jeudi 14 décembre 2017

Exclusif Qc125: la CAQ bel et bien en tête des intentions de vote

Dans ma dernière chronique pour L'actualité, j'écrivais que, jusqu'au début décembre, seule la firme Léger avait mesuré une hausse substantielle de la Coalition avenir Québec dans les intentions de vote. Comme Qc125 est d'abord et avant tout basé sur la méthode scientifique, j'étais donc désireux d'obtenir une confirmation de cette tendance provenant qu'une deuxième source.

En effet, les deux derniers sondages Léger d'octobre et de décembre indiquaient que, après la victoire éclatante de la CAQ dans l'élection partielle de Louis-Hébert, la Coalition avenir Québec trônait maintenant seule en tête des intentions de vote des Québécois, une première depuis l'élection de 2014. L'avance de la CAQ selon Léger était de cinq points en octobre et de quatre points en décembre. Le PLQ demeurait stable à 29% et 32% respectivement. Le PQ tirait de l'arrière avec 20% en octobre et 19% en décembre.

Ce matin, Qc125 publie un sondage exclusif effectué par la firme Recherche Mainstreet du 6 au 8 décembre dernier. Ce coup de sonde a été réalisé à l'aide d'entrevues téléphoniques avec agents auprès de 1 500 Québécois et Québécoises. L'échantillon de ce sondage étant probabiliste, la marge d'erreur est évaluée à ±2,5%, 19 fois sur 20.

Voici les résultats:


[Pourquoi comparer les chiffres de décembre avec ceux de septembre? Parce que Mainstreet n'avait pas publié de rapport complet depuis le « débâcle de Calgary ». Voir l'épilogue de ce billet pour plus de détails.]

Selon ce coup de sonde, la Coalition avenir Québec détient maintenant une avance de deux points sur le PLQ grâce à une montée de cinq points au cours de l'automne. La montée de la CAQ dans les intentions de vote (d'abord mesurée par les deux derniers sondages Léger) a donc aussi été détectée par la firme Mainstreet, même si elle est de moindre amplitude que chez Léger.

À 29% au niveau national, le Parti libéral du Québec obtient son pire résultat mesuré par Mainstreet en 2017 (le PLQ avait aussi obtenu 29% dans le sondage Léger d'octobre). Nous verrons un peu plus bas que la chute des Libéraux s'est mesurée principalement dans la grande région de Québec, où de nombreux ministres et députés du PLQ doivent commencer à se questionner sur leur futur prochain.

De leur côté respectif, le Parti québécois et Québec solidaire glissent quelque peu depuis le début de l'automne.

Une comparaison détaillée des derniers sondages sera publiée sous peu, mais il est primordial de de souligner ceci: Mainstreet et Léger mesurent tous deux la même tendance, même si leurs chiffres diffèrent quelque peu: la CAQ grimpe pendant que le PQ et QS descendent. Et le PLQ fait du surplace

Avec ce sondage de décembre, Mainstreet fournit les tableaux de données avant et après répartition des indécis des coups de sonde d'octobre et de novembre. Considérez la figure suivante:



Il s'agit des six sondages effectués au Québec depuis l'élection partielle de Louis-Hébert (trois Mainstreet, deux Léger et un Ipsos). Que remarque-t-on?

  • La tendance vers le haut de la Coalition avenir Québec se confirme, mais le déplacement massif d'électeurs venant du PQ vers la CAQ ne semble pas aussi important chez Mainstreet que chez Léger. Les deux firmes s'entendent sur la présence de cette tendance, mais pas sur son amplitude.
  • La base libérale se maintient, mais l'incertitude grandit pour les chiffres du Parti libéral du Québec. Quatre des six sondages indiqués sur la figure sont les plus bas enregistrés au PLQ cette année (avec 29%). Depuis plusieurs mois déjà, le vote francophone libéral se maintenait aux alentours de 25%. Ces appuis semblent maintenant se diriger plutôt vers les 22% ou 23%. Cette baisse, quoique faible, pourrait faire basculer quelques circonscriptions importantes, particulièrement dans les Cantons de l'Est et la Mauricie.
  • Le Parti québécois perd des plumes encore chez Mainstreet, mais le portrait n'est pas aussi désastreux qu'avec les chiffres Léger. Toutefois, comme nous le verrons plus bas, le vote francophone vient de basculer en faveur de la CAQ et ces quelques points pourraient coûter cher à l'équipe de Jean-François Lisée en termes de circonscriptions.
  • Les chiffres de Québec solidaire sont à la baisse chez Léger et chez Mainstreet au cours de l'automne. Néanmoins, il est particulièrement intéressant de comparer les chiffres de ces firmes au cours de 2017. Considérez le graphique ci-dessous. Il s'agit des intentions de vote pour QS après répartition chez Léger et Mainstreet au cours de la dernière année. Léger est la première firme à détecter l'effet GND. Toutefois, à partir de juin, il y a un décalage constant d'environ 4% entre les firmes. Comme Ipsos a mesuré les appuis de QS à 12% en octobre, il serait prudent d'avancer que Mainstreet surévalue quelque peu le vote solidaire.  




Regardons maintenant les sous-échantillons démographiques et régionaux de ce dernier sondage Mainstreet.




Les électeurs francophones



Chez les électeurs francophones, la CAQ grimpe de six points au cours de l'automne et prend la tête devant le Parti québécois. Il y a ici une certaine disparité ici entre ces chiffres et ceux de Léger d'il y a deux semaines - Léger accordait une avance monstrueuse de 20 points à la CAQ chez les francophones. Encore une fois, la tendance est similaire entre les deux firmes, mais pas l'amplitude.




Les électeurs non-francophones



Chez les électeurs non-francophones, c'est sans surprise que le Parti libéral demeure confortablement en tête. La CAQ obtient tout de même un score raisonnable.

Les deux points accordés au Parti québécois sont inférieurs à la marge d'erreur de ce sous-échantillon. Sur cet aspect, Léger et Mainstreet concordent: les non-francophones péquistes sont une denrée rare.






La région métropolitaine de Montréal




Dans la région de Montréal, les libéraux conservent toujours la tête, mais la CAQ gagne du terrain. Québec solidaire recule quelques points, particulièrement dans les banlieues du 450.





La région métropolitaine de Québec




À Québec, c'est une domination complète de la CAQ. En fait, ces chiffres (et ceux de Léger) sont tellement imposants qu'il est concevable que la CAQ puisse remporter 17 des 18 circonscriptions de la Capitale nationale et de Chaudière-Appalaches. L'exception serait Jean-Talon, de justesse, qui demeurerait libérale.

Et oui: avec ces chiffres, même la circonscription de Taschereau, le dernier bastion péquiste de la Capitale, tomberait potentiellement aux mains de la CAQ.




Le reste du Québec




Dans les régions du Québec, Mainstreet mesure un déplacement de onze points entre la CAQ et le PQ entre septembre et décembre de telle sorte que, encore une fois, la CAQ prend les devants.




En conclusion



Comment les chiffres Léger et Mainstreet de décembre se comparent-ils avec la dernière projection électorale Qc125? Considérez la figure suivante:


Il s'agit de la projection de vote populaire (avec intervalle de confiance de 95%) superposée avec les deux derniers sondages.


  • Pour le PLQ, nous remarquons que les sondages sont à l'intérieur de l'intervalle de confiance. 
  • Pour la CAQ, les chiffres de la prochaine projection vont assurément grimper et franchir le seuil du 30% pour la première fois.
  • Pour le PQ, la prochaine projection abaissera assurément le vote populaire de quelques fractions de point.
  • Québec solidaire devrait aussi être légèrement à la baisse.


Une toute nouvelle projection électorale Qc125 sera publiée demain.

Voici un petit avant-goût:



Sur ce, bonne journée à tous et toutes.



[Voici le rapport du sondage de Mainstreet.]

* * * * *

Épilogue: Mainstreet et l'élection à la mairie de Calgary



Le sondage publié aujourd'hui provient du tracking mensuel de Recherche Mainstreet qu'elle a entrepris au Québec pour le compte de Postmedia en janvier 2017.

Toutefois, le quotidien The Gazette n'a pas publié de sondage Mainstreet depuis septembre, soit depuis « le débâcle de Calgary ». En effet, l'élection à la mairie de Calgary, où Mainstreet et ses sondages IVR (robocalls) avaient mesuré une avance confortable de Bill Smith pour ensuite voir le maire sortant Naheed Nenshi réélu avec sept points d'avance, Postmedia et Mainstreet avaient décidé de mettre en veilleuse leurs sondages jusqu'à ce que Mainstreet complète une enquête interne, à laquelle Qc125 faisait partie des consultants (avec, entre autres, Dr Claire Durand de l'Université de Montréal et Bryan Breguet de l'excellent blogue Too Close To Call).

Le rapport de Calgary ayant été publié, il est probable que Postmedia reprenne la publication des sondages Mainstreet en janvier 2018. C'est à suivre.

Le tracking mensuel de Mainstreet au Québec se fait par des entrevues téléphoniques avec agent, et non avec des robocalls, c'est pourquoi j'ai décidé de publier ces chiffres. De plus, à part une probable surévaluation du vote de Québec solidaire, les chiffres publiés par Mainstreet depuis le début de l'année demeurent dans le même spectre que ceux de la firme Léger. Je n'ai donc aucune raison de les remettre en question, même si - tel que je l'ai répété à plusieurs reprises - je me méfie de tous les sondages.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.