mercredi 25 octobre 2017

Exclusif Qc125: Denis Coderre et Valérie Plante à égalité

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le dernier droit de la course à la mairie de Montréal 2017 s'annonce chaud et endiablé. En septembre, un sondage Mainstreet/Qc125 démontrait que l'avance confortable dont jouissait Denis Coderre au cours de l'été avait fondu, mais qu'il détenait encore 5% d'avance sur sa rivale Valérie Plante.

Quatre semaines se sont écoulées depuis.

Les chiffres se sont à nouveau resserrés selon un nouveau sondage de Léger Marketing dont Qc125 a obtenu copie d'un extrait.

Ce coup de sonde via un panel internet a été effectué du 20 au 22 octobre dernier auprès de 500 résident(e)s de la Ville de Montréal, âgé(e)s de 18 ans ou plus.

[Les sondages avec panel internet sont pondérés avec les données de Statistique Canada (sexe, âge, langue, scolarité, etc.) et la marge d'erreur au sens classique ne s'applique pas. Toutefois, en guise de comparaison, un échantillon probabiliste de cette taille posséderait une marge d'erreur avoisinant ±4%.]

Voici les deux questions de l'extrait de ce sondage Léger:

  1. « Si des élections MUNICIPALES avaient lieu aujourd’hui, pour quel candidat à la mairie auriez-vous l’intention de voter? Serait-ce pour… ? »
  2. Aux répondants qui se déclaraient indécis, on posait cette question de relance: « Même si votre choix n’est pas encore fait, pour lequel des candidats suivants auriez-vous le plus tendance à voter? Serait-ce pour…? »

Voici les résultats:



Nous n'avons maintenant rien de moins qu'une égalité dans les intentions de vote entre Denis Coderre et Valérie Plante.

Lors de la publication du sondage Léger de juin dans lequel Denis Coderre détenait une avance de 14 points, j'écrivais que le seul aspect prometteur pour la candidate de Projet Montréal était son faible niveau de notoriété:

« De plus, si Projet Montréal frôle la barre des 30% avec une cheffe qui n'a certainement pas joui de la couverture médiatique du maire Coderre, qu'arrivera-t-il si Mme Plante performe au-delà des attentes lors de la campagne et des débats à venir? »

...mais que Denis Coderre demeurait, à l'époque, toujours un fort favori pour l'emporter.

Aujourd'hui, si ces chiffres Léger sont fiables (et je n'ai aucune raison de croire le contraire), la course à la mairie de Montréal est maintenant un pile ou face - et ce, à moins de deux semaines du scrutin.

Voici les trois sondages publiés sur la course à la mairie de Montréal 2017:



Une précision s'impose: le sondage Mainstreet de septembre ne contenait pas de question de relance, alors le niveau d'indécis était significativement plus élevé (41%). Dans le billet de septembre, je publiais ce graphique qui indiquait les intentions de vote avant la question de relance. Comme les données avant la question de relance ne sont pas disponibles dans ce nouveau sondage Léger, les sondages ne sont pas mathématiquement comparables - à l'exception de l'écart qui sépare les candidats (soit Coderre +5% selon Mainstreet).



Pour les sous-échantillons qui suivent, nous allons comparer les chiffres Léger de juin et d'octobre. Nous regardons d'abord les intentions de vote selon la langue maternelle, puis selon les groupes d'âge.

Attention: il est important de rappeler que la marge d'erreur augmente considérablement dans les sous-échantillons d'un sondage, alors nous devons faire preuve d'une extrême prudence.




Les francophones



Ce nouveau sondage Léger indique une égalité statistique entre Denis Coderre et Valérie Plante chez l'électorat francophone de Montréal avec un léger avantage pour M.Coderre. En effet, Denis Coderre obtient 43% et Valérie Plante, 40%



Cette faible avance chez les francophones pour M.Coderre est un important revirement de situation: en juin, Denis Coderre trônait au sommet de cette tranche de l'électorat par pas moins de 17 points.



Le mois dernier, Mainstreet mesurait aussi une égalité statistique entre M.Coderre et Mme Plante - avec un léger avantage pour Mme Plante toutefois (33% contre 29%).

Rappelons qu'en 2013, Denis Coderre avait écrasé ses adversaires dans les arrondissements d'Anjou, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles et Saint-Léonard où vivent des nombreux francophones de Montréal. Si seulement une fraction de ces électeurs se tourne vers Mme Plante, M.Coderre pourrait ne plus être maire de Montréal dans deux semaines.







Les non-francophones



Autre important revirement: selon ce sondage Léger, il y a une autre égalité statistique dans l'électorat non-francophone, avec un faible avantage pour Valérie Plante (oui, vous avez bien lu).

Dans ce dernier coup de sonde, la candidate de Projet Montréal fait un bond de 11% chez les non-francophones et Denis Coderre fait du surplace avec une faible baisse de 3%.



Nous observons ici une différence majeure entre le sondage Mainstreet de septembre et ce sondage Léger. Comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessous, les intentions de vote chez les non-francophones pour Denis Coderre sont alignées, mais pas celles de Valérie Plante (dont Mainstreet mesurait à un anémique 10%).




D'ailleurs, dans le sondage Mainstreet, plus de la moitié des répondants non-francophones se déclaraient indécis. Mainstreet avait-il sous-estimé les appuis non-francophones de Mme Plante? Possible.







Les 18-34 ans




Divisons maintenant l'électorat par tranche d'âge. Chez les jeunes électeurs, Denis Coderre posséderait une avance de 6% sur sa rivale. Depuis juin, Denis Coderre aurait fait un gain net de 7% chez les jeunes - soit une variation comparable à la limite supérieure de la marge d'erreur combinée des deux sondages.



Est-ce réellement le cas? Projet Montréal pourrait-il tirer de l'arrière chez les jeunes électeurs?

Est-ce un exemple de donnée aberrante causée par la faible taille de l'échantillon? C'est certainement possible, mais les variations entre les deux sondages Léger sont tout de même modestes (de 33% à 31% pour Projet Montréal et de 30% à 37% pour Équipe Denis Coderre).




Toutefois, nous ne pouvons pas ignorer que Mainstreet accordait une avance de 16% à Valérie Plante le mois dernier parmi l'électorat du même âge, un écart bien au-delà de la marge d'erreur du sondage. Mainstreet avait-il sous-estimé les appuis de Denis Coderre chez les jeunes? C'est possible.

Nous avons certainement besoin de plus de données pour tirer des conclusions définitives.







Les 35-54 ans




Chez les 35-54 ans, nous observons un (autre) revirement majeur: les candidats sont à égalité, alors que Denis Coderre était en tête de cette tranche d'âge par près de 20 points en juin.



Nous n'indiquons pas les chiffres de Mainstreet dans le graphique, car le découpage des tranches d'âge entre les sondages est différent: Mainstreet mesurait les appuis des 35-49 ans, alors que Léger utilise plutôt les 35-54 ans.

Toutefois, en guise de comparaison, Mainstreet accordait une avance de 11 points à Denis Coderre chez les 35-49 ans.










Les 55 ans et plus





Les électeurs plus âgés auront tendance à voter pour le maire sortant, n'est-ce pas? Du moins, c'est ce qu'indiquait le sondage Léger de juin qui accordait à Denis Coderre une avance monstrueuse de 26 points sur Valérie Plante.

Considérez ceci:



Chez les électeurs âgés de 55 ans et plus, Valérie Plante aurait une faible avance de 5% sur Coderre (ce qui demeure toutefois à l'intérieur de la marge d'erreur).




Le mois dernier, Mainstreet mesurait Denis Coderre en avance de 5% chez les 50-64 ans et de 31% (!!) chez les 65 ans et plus.






En conclusion




Il nous manque encore de données pour compiler une projection fiable. Il est certes intéressant de comparer les sondages Léger de juin et d'octobre, mais celui de juin est maintenant de l'histoire ancienne.

De son côté, le sondage Mainstreet de septembre converge en plusieurs points avec ces nouvelles données de Léger, mais trente jours de campagne intense et deux débats plus tard, devrait-il encore faire partie de l'algorithme de projection?

Nous avons une vraie course à la mairie de Montréal. Les chiffres de juin dernier présageaient que c'était possible, mais il y avait tellement de « si » à l'époque qu'il était sage d'en douter. Force est d'admettre que la campagne de Denis Coderre n'a pas (encore) su transmettre son message sur l'importance de la continuité.

Évidemment, ceci n'est pas une prédiction du résultat du scrutin du 5 novembre. Nous avons besoin de plus de données. Pour l'instant, une distribution de probabilités très préliminaire nous donne ceci:



...où Denis Coderre remporte environ 65% des simulations. Toutefois, avec seulement deux sondages au cours du dernier mois, je ne suis pas confortable de faire une prédiction qui serait scientifiquement crédible.

D'autre part, le fait que cette élection soit aujourd'hui imprévisible n'est-il pas une nouvelle en soi?

Heureusement, des sources m'informent que d'autres sondages s'en viennent sous peu.

Avec (au minimum) deux autres sondages d'ici le 5 novembre, je pourrai compiler une projection respectable. À suivre!


Bon mercredi à tous et toutes!


* * * * *

Pour consulter l'extrait du rapport du sondage Léger de ce matin, cliquez sur ce lien.




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.