mercredi 11 octobre 2017

Les niveaux de scolarité du Québec par circonscription

Le billet de lundi sur les religions au Québec et leur répartition respective dans les 125 circonscriptions semble avoir été apprécié de mes lecteurs et lectrices. Ce fut un des billets les plus consultés des derniers mois - et avec raison: qui n'aime pas regarder des cartes?

Aujourd'hui, nous allons répéter l'exercice, mais avec les taux de scolarité tels qu'indiqués dans les données du recensement canadien de 2011* et les dossiers socio-économiques des circonscriptions assemblés par le Directeur général des élections du Québec.

[*Les données seront mises à jour avec le recensement de 2016 quand elles seront disponibles.]


Encore une fois, permettez-moi d'insister sur le fait que je n'éditorialise pas ces données; je ne fais que vous les présenter avec des cartes colorées.




La population sans diplôme d'études secondaires



Selon les données disponibles, 22,2 % des Québécois âgés de 16 ans et plus n'ont pas de diplôme d'études secondaires (DES).

Les régions éloignées des centres urbains comme l'Abitibi et le Bas-Saint-Laurent ont des taux de non-diplomation qui dépassent les 30%.


[Cliquez sur la figure pour l'agrandir.]

Les régions avec le plus faibles taux de non-diplomation sont la Capitale nationale, Laval et l'ouest de Montréal.




La population avec, au plus, un diplôme d'études secondaires et/ou un diplôme de métier



Cette catégorie comprend la partie de la population qui détient un diplôme d'études secondaires, ainsi que ceux et celles ayant complété un diplôme d'apprenti ou d'une école de métiers (DEP), mais qui n'ont pas de diplôme de niveau supérieur.


[Cliquez sur la figure pour l'agrandir.]


En tout, 37,9% de la population québécoise entre dans cette catégorie. Les plus fortes concentrations se trouvent au Saguenay-Lac-Saint-Jean, dans les Laurentides et Lanaudière.






La population avec au moins un diplôme d'études collégiales ou un équivalent



Cette catégorie comprend ceux et celles qui ont complété un diplôme et/ou une attestation d'études collégiales (DEC ou AEC) ou un équivalent. Au total, 42% des Québécois adhèrent à cette catégorie.


[Cliquez sur la figure pour l'agrandir.]

Les taux de diplomation collégiale sont plus élevés dans la grande région de Montréal et à Québec. Ils sont plus faibles dans le Bas-Saint-Laurent, l'Abitibi et Lanaudière.




La population avec au moins un baccalauréat



Finalement, 18,6% des habitants du Québec possèdent au moins un baccalauréat. Sans surprise, on retrouve les plus fortes concentrations dans les circonscriptions près des quatre universités montréalaises (UQAM, UdM, McGill, Concordia).


[Cliquez sur la figure pour l'agrandir.]

La région de la Capitale nationale contient aussi de taux élevés de diplomation universitaire, ainsi que Laval et l'Outaouais. Les plus faibles taux se trouvent dans les régions plus rurales du Québec.





La population avec un diplôme d'études universitaires graduées




Finalement, voici les concentrations de diplomation universitaire graduée (maîtrise et doctorat) des 125 circonscriptions du Québec. Encore une fois, les plus grandes concentrations se trouvent à Montréal et Québec. Au total, 6,8% de la population québécoise détient un diplôme d'études graduées.

Les circonscriptions où se trouvent le plus de maîtres et docteurs (Ph.D.) sont Westmount-Saint-Louis, Mercier, Mont-Royal-Outremont, Notre-Dame-De-Grâce et Sainte-Marie-Saint-Jacques.


[Cliquez sur la figure pour l'agrandir.]

Hors de Montréal et Québec, les circonscriptions où se trouvent les plus hautes concentrations de diplômés universitaires gradués sont Hull, Montarville, La Pinière et Sherbrooke.




En conclusion



Il y a un lien à clair entre la proximité des établissements d'enseignement supérieur et les taux de diplomation par circonscription. Toutefois, ces chiffres indiquent que même après la diplomation, peu de gradués décident d'aller habiter les régions rurales.

Néanmoins, les conclusions du fameux Rapport Parent, qui a mené à la création des Cégeps, s'appliquent encore aujourd'hui (quoiqu'à une échelle différente de celle des années 1960): les gens près des milieux urbains ont plus facilement accès à l'éducation que ceux en milieux ruraux - et donc en profitent davantage.



Plus de cartes et d'analyses dans les prochains jours. Bon mercredi à tous et à toutes!






Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.