dimanche 9 décembre 2018

Le NPD va-t-il être rayé de la carte au Québec?

En février prochain débutera la dernière session parlementaire de la 42e législature du Canada. Des élections partielles seront enclenchées, dont celle dans Burnaby-Sud où Jagmeet Singh tentera de se faire élire. Le Bloc québécois aura un nouveau chef (fort probablement Yves-François Blanchet). Le Parti populaire de Maxime Bernier tentera de surpasser les attentes - ce qui sera accompli s'il récolte plus que des miettes lors de ces partielles.

Puis, nous entrerons dans le sprint électoral en vue des élections du 21 octobre 2019. Où en sont les partis représentés à la Chambre des Communes à l'aube de cette année électorale?

Lire la suite de cet article sur le site du magazine L'actualité.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com. Post settings Labels Schedule Links Location Options

dimanche 2 décembre 2018

Le NPD fédéral au bord du gouffre

Nous ajoutons deux sondages à la projection: Léger/Presse canadienne et le tracker hebdomadaire de Nanos (consultez la liste ici). Les projections des 338 circonscriptions fédérales ont été mises à jour ce matin. Les circonscriptions sont classées selon les régions suivantes:


Six partis politiques sont inclus dans cette projection: le Parti libéral du Canada, le Parti conservateur du Canada, le Nouveau Parti démocratique, le Parti vert du Canada, le Bloc québécois et le Parti populaire du Canada.


Le plus frappant cette semaine est la chute du NPD, dont la moyenne glisse sous les 20 sièges et s'approche dangereusement du seuil de reconnaissance officielle de parti. Avec chiffres actuels, même obtenir le résultat de 2015 (44 sièges) devient implausible.


S'il veut éviter de sombrer dans l'indifférence, le NPD doit trouver un moyen de renverser la vapeur - rapidement.

Tous les détails de la projection ici.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

mercredi 28 novembre 2018

Nanos 23/11/2018: PLC 40, PCC 31, NPD 15, PVC 7

Les derniers résultats du tracking hebdomadaire de la firme Nanos ont été publiés hier (pour consulter la liste des sondages, veuillez vsiter cette page).

Au niveau national, les Libéraux de Justin Trudeau maintiennent toujours leur avance avec 40% des intentions de vote au pays.

Les Conservateurs grimpent au-dessus du seuil de 30%, avec 31% des intentions de vote. Les néo-démocrates chutent à seulement 15% au niveau national.




Même s'ils demeurent plutôt stables en moyenne à travers le pays, les Libéraux enregistrent toutefois des gains importants dans la région clé de l'Ontario. En effet, le PLC est mesuré à 48% par Nanos en Ontario - seize points devant le PCC.



Avec un tel niveau de support, et avec une avance significative dans l'Atlantique et au Québec, les Libéraux se dirigraient vers une victoire facile si ces chiffres devaien se transférer dans l'urne en octobre prochain.

Évidemment, octobre prochain est encore bien loin...

* * *

Détails des résultats de Nanos ici.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

mardi 27 novembre 2018

Esprit politique #3: Dominique Anglade

[Balado] Esprit politique, épisode #3. Notre invitée cette semaine: la députée libérale Dominique Anglade.

Balado animé par Marie-France Bazzo avec Alec Castonguay, Mathieu Charlebois et Philippe J. Fournier (Qc125). Bonne écoute!

Cliquez ici pour accéder au balado!


Aussi disponible sur iTunes et Google Play.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

dimanche 25 novembre 2018

Projection fédérale Qc125, mise à jour du 25 novembre 2018

À l'aide des sondages des dernières semaines (consultez la liste ici), j'ai mis à jour les projections des 338 circonscriptions fédérales. Les circonscriptions sont classées selon les régions suivantes:


Six partis politiques sont inclus dans cette projection: le Parti libéral du Canada, le Parti conservateur du Canada, le Nouveau Parti démocratique, le Parti vert du Canada, le Bloc québécois et le Parti populaire du Canada.

Voici la projection du vote populaire:





Voici la projection de sièges. Le seuil de majorité à la Chambre des Communes est de 170 sièges.






Pour consulter la carte complète de la projection, cliquez sur l'image ci-dessous:












Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

mardi 20 novembre 2018

Yves-François Blanchet sera-t-il le prochain chef du Bloc québécois?

L’ancien député du Parti québécois et commentateur politique Yves-François Blanchet réfléchit à la possibilité de briguer la tête du Bloc québécois. Il compte faire part de sa décision dans les prochains jours.

La situation n'est pas rose au Québec pour le Bloc depuis la démission de Martine Ouellette. En considérant les sondages des derniers mois, nous constatons que les Libéraux de Justin Trudeau trônent loin en tête des intentions de vote des Québécois. Conservateurs, néodémocrates et bloquistes sont loin derrière. Considérez cette projection du vote populaire fédéral pour le Québec:

Lire la suite de cet article sur le site de L'actualité.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

lundi 19 novembre 2018

Sondage Mainstreet en Beauce: course serrée entre Maxime Bernier et Richard Lehoux

Un sondage de la circonscription fédérale de Beauce a été publié ce matin par la firme Recherche Mainstreet. Ce sondage probabiliste de 616 répondants nous indique qu'il y aurait bel et bien une course entre Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada, et le candidat conservateur Richard Lehoux.

Mainstreet était sur le terrain les 10 et 11 novembre dernier et la marge d'erreur de ce sondage est de ±4%.

Voici les résultats des électeurs décidés et enclins: le candidat conservateur Richard Lehoux obtient 38% des répondants, alors que Maxime Bernier récolte 35%. Nous avons donc ici une égalité statistique entre les deux partis.


Sans surprise, les Libéraux, le Bloc et le NPD ne sont pas compétitifs dans la circonscription de Beauce.

En 2015, Maxime Bernier, alors candidat conservateur, avait remporté facilement le comté de Beauce avec presque 60% des suffrages, plus de 35 points d'avance sur le PLC.


Ce sondage sera considéré lors de la compilation de la prochaine projection fédérale Qc125. Elle devrait être publiée plus tard cette semaine.

* * *

Voici le rapport du sondage.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

samedi 17 novembre 2018

Abacus Data: le PLC confortablement en tête

Un nouveau sondage fédéral de la firme Abacus Data publié ce matin vient confirmer l'avance des Libéraux de Justin Trudeau à 11 mois des élections au pays. Ce sondage, effectué avec un panel internet de 1500 répondants entre le 9 et 13 novembre 2018, accorde un avance de sept points au PLC sur les conservateurs.

Si de tels chiffres devaient se transférer dans les urnes l'an prochain, les Libéraux seraient facilement réélus avec une majorité de sièges à la Chambre des Communes.

Voici les résultats nationaux. Le Parti libéral du Canada récolte 38% des intentions de vote au pays, ce qui est stable selon le sondage Abacus du mois d'août 2018.


Le Parti conservateur du Canada obtient 31% des intentions de vote, un recul de trois points par rapport au sondage d'août dernier.

Le Nouveau Parti démocratique est stable avec 16% et le Parti vert du Canada grimpe modestement à 9%.


Toutefois, c'est le découpage régional qui nous indique à quel point le PLC serait toujours dominant dans les projections de sièges. En effet, dans les provinces de l'Atlantique, le PLQ récolte 59% des répondants - une avance monstrueuse de plus de 40 points sur les conservateurs.

Au Québec, malgré un léger recul depuis août (il ne pourrait s'agir que de fluctuations), le PLC détient toujours une avance confortable sur ses rivaux, avec 36% des répondants.


Loin derrière les Libéraux, nous avons une bataille pour la deuxième place entre le PCC (19%), le NPD (17%) et le Bloc québécois (15%).



En Ontario, le Libéraux conservent une avance de 10 points sur les Conservateurs. Le NPD est loin derrière avec à peine 16% des répondants.

Dans les Prairies et en Alberta, les Conservateurs dominent leurs rivaux, sans surprise. Au Manitoba et en Saskatchewan, le PCC obtient 40% des répondants - 17 points devant les Libéraux. En Alberta, le PCC règne avec 59% des répondants, presque 40 points d'avance sur le PLC.

En Colombie-Britannique, où de nombreux comtés pivots pourraient se décider que par quelques points, la course est plus serrée, mais le PLC demeure en avance.


La firme Léger devrait publier ses chiffres fédéraux la semaine prochaine, je mettrai alors à jour les projections des 338 circonscriptions.


* * *

Les détails du sondage Abacus Data se trouvent ici.




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

vendredi 16 novembre 2018

Calculons les variations des sondages selon les firmes

Voici un exercice intéressant: comparons les sondages de dix firmes canadiennes avec la moyenne des sondages telle que calculée par le modèle Qc125. En tout, 108 sondages fédéraux ont été considérés, soit tous les sondages rendus publics (consulter la liste ici) depuis janvier 2017:

  • 22 sondages de Nanos Research (un à chaque quatre semaines pour éviter d'utiliser des données plus d'une fois);
  • 17 sondages de Forum Research;
  • 15 sondages de Campaign Research;
  • 13 sondages d'Ipsos;
  • 12 sondages d'Abacus Data;
  • 8 sondages de Mainstreet Research;
  • 7 sondages de Angus Reid;
  • 6 sondages de Léger;
  • 4 sondages de EKOS
  • 4 sondages de Innovative Research;

Le tracking des sondages Qc125 considère la taille de l'échantillon des sondages, ainsi que leur date de terrain. Plus un sondage « vieillit », moins sa pondération est importante. L'écart avec la moyenne des sondages est donc mesuré avec la date de terrain des sondages.

Voici les comparaisons avec les chiffres pour le Parti libéral du Canada (axe x) et le Parti conservateur du Canada (axe y):


Nous pouvons remarquer que les firmes Nanos, Campaign Research et Abacus data se trouvent les plus proche du centre (donc plus près de la moyenne des sondages), mais que presque toutes les firmes se trouvent dans un rayon de trois points de la moyenne (EKOS se trouve tout juste hors de cette zone).

L'exception est Forum Research qui, en moyenne, accorde aux conservateurs presque sept point de plus que les autres firmes. C'est un biais considérable. Néanmoins, les sondages Forum tendent généralement à s'approcher du troupeau plus le jour de l'élection approche. En Ontario le printemps dernier, Forum avait mesuré une avance de 19 points aux conservateurs en avril, puis 14 points d'avance au NPD (!!) en mai pour finalement publier un sondage la veille de l'élection qui s'est avéré être parmi les plus précis.

Le graphique ci-haut vous donne une idée de comment je vais pondérer les sondages fédéraux d'ici l'élection d'octobre 2019. En fait, un sondage qui se trouve loin de la moyenne, peu importe la firme, sera attribué un poids moins important dans la pondération - toutefois, si ce même sondage est ensuite confirmé par d'autres firmes, il retourvera a posteriori le poids qu'il aurait dû recevoir.

Telle la suspension d'une voiture qui roule sur une route accidentée, le modèle tente d'atténuer le bruit des sondages.

De nouveaux chiffres seront bientôt publiés et je mettrai à jour la projection férédale. Bonne fin de semaine!




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

mercredi 14 novembre 2018

Recherche Mainstreet: les Libéraux fédéraux toujours loin en tête au Québec

Un nouveau sondage pan-canadien de la maison Recherche Mainstreet nous indique que Justin Trudeau détient toujours une avance confortable dans les intentions de vote au pays. L'échantillon considérable de ce sondage, 7961 répondants, nous permet d'analyser les sous-échantillons régionaux et les résultats sont sans équivoque: avec des avances de dix points et plus dans l'Atlantique, le Québec et l'Ontario, le PLC pourrait remporter une majorité de sièges avant même d'atteindre le fuseau horaire du Manitoba.

Au pays, le Parti libéral du Canada obtient le support de 39% des répondants, soit un niveau similaire aux résultats de l'élection de 2015.







Le Parti conservateur du Canada récolte 35% des répondants, mais obtient l'appui de près de 50% dans les Prairies et plus de 60% en Alberta. Ces hauts niveaux d'appuis dans ces provinces gonflent le score conservateur au niveau national, mais la concentration du vote conservateur rend ce vote inefficace (il y a 34 sièges en Alberta et 28 pour le Manitoba et la Saskatchewan réunis).

Au Québec, les Libéraux de Justin Trudeau possèdent une avance confortable de 20 points sur ses rivaux. En effet, le PLC obtient 41% dans la province:


Le PCC se trouve loin derrière et récolte 20%. Avec un tel niveau d'appuis, les Conservateurs remporteraient fort probablement les circonscriptions déjà acquises dans la grande région de Québec.

Pour sa part, le NPD est en chute libre. Avec à peine 11% au Canada et 12% au Québec, le NPD peinerait à atteindre le seuil de reconnaissance officielle à la Chambre des Communes (seuil fixé à 12 sièges).

De son côté, le Bloc québécois obtient 14% des intentions de vote et ce, toujours sans chef. Plus tôt cette semaine, j'ai écrit dans L'actualité que la chute du NPD au Québec offrait une certaine opportunité au Bloc de se relancer et remporter quelques courses serrées, particulièrement dans les couronnes de Montréal. Or, le prochain chef (ou cheffe) du Bloc devra ralier les électeurs néo-démocrates déçus et pour espérer couper l'avance du PLC. Rappelons qu'en 2011, le Bloc n'avait remporté que 4 sièges malgré 23% du vote au Québec.

Un mot rapide sur le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier: son niveau d'appui au pays et au Québec est similaire, soit 4% des répondants. D'autres firmes comme Nanos n'ont mesuré le PPC qu'à 1% dans le dernier mois. Ce parti aurait-il enfin pris son envol? C'est ce que nous apprendrons dans les prochaines semaines.


Nous attendons donc de nouveaux chiffres Léger dans les prochains jours. Je mettrai alors à jour la projection fédérale Qc125.



Bonne journée à tous et toutes!

* * *

Le rapport du sondage Mainstreet est disponible ici.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

lundi 12 novembre 2018

Esprit politique, épisode #2: Comment reconstruire le Bloc et le Parti Québécois?

[Balado] Esprit politique, épisode #2. Notre invitée cette semaine: la députée péquiste de Marie-Victorin Catherine Fournier.

Balado animé par Marie-France Bazzo avec Alec Castonguay, Mathieu Charlebois et Philippe J. Fournier (Qc125). Bonne écoute!

Cliquez ici pour accéder au balado!


Aussi disponible sur iTunes et Google Play.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

vendredi 9 novembre 2018

Le Bloc québécois peut-il combler l'écart?

Il est bien connu que la performance d'un parti dans une élection provinciale ne se traduisent pas nécessairement pour le parti homologue au fédéral - ni au Québec, ni dans plusieurs autres provinces canadiennes. Au Québec, depuis 1985, le PLQ a été au pouvoir principalement pendant les périodes où le Parti conservateur du Canada - et son ancêtre le Parti progressiste-conservateur - était la formation dominante à Ottawa (1985-1993 et 2006-2012 et 2014-2015).

Lire la suite de cet article sur le site de L'actualité.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

mardi 30 octobre 2018

Québec 2018: post-mortem électoral du modèle Qc125

Il y a trente jours, le Québec est sorti du bipartisme péquiste et libéral qui régnait depuis 1970 en élisant la Coalition avenir Québec avec un mandat majoritaire de 74 sièges.

Commençons ce post-mortem avec un petit récit des événements...

En suivant l'évolution des sondages depuis le début de 2017, nous avons constaté les mouvements suivants auprès de l'électorat québécois:

  • Les Libéraux ont commencé l'année 2017 en tête des intentions de vote, mais avec des appuis moindres que leurs résultats de l'élection 2014. Le Parti québécois n'était pas loin derrière (le sondage Léger de décembre 2016 mesurait même une égalité entre le PQ et le PLQ). La CAQ se situait alors à un niveau similaire à 2014;
  • Au printemps 2017, après que Gabriel Nadeau-Dubois ait annoncé son arrivée chez QS solidaire, les appuis au PQ ont chuté au profit de QS. En mai 2017, sans une hausse significative de ses intentions de vote, la CAQ a pris le deuxième rang - le PQ n'allait jamais s'en remettre.
  • Puis vint l'élection partielle dans Louis-Hébert le 2 octobre 2017. Bastion libéral depuis 2003 avec Sam Hamad, la nouvelle candidate caquiste Genevière Guilbeault remporte avec un score fracassant de 51% des voix, plus de trente points devant la candidate libérale. (Dans mon billet du 3 octobre 2017, j'ai écrit: « Il est certainement possible que cette partielle puisse avoir un effet sur toute la région de Québec. » )
  • À la fin du mois d'octobre, un premier sondage mesurant la CAQ en tête au niveau national est  publié par Léger. En décembre, Qc125 publie un sondage Mainstreet ayant des résultats similaires. La CAQ ne perdra plus cette avance d'ici l'élection générale.
  • En décembre 2017, après la fusion avec Option nationale (et l'épisode du patrimoine/matrimoine/héritage culturel), QS retombe à ses niveaux pré-GND. Toutefois, le PQ se trouve sous la barre des 20% pour la première fois depuis la création de Qc125. 
  • En 2018, avec du recul, nous pouvons constater que les intentions de vote ont été incroyablement stables jusqu'à ce que la campagne s'amorce à la fin août. 

Maintenant, la campagne...

Sondages imprécis, mais pas catastrophiques?


Voici les sondages de la campagne électorale Québec 2018. Les lignes pâles représentent les moyennes pondérées telles que calculées par le modèle Qc125:





La moyenne des sondages dans la dernière semaine de campagne accordait une avance d'environ deux points à la CAQ sur le PLQ. Avec une distribution non proportionnelle des indécis (qui accordait une plus grande fraction des indécis au PLQ), voici la projection finale du vote populaire - publiée le 30 septembre dans L'actualité (« La CAQ aux portes du pouvoir »).




Nous remarquons que les résultats du PQ et de QS se trouvent dans l'intervalle de confiance, mais que les sondages ont été imprécis pour le PLQ et la CAQ. Il est à noter que même avec une répartition proportionnelle des indécis, les résultats caquistes et libéraux seraient tombés hors des intervalles de confiance.

Les sondages auront-ils été affreux? Non, mais ils ont certainement été imprécis pour les deux partis de tête. Cette erreur combinée d'environ 10 points pour le PLQ et la CAQ représente la plus grande erreur des sondages politiques nationaux au Québec. Aucune des élections générales depuis 1998 n'a été aussi mal mesurée par les sondages. Néanmoins, je me permets d'agir en avocat du diable en soulignant ceci:

  1. Les sondages ont tous (à l'exception de CROP) mesuré la CAQ en tête et le PLQ deuxième, même si l'écart entre les deux partis aura été grandement sous-estimé.
  2. Les sondages ont tous mesuré la baisse du PQ. On se rappellera que plusieurs doutaient que le PQ puisse vraiment se trouver sous la barre des 20% comme l'avaient indiqué certains sondages au printemps 2018;
  3. Les sondages ont correctement mesuré la hausse de QS pendant la campagne.


Performance du modèle selon la moyenne de sièges

La veille de l'élection, j'ai publié dans L'actualité que le scénario le plus probable avec les chiffres disponibles était une majorité de la CAQ (probabilités de 55%).

Voici les moyennes de sièges de la projection finale:





Alors que la projection finale accordait à la CAQ la victoire dans près de 90% des simulations, la majorité de ces victoires simulées donnaient à la CAQ une avance de 20 à 35 sièges sur le PLQ - elle l'a finalement remporté 43 sièges de plus que le PLQ (flèche violette sur la figure suivante):





Les moyennes de la projection finale ne pouvaient donc pas être précises si les sondages qui ont nourri le modèle ne l'étaient pas non plus. Toutefois, en regardant les 125 circonscriptions individuellement, nous pouvons remarquer que le modèle n'a pas performé si mal...



Performance du modèle selon les 125 gagnants par circonscription


Le modèle Qc125 classe les circonscriptions selon la probabilité de victoire du parti en tête:

  • Circonscription solide: probabilités de victoire supérieures à 95%;
  • Circonscription probable: probabilités de victoire entre 80% et 95%;
  • Circonscription encline: probabilités de victoire entre 60% et 80%;
  • Circonscription pivot: probabilité de victoire inférieures à 60%;

Voici le nombre de comtés solides, probables, enclins et pivots de la projection finale Qc125 et le taux de réussite de l'identification du gagnant des comtés:






Quatre circonscriptions « solides » ont raté leur marque, une première pour le modèle Qc125 (lors de l'élection du 7 juin 2018 en Ontario, sur 68 circonscriptions dites « solides » le modèle Qc125 avait prédit le bon gagnant dans... la totalité des 68 comtés). Ces circonscriptions sont: Châteauguay, Gatineau, Papineau et Chapleau (trois comtés sur quatre dans la région de l'Outaouais, plus de détails plus bas).

Par définition, une circonscription solide possède une probabilité de victoire de 95% et plus. Ce n'est donc pas surprenant que le modèle ait identifié le bon gagnant dans 95% des circonscriptions solides (70 sur 74). Toutefois, est-ce que de meilleurs sondages auraient changé la projection dans ces quatre comtés?

Dans Châteauguay et Chapleau, la réponse à cette question est: probablement, mais pas assurément. Considérez la projection et les résultats dans Châteauguay:




La projection donnait en moyenne 10 points d'avance au PLQ et il a perdu par 3,4 points. Ici, des sondages plus précis auraient certainement aidé, mais l'historique électoral et la démographie de Châteauguay (33% de non-francophones) faisaient de ce comté un bastion libéral quasi imbattable.

Toutefois, dans Gatineau et Papineau, même des sondages plus précis auraient probablement quand même identifié le PLQ comme favori. Considérez la projection et les résultats dans Gatineau:


Il s'agit ici d'une victoire éclatante pour la CAQ. Afin d'illustrer ce point, considérez l'historique des élections générales dans la circonscription de Gatineau:



Depuis 2003, le PLQ a obtenu au pire 45% du vote populaire dans Gatineau. Au cours de la même période, l'élection la plus serrée avait été celle de 2012, où le PLQ n'avait gagné que par 18 points sur le PQ. En 2014, le PLQ avait obtenu 47 points de plus que la CAQ et il a perdu par 11 points le 1er octobre dernier. Il s'agit d'un « swing » de 58 points! C'est peu donc probable de meilleurs sondages nationaux auraient aidé le modèle dans ce cas.


Les deux circonscriptions « probables » erronées ont été Soulanges et Ungava, toutes deux identifiées comme probable au PLQ et ultimement remportées par la CAQ. Dans ces deux cas, il n'y a aucun doute que des sondages plus précis auraient mené à des projections favorables à la CAQ.

Les quatre comtés « enclins » où le modèle a identifié le mauvais gagnant sont Bourget, Jean-Lesage, Sherbrooke, Îles-de-la-Madeleine. De meilleurs sondages auraient aidé à correctement identifier la victoire caquiste dans Bourget et la défaite libérale aux Îles-de-la-Madeleine, mais je ne peux pas en dire autant pour Jean-Lesage et Sherbrooke - deux circonscriptions maintenant détenues par Québec solidaire. Le modèle montrait que QS était certes compétitif dans ces deux comtés, mais des sondages nationaux plus précis auraient sans doute projeté la CAQ victorieuse dans les deux cas.

Finalement, les trois comtés « pivots » erronés sont Huntingdon, Abitibi-Est et Rouyn-Noranda-Témiscamingue. Ces trois comtés étaient projetés pivots avec le PLQ comme faible favori. L'effondrement inattendu du vote libéral a certainement contribué à ces résultats.

Donc, parmi les treize circonscriptions où le modèle projetait le mauvais gagnant, onze circonscriptions étaient projetées libérales. Naturellement, avec des sondages de la dernière semaine de campagne qui mesuraient les libéraux autour de 30% en moyenne - alors que le PLQ n'a obtenu que 24,8% - il n'était pas erroné de s'attendre à des victoires du PLQ dans ces comtés.


La CAQ (correctement) favorite et sous-estimée dans 62 comtés



En fait, la CAQ a été identifiée comme favorite, mais a été aussi sous-estimée par le modèle dans 62 des circonscriptions qu'elle a gagnées (sur 74). Ces projections imprécises, mais qui identifiaient quand même le bon gagnant, s'expliquent assurément par le fait que les sondages ont sous-estimé le vote caquiste et ont grandement baissé la moyenne de sièges caquistes de la projection finale (63 au lieu de 74).

Quelques exemples? Considérez Pointe-aux Trembles:




Voici Vachon, en Montérégie:



Voici Côte-du-Sud, à la limite de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent:


Dans chacune de ces circonscriptions (et dans 59 autres), la CAQ avait été identifiée comme le parti favori, mais a ultimement été sous-estimée dans la projection finale. Ces circonscriptions ont donc contribué à baisser la moyenne de sièges caquistes de la projection, même si, ultimement, les bons gagnants ont été identifiés.


Des effets hyperlocaux?


L'est de Montréal:

Malgré les victoires caquistes dans Bourget et Pointe-aux-Trembles, la moitié est de Montréal n'a pas été particulièrement favorable à la CAQ. En effet, le modèle a surestimé la CAQ dans les six circonscriptions montréalaises remportées par Québec solidaire. De plus, la CAQ a été sous-estimée dans cinq circonscriptions remportées par le PLQ - où les taux de participation ont d'ailleurs été considérablement plus faibles qu'ailleurs au Québec (voir l'analyse de Dr Claire Durand de l'UdM à ce sujet).

Le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie:

Dans cinq des six circonscriptions de cette région, la CAQ a été surestimée de six à onze points par le modèle Qc125. Ces vastes régions n'ont donc pas suivi les tendances nationales à la hausse pour la CAQ avec la même ampleur. D'ailleurs, la circonscription de Rimouski est un des rares exemples où des sondages plus précis auraient empiré la projection finale:



Il s'agit d'un exemple typique d'un effet hyperlocal: les électeurs rimouskois n'ont pas suivi les tendances nationales, en particulier avec le vote péquiste. Il s'agit d'un des quatre comtés où le PQ a gagné et augmenté sa part du vote par rapport à 2014 (les autres sont Jonquière, Matane-Matapédia et Joliette).


L'Outaouais

En Outaouais, l'effet inverse est survenu: le vote caquiste a grimpé beaucoup plus que la moyenne nationale. Parmi les cinq circonscriptions de la région, la CAQ a été sous-estimée dans chacune d'entre elles et le PLQ a été surestimé dans quatre sur cinq (l'exception était Pontiac).





Conclusion et recommandations



Le modèle Qc125 a correctement identifié 90% des gagnants (112 sur 125) malgré des sondages imprécis justement parce qu'il ne dépend pas uniquement des sondages, mais bien de l'historique des circonscriptions (allant jusqu'à l'élection de 1998), ainsi que des données démographiques des derniers recensements.

Voici quelques recommandations pour les prochaines élections:

  • Augmenter l'incertitude du modèle. Comme l'explique Dr Durand dans son analyse, la qualité des sondages des dernières années au Canada ne s'est pas détériorée, mais les erreurs de sondages sont plus fortement médiatisées que les sondages précis (tout comme les médias ne rapportent pas les avions qui atterrissent en douceur et les trains qui arrivent à l'heure). Néanmoins, même si le gagnant de 90% des circonscriptions a été correctement identifié dans la dernière élection québécoise, plusieurs résultats se trouvaient hors de l'intervalle de confiance de la projection finale.
  • Ajuster la pondération des firmes de sondage. Les firmes Léger, Mainstreet et Ipsos obtiennent tous la même note pour leurs sondages nationaux, car ils étaient tous plutôt similaires (et ont donc tous été imprécis). Toutefois, les firmes CROP et Forum ont publié des chiffres qui ne faisaient aucun sens pendant la campagne - et encore moins de sens après. La pondération des sondages de ces firmes sera révisée à la baisse lors de la prochaine élection. (Angus Reid a publié un sondage qui s'est avéré partiellement précis le 30 septembre après la publication de la projection finale Qc125, alors cette firme n'a donc pas été considérée.)
  • Augmenter la pondération des sondages locaux. La firme Recherche Mainstreet a publié de nombreux sondages de circonscriptions lors de la campagne (pour le compte de Groupe Capitales Médias). Comme il s'agissait d'une nouveauté au Québec, les sondages locaux ont été pondérés avec moins de poids que les sondages nationaux. Il s'agissait d'une mesure de prudence. Toutefois, plusieurs des sondages locaux (mais pas tous) de Mainstreet au Québec et en Ontario (en juin dernier) ont donné des résultats tout à fait respectables. Avec une pondération plus importante aux sondages locaux, le modèle Qc125 aurait mieux performé.
  • Raffiner la variable booléenne des candidats vedettes. Les candidats vedettes, selon le modèle Qc125, sont ceux et celles qui sur-performent leur propre parti. Il s'agit généralement des chefs, de ministres proéminents ou simplement des candidats hautement médiatisés. Par exemple, il est fort probable que, sans Philippe Couillard, Roberval n'aurait pas voté libéral. Il en est de même pour Catherine Fournier dans Marie-Victorin ou Catherine Dorion dans Taschereau. Cette variable a amélioré la projection dans quelques comtés et mérite d'être raffinée avant les prochaines élections.
  • Ajout: Revoir la distribution des indécis. Historiquement, le PLQ récoltait généralement plus d'indécis que ses rivaux - la fameuse « prime à l'urne ». Cette prime à l'urne semblait être causée par un ensemble de facteurs. Avec la fin du bipartisme PLQ-PQ, nous entrons dans une nouvelle ère où les hypothèses du passé pourraient ne plus s'appliquer au contexte actuel.  

Prochain rendez-vous: élection fédérale le 21 octobre 2019.

Ou l'Alberta en mai prochain? À voir.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

dimanche 21 octobre 2018

À 365 jours des élections fédérales canadiennes

Dans exactement 365 jours, le 21 octobre 2019, les électeurs canadiens iront aux urnes lors de la 43e élection générale canadienne depuis 1867. Les Libéraux de Justin Trudeau, au pouvoir depuis 2015, demanderont alors aux Canadiens de leur accorder un second mandat.

Qui remportera cette élection? L'analyse qui suit ne répondra évidemment pas à cette question, mais vise plutôt à peindre le portrait actuel des intentions de vote au pays.

Lire la suite de cet article sur le site web de L'actualité.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.

dimanche 30 septembre 2018

Projection finale Qc125: la CAQ aux portes du pouvoir

Nous y sommes enfin. La toute première élection québécoise à date fixe aura lieu demain, le lundi 1er octobre 2018. Selon toute vraisemblance, et malgré que la campagne électorale comme telle pourrait ne pas avoir marqué l'imaginaire québécois, le résultat de cette 42e élection générale au Québec pourrait chavirer l'échiquier politique pour les générations à suivre.

Lire la suite de cet article sur le site de L'actualité.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.