mardi 6 février 2018

Sondage Ipsos/Le Presse: la CAQ en tête et QS chute

Un nouveau sondage Ipsos/La Presse est publié ce matin dans un article signé de la plume du journaliste Denis Lessard. Ce coup de sonde d'Ipsos confirme quelques tendances des derniers mois. Nous le décortiquons ici en détails.

Il s'agit du premier sondage Ipsos depuis la mi-octobre. À l'époque, le PLQ trônait toujours en tête des intentions de vote avec une avance peu confortable de quatre points sur la CAQ.

Les chiffres ont bien changé depuis.

Ipsos était sur le terrain du 2 au 4 février 2018. Ce sondage a été effectué par une combinaison de méthodes: partiellement avec un panel internet (797 répondants) et partiellement par téléphone (500 répondants). Son échantillon total est donc de 1297 répondants.

Voici les résultats au niveau national:



La Coalition avenir Québec prend donc la tête des intentions de vote chez une troisième maison de sondage (après Léger et Mainstreet) avec 34%, en hausse de six points depuis octobre. En guise de comparaison, les sondages Mainstreet et Léger de janvier accordaient à la CAQ 32% et 39% respectivement.

Le Parti libéral du Québec vient au deuxième rang avec 30% des répondants, une baisse de deux points par rapport à octobre. Le plancher libéral, jadis solide à 30%, montre des signes de faiblesse depuis quelques mois. En troisième place chez les francophones (comme nous le verrons plus bas), le PLQ ne peut espérer sa réélection avec de tels chiffres.

En troisième place encore une fois, le Parti québécois obtient 23% des intentions de vote, soit une baisse marginale d'un point depuis octobre. Même si Mainstreet et Léger mesuraient les appuis péquistes à 18% et 20% il y a quelques semaines, je cautionnerais ici de la prudence envers ceux qui affirmeront que le PQ est en hausse, car tous ces chiffres se trouvent dans une certaine zone d'incertitude aux environs de 21%.

Finalement, c'est Québec solidaire, avec 8% des intentions de vote, qui obtient la plus forte baisse avec une chute de quatre points par rapport à octobre. Il y a plusieurs signes inquiétants dans ce sondage pour QS, dont une chute importante à la fois sur l'Île de Montréal et dans le 450. Nous verrons au cours des prochaines semaines s'il s'agit d'une donnée aberrante ou d'une nouvelle tendance, mais avec Léger qui accordait seulement 9% à QS il y a à peine une semaine, nous avons deux sondages consécutifs avec QS sous la barre des 10% d'appuis au niveau national. Ça fera certainement bouger l'aiguille, surtout dans les circonscriptions d'Hochelaga-Maisonneuve et de Rosemont.

Ajoutons ce nouveau sondage à ceux des derniers mois à notre moyenne pondérée:




Explorons maintenant les sous-échantillons suivants: les francophones, la région de Montréal, la région de Québec et le reste du Québec.



Les francophones


La Coalition avenir Québec creuse l'écart encore une fois auprès de l'électorat francophone avec 40% d'appuis, un bond géant de huit points par rapport à octobre.



Le Parti québécois est stable avec 29%, une valeur substantiellement plus élevée que Léger (23%) et Mainstreet (20%). Est-ce un signe d'une montée après la nomination de Véronique Hivon comme « vice-cheffe » du PQ? Trop tôt pour l'affirmer, mais ce n'est pas à exclure.

Le Parti libéral du Québec, avec seulement 18% chez les francophones, tombe de six points par rapport à octobre. Avec de tels appuis auprès de la majorité francophones, le PLQ pourrait être limité à Montréal, Laval et l'Outaouais si ce chiffre devait se transférer dans l'urne.

Voici la moyenne pondérée des derniers mois:




Les chiffres pour le PQ et le PLQ sont relativement bruyants, mais les firmes sur le terrain au Québec sont maintenant unanimes: la CAQ est en tête du vote francophone.





La région métropolitaine de Montréal



Avec de forts appuis chez les non francophones (74% dans ce sondage), le Parti libéral maintient son avance dans la région métropolitaine de Montréal. La CAQ et le PQ s'échangent quelques points et QS chute.




Clairement, avec ces chiffres et ceux de Léger la semaine dernière, nous pouvons affirmer que la lune de miel de G.Nadeau-Dubois est maintenant terminée. En fait, Québec solidaire se trouverait maintenant presqu'à son niveau pré-GND.

(Dans le rapport du sondage, Ipsos sépare l'Île de Montréal de ses banlieues. QS obtient 12% sur l'île et seulement 4% en banlieue.)

Voici la moyenne des derniers mois dans la région de Montréal.











La région métropolitaine de Québec



Depuis quelques mois maintenant, la région de la Capitale nationale est train de sérieusement tourner au turquoise. Dans ce coup de sonde, la CAQ grimpe de neuf points pour s'installer à 49% des intentions de vote (ce qui concorde avec les dernières données de Léger).

C'est une avance monstrueuse de 28 points sur son plus proche rival, le PLQ, qui recule de quatre points à 21%.




Comme nous pouvons le constater, il n'y a plus de doute quel parti est en train de balayer la région de Québec:








Ailleurs au Québec



Dans les régions du Québec, Ipsos mesure à la fois une hausse de la CAQ et une baisse du PLQ. La formation de François Legault est en tête avec 39%, douze points d'avance sur le PQ qui obtient 27%. Les libéraux reculent de cinq points à 22%





Les tendances des derniers mois dans les régions du Québec se confirment. Voyez par vous-même:







En conclusion



J'analyserai plus en détail les différences et similarités des sondages des trente derniers jours dans un prochain billet. Voici les chiffres nationaux des trois premiers sondages de 2018. Ces chiffres proviennent de trois firmes différentes et de trois techniques de sonde différentes:






Comparons les derniers sondages Léger et Ipsos avec la dernière projection électorale Qc125 publiée dans L'actualité la semaine dernière:





Nous pouvons constater que les chiffres d'Ipsos convergent vers la projection Qc125 pour la CAQ et le PLQ. Toutefois, les données d'Ipsos devaient faire grimper le PQ de quelques fractions de points et avoir l'effet inverse pour QS.

[Ajout] En ajoutant ce sondage au modèle, j'ai effectué 1 000 simulations d'élections. Il ne s'agit pas d'une nouvelle projection complète, mais voici une mise à jour de la projection de sièges (valeurs moyennes):




Plus d'analyse dans les prochains jours.

Bonne journée à tous et toutes!


* * *


Concernant la marge d'erreur, Ipsos écrit dans le rapport du sondage:

En raison de la combinaison de deux modes de collecte de données, Ipsos n’applique pas de marge d’erreur globale à ce sondage. Pour la portion téléphonique de l’étude, la marge d’erreur est de ±4,4%, dans 19 cas sur 20. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est quant à elle mesurée par un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, la portion en ligne de ce sondage est précise à ±4.0%, dans 19 cas sur 20. Cet intervalle de crédibilité est plus grand pour les sous-groupes de la population.




Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.