérieux et qui avait le potentiel de générer beaucoup d'attention de la classe politique.

À l'époque, le programme entier était écrit en simple langage VBA et ne pouvait que compiler environ une simulation par minute. C'était lent, ce n'était pas très beau, mais ça fonctionnait. Il ne restait qu'à le rendre meilleur et plus performant.

Grâce aux encouragements de mes proches et de mes premiers lecteurs, j'ai tout réécrit le programme en langage python, corrigé plusieurs erreurs et ajouté de nombreuses données démographiques importantes.

Dix mois plus tard, Qc125 reçoit maintenant plus de cent mille visites par mois!

Il est temps de passer au prochain niveau.

Je suis emballé de vous annoncer que je me joins à l'équipe du magazine L'actualité. On m'a approché après mon passage à l'émission Les Coulisses du pouvoir. Au cours des dernières semaines, j'ai reçu quelques offres de compétiteurs, mais je crois fermement que L'actualité est un excellent «fit» pour Qc125.

Ce blogue va bien sûr se poursuivre, mais quelques chroniques seront publiées exclusivement sur le site de  L'actualité. J'espère que mes lecteurs et lectrices me suivront sur cette nouvelle plate-forme!

D'ailleurs...

Une nouvelle projection électorale Qc125 a été compilée à la suite de la publication des récents sondages Ipsos/La Presse et Léger/Le Devoir.

Cette nouvelle projection Qc125 place le PLQ en tête du vote populaire de justesse et la CAQ en tête des totaux de sièges (de justesse aussi).


Pour lire les détails de la projection, cliquez sur ce lien!

Les cartes des circonscriptions et les projections des 125 comtés seront disponibles sous peu.

Encore une fois, merci à tous mes lecteurs et lectrices. C'est grâce à vous si je peux poursuivre cette aventure!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.


lundi 30 octobre 2017

Sondage CROP/Radio-Canada/CBC: Valérie Plante en avance sur Denis Coderre (de justesse)

Nous entrons dans la dernière semaine de la course à la mairie de Montréal entre le maire sortant Denis Coderre et la cheffe de Projet Montréal Valérie Plante. Hier commençait le vote par anticipation et la participation atteignait près de 3% en après-midi selon Élection Montréal.

Ce matin, un nouveau sondage CROP/Radio-Canada/CBC viendra sans doute donner le ton à cette dernière semaine de campagne qui a de plus en plus des airs de fin de marathon endiablé.

[Il s'agit d'une primeur: un sondage sur l'élection municipale de Montréal qui n'est pas un exclusif de Qc125! J'envoie un clin d'oeil aux grands médias avec celle-là.]




Ce sondage CROP est long et détaillé, mais concentrons-nous sur les intentions de vote, puis regardons les sous-échantillons afin de les comparer aux chiffres Léger de la semaine dernière et ceux de Mainstreet du mois dernier.

La firme CROP était donc sur le terrain du 19 au 24 octobre dernier et a réalisé ce sondage à l'aide d'un panel internet (même méthode que Léger). L'échantillon appréciable de 1094 Montréalais et Montréalaises est plus du double des sondages Léger et Mainstreet.


Voici les chiffres de ce matin:



Après avoir fait campagne littéralement tout l'été et tout l'automne, l'équipe de Valérie Plante devance celle de Denis Coderre par deux points, 39% contre 37% parmi les électeurs décidés. Selon CROP, il ne demeure quand même pas moins de 17% d'électeurs indécis - ce qui est considérable à moins d'une semaine du scrutin.

Les autres candidats à la mairie de Montréal obtiennent un score combiné de 2%

Il s'agit ici d'un incroyable revirement de situation. Rappelons que Denis Coderre possédait une avance confortable de 14% en juin dernier.

Ces chiffres de CROP viennent confirmer que les données de Léger Marketing,  qui plaçaient Coderre et Plante à égalité la semaine dernière, n'étaient pas des données aberrantes.



Lors de la publication du sondage Mainstreet/Qc125 de septembre, j'écrivais que l'avance confortable dont jouissait Denis Coderre avait fondu comme neige au Soleil. La semaine dernière, nous étions en droit de se demander si Léger surestimait l'équipe de Valérie Plante. Certains sur les médias sociaux critiquaient que l'échantillon de 500 répondants était beaucoup trop modeste pour parvenir à des conclusions définitives.

Ces gens n'avaient certainement pas tort. Avec les sondages, le doute est toujours plus sage que la certitude - en particulier envers les sous-échantillons. (D'ailleurs, un sondage probabiliste de 500 répondants, comme celui de Mainstreet, possède une marge d'erreur d'environ ±4%, la marge d'erreur grandit considérablement pour les sous-échantillons.)

Toutefois, une succession de sondages est beaucoup plus fiable et révélatrice qu'un sondage unique pris hors contexte. Voici les quatre sondages publiés en 2017 sur la course à la mairie de Montréal:



Le scrutin de dimanche prochain pourrait certes apporter son lot de surprises, mais force est d'admettre que le momentum se trouve du côté de Projet Montréal.

Jetons un regard aux sous-échantillons du sondage CROP et comparons-les avec les chiffres Léger et Mainstreet.



Les francophones



Chez l'électorat francophone, Valérie Plante possède une avance de 6% sur Denis Coderre selon ces derniers chiffres de CROP. Valérie Plante obtient le support de 44% des électeurs francophones et Denis Coderre, 38%.



Il semble ici y avoir un gain net du côté de Projet Montréal. Mainstreet en septembre et Léger en octobre nous indiquaient qu'il y avait une égalité statistique chez l'électorat francophone (Mainstreet: Plante +4%; Léger: Coderre +3%).



Un support de 44% chez les francophones indique que Projet Montréal aurait fait des percées hors de ses bastions habituels du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont.





Les non-francophones




En septembre, Mainstreet accordait à Denis Coderre une avance importante de 23 points auprès des non-francophones. Bien que cela pouvait sembler insurmontable, Mainstreet mesurait aussi que plus de la moitié des non-francophones se déclaraient indécis (53%).

La semaine dernière, coup de théâtre: Léger accordait une avance de 5% à Valérie Plante chez l'électorat non francophone. Était-ce une donnée aberrante?

Il semblerait que non. Voici les chiffres de CROP:



Nous avons donc une égalité statistique entre Denis Coderre et Valérie Plante avec 35% et 34%, respectivement.

En fait, selon CROP, l'électorat anglophone se range davantage du côté de Plante (36% contre 31%).

Les allophones favorisent Denis Coderre par un score de 39% contre 33%.

Regardons les chiffres des trois maisons de sondage:


Mainstreet avait probablement sous-estimé les appuis non francophones de Valérie Plante en septembre, mais il est aussi possible que de nombreux électeurs parmi les 53% d'indécis aient décidé de supporter Mme Plante au cours du mois d'octobre. Il s'agit tout de même d'un important revirement sur lequel Léger et CROP sont d'accord: ceux et celles qui croyaient que les non-francophones allaient automatiquement couronner l'ancien ministre libéral semblent s'être royalement trompés.


Regardons maintenant les intentions de vote par tranche d'âge.




Les 18-34 ans



Chez les jeunes électeurs de 18 à 34 ans, Valérie Plante possède une avance importante de 11% sur Denis Coderre avec des appuis de 40% contre 29%.



Nous avons ici un premier exemple où les firmes qui ont sondé les Montréalais ne sont pas d'accord. En septembre, Mainstreet accordait à Valérie Plante une avance de 16% chez les jeunes électeurs. Un mois plus tard, Léger accordait une avance de 6% à Denis Coderre auprès du même électorat (presque une égalité statistique considérant la taille de l'échantillon).



CROP répond en confirmant que les jeunes Montréalais semblent un peu plus enclins à supporter la candidate de Projet Montréal.

Toutefois, c'est bien connu que les jeunes électeurs votent en moins grand nombre que les citoyens plus âgés. Projet Montréal arrivera-t-il à faire sortir le vote des jeunes? Ce sera certainement un défi de taille pour l'équipe de Mme Plante.





Les 35-54 ans



Le vote des électeurs de 35 à 54 sera certainement déterminant dimanche prochain. Léger mesurait une égalité entre les candidats dans son sondage la semaine dernière.

Ce matin, CROP confirme les données de Léger:



Dans son coup de sonde, CROP accorde une légère avance de 2% à Valérie Plante - considérant la taille du sous-échantillon, il s'agit ici d'une égalité statistique.

Mainstreet n'est pas ajouté au graphique ci-dessous, car cette firme découpe les tranches d'âge différemment. En guide de comparaison, Mainstreet accordait à Denis Coderre une avance de onze points chez les 35-49 ans le mois dernier.





Il est à noter qu'en juin, Léger accordait une avance de 19 points à Denis Coderre auprès de ce groupe d'âge. Clairement, la candidate de Projet Montréal a gagné du terrain sur son rival.





Les 55 ans et plus



Finalement, CROP accorde une avance de 6% à Denis Coderre auprès des électeurs plus âgés. Il s'agit d'un contraste important avec les chiffres Léger - qui donnaient plutôt une avance de 5% à Valérie Plante.



Encore une fois, Mainstreet n'est pas inclus dans cette comparaison, mais les chiffres Mainstreet chez les 65 ans et plus étaient sans équivoque: une avance de 31% (!) pour le maire sortant. Ce que Léger et CROP nous indiquent cette semaine est que les chiffres se sont incroyablement resserrés au cours du dernier mois.



Démographiquement, nous pourrions nous attendre à ce que les électeurs âgés soient plus enclins à voter pour Denis Coderre et son équipe, mais ces deux coups de sondent consécutifs nous démontrent que le vote de cette tranche de l'électorat sera sans doute chaudement disputé.





En conclusion



Et maintenant, ce que plusieurs lecteurs et lectrices attendent depuis le début de ce billet: quelle est la projection du vainqueur de l'élection à la mairie de Montréal?

La semaine dernière, Qc125 publiait une version préliminaire de ce graphique:



Comment doit-on interpréter cette figure? Comme le vote à la mairie est un simple scrutin où un électeur égale un vote, nous pouvons tracer les probabilités de l'écart du vote entre Denis Coderre et Valérie Plante. Si l'écart est supérieur à zéro (les colonnes orangées), Denis Coderre l'emporte et demeure maire de Montréal pour un deuxième mandat. Si l'écart est négatif (les colonnes vertes), alors Valérie Plante devient la première mairesse de l'histoire de Montréal.

Les probabilités sont déterminées par une moyenne pondérée des sondages qui prend compte de l'historique des taux de participation des groupes d'âge et du découpage démographique de Montréal. Évidemment, avec seulement deux sondages en un mois, les chiffres étaient pour le moins préliminaires. Néanmoins, en ne considérant que les sondages Mainstreet de septembre et Léger d'octobre, le modèle donnait la victoire à Denis Coderre dans 64,4% des simulations.

En ajoutant ce dernier sondage CROP au modèle, la projection chavire en faveur de Valérie Plante:


Considérant que le sondage CROP, dont l'échantillon est le double de ceux de Léger et Mainstreet, plaçait Valérie Plante en avance, la candidate de Projet Montréal devient favorite selon le modèle... mais de justesse.

En fait, nous avons littéralement une situation d'un « pile ou face » à moins d'une semaine de l'élection.

L'avance de Denis Coderre auprès de l'électorat plus âgé joue en sa faveur et resserre considérablement la projection.


Y aura-t-il davantage de sondages d'ici le scrutin de dimanche?

La Presse, Le Devoir, Le Journal de Montréal, The Gazette, je regarde dans votre direction! Allez, une petite dépense. Je vous promets des clics!


Bonne semaine à tous et toutes!





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.


samedi 28 octobre 2017

Nouveau sondage Léger/Le Devoir: La CAQ en tête

L'éclatante victoire de la Coalition Avenir Québec lors de la partielle de Louis-Hébert aura peut-être eu un effet domino partout au Québec. Un sondage Léger/Le Devoir publié ce matin de la plume du journaliste Stéphane Baillargeon place la CAQ en tête avec rien de moins que 34% des intentions de vote au niveau national.

C'est un bond spectaculaire de +6% par rapport au dernier coup de sonde de la firme Léger au mois d'août.

La CAQ fait des gains chez les francophones, les non-francophones, à Montréal et à Québec. Avec de tels chiffres, elle serait assurément favorite pour remporter la prochaine élection.

Regardons les chiffres de plus près.


Quelques observations:

  • La Coalition Avenir Québec grimpe de 6% pour prendre la tête des intentions de vote au niveau national. C'est la première fois cette année que Léger mesure des appuis aussi élevés pour la CAQ. (En mai dernier, Mainstreet avait placé la CAQ à 32%, mais des chiffres subséquents nous indiquaient qu'il s'agissait d'une donnée aberrante). Nous verrons plus bas que la hausse de la CAQ provient des régions métropolitaines de Montréal et de Québec. 
  • Le Parti libéral du Québec glisse sous la barre des 30% pour la première fois depuis la création de Qc125 l'automne dernier. Certes, il ne s'agit pas ici d'un recul énorme pour le PLQ, mais avec de tel chiffres, non seulement la majorité est carrément hors d'atteinte, le PLQ pourrait perdre l'élection générale et se trouver sur les bancs de l'opposition. Dans ce sondage Léger, le PLQ recule auprès des francophones et des non-francophones.
  • Ce coup de sonde est un réel désastre pour le Parti québécois. Sommes-nous en train d'assister au naufrage du PQ? Considérez ces chiffres: le PQ est troisième à Montréal, à Québec et dans le reste du Québec. Il obtient moins d'un quart des appuis chez les francophones et un anémique 4% chez les non-francophones. Bref, le PQ ne mène plus dans aucun groupe démographique. Le congrès national de septembre n'aura finalement pas fait bouger l'opinion publique en sa faveur. 
  • Pour Québec solidaire, ce sondage est le statu quo. Une partie des gains du printemps dernier semble se concrétiser, mais la lune de miel est clairement terminée. Nous sommes loin d'assister à une vague solidaire, même après l'annonce de la fusion avec Option nationale.
  • Le Parti conservateur du Québec demeure stable avec 3% des intentions de vote, dont 6% dans la région de Québec.


Dans la région métropolitaine de Montréal, la CAQ fait un bond de géant avec +9%. Le PLQ recule avec -5%. Le PQ et QS stagnent.




Dans la région de Québec, c'est un raz-de-marée turquoise. La CAQ bondit de 13% par rapport au mois d'août. Le PLQ et le PQ reculent.




Chez les francophones, le vote semble de moins en moins divisé. Tous les partis perdent du terrain à l'exception de la CAQ.



Regardons la progression des intentions de vote depuis janvier telle que mesurée par la firme Léger:



Les Libéraux demeurent à leur niveau de croisière aux alentours de 30%. Le PQ continue sa dégringolade et la CAQ semble être la seule à en profiter.

Comment ce dernier sondage Léger ce compare avec le sondage Ipsos/La Presse de la semaine dernière? Voici les chiffres superposés avec la dernière projection Qc125:



Comme nous pouvons le constater, ces derniers chiffres d'Ipsos et Léger viendront considérablement bouger l'aiguille de la projection. Ipsos et Léger mesurent tous deux QS à 12% et le PLQ près de 30%, mais ils divergent sur les intentions de vote pour la CAQ et le PQ.

Considérons les sondages, toutes firmes confondues, publiés depuis janvier:



Nous sommes maintenant devant une quasi égalité statistique en tête des intentions de vote lorsque nous mesurons la moyenne pondérée des sondages. Avec un écart réduit de ses intentions de vote par rapport au PLQ, la CAQ pourrait être favorite pour remporter la prochaine élection.

Je ne vois pas comment, statistiquement, le PQ pourrait remporter des simulations avec ces chiffres. C'est ce que nous verrons.

Toutefois, la prudence est de mise: ce n'est qu'un sondage unique. Nous avons besoin de plus de données pour confirmer ces tendances.

Je possède maintenant suffisamment de données pour mettre à jour la projection électorale Qc125.

Au quartier général de Qc125, nous aurons probablement les mains pleines cette semaine avec les élections municipales, mais une mise à jour de la projection et des cartes des circonscriptions sera effectuée dans les prochains jours.

Sur ce, bon samedi à tous et toutes!

* * *

Voici le rapport du sondage Léger de ce matin.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.


mercredi 25 octobre 2017

Exclusif Qc125: Denis Coderre et Valérie Plante à égalité

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le dernier droit de la course à la mairie de Montréal 2017 s'annonce chaud et endiablé. En septembre, un sondage Mainstreet/Qc125 démontrait que l'avance confortable dont jouissait Denis Coderre au cours de l'été avait fondu, mais qu'il détenait encore 5% d'avance sur sa rivale Valérie Plante.

Quatre semaines se sont écoulées depuis.

Les chiffres se sont à nouveau resserrés selon un nouveau sondage de Léger Marketing dont Qc125 a obtenu copie d'un extrait.

Ce coup de sonde via un panel internet a été effectué du 20 au 22 octobre dernier auprès de 500 résident(e)s de la Ville de Montréal, âgé(e)s de 18 ans ou plus.

[Les sondages avec panel internet sont pondérés avec les données de Statistique Canada (sexe, âge, langue, scolarité, etc.) et la marge d'erreur au sens classique ne s'applique pas. Toutefois, en guise de comparaison, un échantillon probabiliste de cette taille posséderait une marge d'erreur avoisinant ±4%.]

Voici les deux questions de l'extrait de ce sondage Léger:

  1. « Si des élections MUNICIPALES avaient lieu aujourd’hui, pour quel candidat à la mairie auriez-vous l’intention de voter? Serait-ce pour… ? »
  2. Aux répondants qui se déclaraient indécis, on posait cette question de relance: « Même si votre choix n’est pas encore fait, pour lequel des candidats suivants auriez-vous le plus tendance à voter? Serait-ce pour…? »

Voici les résultats:



Nous n'avons maintenant rien de moins qu'une égalité dans les intentions de vote entre Denis Coderre et Valérie Plante.

Lors de la publication du sondage Léger de juin dans lequel Denis Coderre détenait une avance de 14 points, j'écrivais que le seul aspect prometteur pour la candidate de Projet Montréal était son faible niveau de notoriété:

« De plus, si Projet Montréal frôle la barre des 30% avec une cheffe qui n'a certainement pas joui de la couverture médiatique du maire Coderre, qu'arrivera-t-il si Mme Plante performe au-delà des attentes lors de la campagne et des débats à venir? »

...mais que Denis Coderre demeurait, à l'époque, toujours un fort favori pour l'emporter.

Aujourd'hui, si ces chiffres Léger sont fiables (et je n'ai aucune raison de croire le contraire), la course à la mairie de Montréal est maintenant un pile ou face - et ce, à moins de deux semaines du scrutin.

Voici les trois sondages publiés sur la course à la mairie de Montréal 2017:



Une précision s'impose: le sondage Mainstreet de septembre ne contenait pas de question de relance, alors le niveau d'indécis était significativement plus élevé (41%). Dans le billet de septembre, je publiais ce graphique qui indiquait les intentions de vote avant la question de relance. Comme les données avant la question de relance ne sont pas disponibles dans ce nouveau sondage Léger, les sondages ne sont pas mathématiquement comparables - à l'exception de l'écart qui sépare les candidats (soit Coderre +5% selon Mainstreet).



Pour les sous-échantillons qui suivent, nous allons comparer les chiffres Léger de juin et d'octobre. Nous regardons d'abord les intentions de vote selon la langue maternelle, puis selon les groupes d'âge.

Attention: il est important de rappeler que la marge d'erreur augmente considérablement dans les sous-échantillons d'un sondage, alors nous devons faire preuve d'une extrême prudence.




Les francophones



Ce nouveau sondage Léger indique une égalité statistique entre Denis Coderre et Valérie Plante chez l'électorat francophone de Montréal avec un léger avantage pour M.Coderre. En effet, Denis Coderre obtient 43% et Valérie Plante, 40%



Cette faible avance chez les francophones pour M.Coderre est un important revirement de situation: en juin, Denis Coderre trônait au sommet de cette tranche de l'électorat par pas moins de 17 points.



Le mois dernier, Mainstreet mesurait aussi une égalité statistique entre M.Coderre et Mme Plante - avec un léger avantage pour Mme Plante toutefois (33% contre 29%).

Rappelons qu'en 2013, Denis Coderre avait écrasé ses adversaires dans les arrondissements d'Anjou, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et Saint-Léonard où vivent des nombreux francophones de Montréal. Si seulement une fraction de ces électeurs se tourne vers Mme Plante, M.Coderre pourrait ne plus être maire de Montréal dans deux semaines.







Les non-francophones



Autre important revirement: selon ce sondage Léger, il y a une autre égalité statistique dans l'électorat non-francophone, avec un faible avantage pour Valérie Plante (oui, vous avez bien lu).

Dans ce dernier coup de sonde, la candidate de Projet Montréal fait un bond de 11% chez les non-francophones et Denis Coderre fait du surplace avec une faible baisse de 3%.



Nous observons ici une différence majeure entre le sondage Mainstreet de septembre et ce sondage Léger. Comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessous, les intentions de vote chez les non-francophones pour Denis Coderre sont alignées, mais pas celles de Valérie Plante (dont Mainstreet mesurait à un anémique 10%).




D'ailleurs, dans le sondage Mainstreet, plus de la moitié des répondants non-francophones se déclaraient indécis. Mainstreet avait-il sous-estimé les appuis non-francophones de Mme Plante? Possible.







Les 18-34 ans




Divisons maintenant l'électorat par tranche d'âge. Chez les jeunes électeurs, Denis Coderre posséderait une avance de 6% sur sa rivale. Depuis juin, Denis Coderre aurait fait un gain net de 7% chez les jeunes - soit une variation comparable à la limite supérieure de la marge d'erreur combinée des deux sondages.



Est-ce réellement le cas? Projet Montréal pourrait-il tirer de l'arrière chez les jeunes électeurs?

Est-ce un exemple de donnée aberrante causée par la faible taille de l'échantillon? C'est certainement possible, mais les variations entre les deux sondages Léger sont tout de même modestes (de 33% à 31% pour Projet Montréal et de 30% à 37% pour Équipe Denis Coderre).




Toutefois, nous ne pouvons pas ignorer que Mainstreet accordait une avance de 16% à Valérie Plante le mois dernier parmi l'électorat du même âge, un écart bien au-delà de la marge d'erreur du sondage. Mainstreet avait-il sous-estimé les appuis de Denis Coderre chez les jeunes? C'est possible.

Nous avons certainement besoin de plus de données pour tirer des conclusions définitives.







Les 35-54 ans




Chez les 35-54 ans, nous observons un (autre) revirement majeur: les candidats sont à égalité, alors que Denis Coderre était en tête de cette tranche d'âge par près de 20 points en juin.



Nous n'indiquons pas les chiffres de Mainstreet dans le graphique, car le découpage des tranches d'âge entre les sondages est différent: Mainstreet mesurait les appuis des 35-49 ans, alors que Léger utilise plutôt les 35-54 ans.

Toutefois, en guise de comparaison, Mainstreet accordait une avance de 11 points à Denis Coderre chez les 35-49 ans.










Les 55 ans et plus





Les électeurs plus âgés auront tendance à voter pour le maire sortant, n'est-ce pas? Du moins, c'est ce qu'indiquait le sondage Léger de juin qui accordait à Denis Coderre une avance monstrueuse de 26 points sur Valérie Plante.

Considérez ceci:



Chez les électeurs âgés de 55 ans et plus, Valérie Plante aurait une faible avance de 5% sur Coderre (ce qui demeure toutefois à l'intérieur de la marge d'erreur).




Le mois dernier, Mainstreet mesurait Denis Coderre en avance de 5% chez les 50-64 ans et de 31% (!!) chez les 65 ans et plus.






En conclusion




Il nous manque encore de données pour compiler une projection fiable. Il est certes intéressant de comparer les sondages Léger de juin et d'octobre, mais celui de juin est maintenant de l'histoire ancienne.

De son côté, le sondage Mainstreet de septembre converge en plusieurs points avec ces nouvelles données de Léger, mais trente jours de campagne intense et deux débats plus tard, devrait-il encore faire partie de l'algorithme de projection?

Nous avons une vraie course à la mairie de Montréal. Les chiffres de juin dernier présageaient que c'était possible, mais il y avait tellement de « si » à l'époque qu'il était sage d'en douter. Force est d'admettre que la campagne de Denis Coderre n'a pas (encore) su transmettre son message sur l'importance de la continuité.

Évidemment, ceci n'est pas une prédiction du résultat du scrutin du 5 novembre. Nous avons besoin de plus de données. Pour l'instant, une distribution de probabilités très préliminaire nous donne ceci:



...où Denis Coderre remporte environ 65% des simulations. Toutefois, avec seulement deux sondages au cours du dernier mois, je ne suis pas confortable de faire une prédiction qui serait scientifiquement crédible.

D'autre part, le fait que cette élection soit aujourd'hui imprévisible n'est-il pas une nouvelle en soi?

Heureusement, des sources m'informent que d'autres sondages s'en viennent sous peu.

Avec (au minimum) deux autres sondages d'ici le 5 novembre, je pourrai compiler une projection respectable. À suivre!


Bon mercredi à tous et toutes!


* * * * *

Pour consulter l'extrait du rapport du sondage Léger de ce matin, cliquez sur ce lien.




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.