jeudi 3 mai 2018

Ipsos mai 2018: une course à deux se dessine entre la CAQ et le PLQ

Un nouveau sondage très attendu de la firme Ipsos est publié ce matin dans le quotidien La Presse. Très attendu, car après les déchirements de chemise auquel plusieurs observateurs ont participé suite à la publication des sondages Léger et Mainstreet d'avril, nous avons maintenant une troisième mesure des intentions de vote au Québec. Voici le portrait des électeurs québécois, selon Ipsos, à moins de 5 mois des élections générales au Québec:

La Coalition avenir Québec se trouve encore une fois en tête au niveau national avec 35% des intentions de vote, un niveau stable depuis le dernier coup de sonde d'Ipsos en février. Nous verrons plus bas que la CAQ demeure toujours première auprès de l'électorat francophone et écrase ses rivaux dans la région de la Capitale nationale.


En deuxième place non loin derrière se trouve le Parti libéral du Québec avec 32%, une hausse modeste de deux points par rapport à février. Le PLQ est toujours premier à Montréal et performe relativement bien en régions, mais tous les sièges libéraux de Québec et de Chaudière-Appalaches seraient hors de portée avec de tels chiffres.

Loin derrière nous retrouvons le Parti québécois à 20%, son plus bas niveau depuis que la firme Ipsos a commencé à sonder les Québécois à l'automne 2017. Selon ce sondage, le PQ serait troisième aussi dans la couronne 450 de Montréal (Montérégie est, Montérégie ouest, Laval et la Couronne nord), ce qui serait dévastateur pour la troupe de Jean-François Lisée.

Finalement, Québec solidaire est stable avec 8% des intentions de vote. C'est chez Ipsos que QS obtient généralement ses résultats les plus bas, alors j'invite les lecteurs solidaires à la prudence.

Voici les sondages Ipsos depuis l'automne 2017:


Et voici les sondages, toutes firmes confondues, publiés dans les douze derniers mois au Québec:


C'est en mai 2017, alors que le PQ flirtait avec l'idée de la convergence souverainiste (qui fut ensuite refusée par les membres de QS), que la CAQ a dépassé le PQ dans les intentions de vote. À l'époque, je me souviens d'avoir écrit que c'était peut-être une anomalie statistique. Force est d'admettre que, douze mois consécutifs plus tard, la CAQ est maintenant loin devant le PQ et la tendance, quoiqu'elle pourrait encore changer, semble être lourde.

Regardons maintenant les sous-échantillons démographiques et régionaux de ce sondage.




Les électeurs francophones



Chez les francophones, la Coalition avenir Québec demeure stable avec 41% et possède maintenant une avance importante de 17 points sur le PQ, son plus proche rival.

Le Parti québécois n'obtient que 24%, un recul de cinq points par rapport à février. Cet écart considérable avec la CAQ pourrait être dommageable pour le PQ, car ces deux formations se font compétition généralement sur le même terrain.

Le Parti libéral est toujours troisième chez les francophones et n'obtient que 20% de cet ensemble démographique. Même si le PLQ demeure compétitif pour octobre avec ces chiffres nationaux, ce retard chez les francophones fait en sorte qu''il est de plus en plus isolé à Montréal et en Outaouais.



La région métropolitaine de Montréal




À Montréal, le Parti libéral domine encore. En fait, Ipsos sépare ses chiffres montréalais entre l'île de Montréal et sa couronne. Résultat: le PLQ obtient 47% sur l'île (1er rang) et 29% dans la couronne (2e rang). Au total, le PLQ obtient 38% dans la région métropolitaine de Montréal.


La Coalition avenir Québec est maintenant deuxième sur l'île de Montréal (22%) et première dans la couronne (36%). En combinant ces chiffres, nous obtenons un total de 30% pour la CAQ dans le grand Montréal, une hausse de quatre points depuis février.

Le Parti québécois est troisième sur l'île et dans la couronne de Montréal, ce qui lui donne un score de 20% dans la métropole.





La région métropolitaine de Québec


Dans la Capitale nationale, la Coalition avenir Québec domine les intentions de vote depuis plus d'un an et ces nouveaux chiffres vont dans le même sens: avec 55% à Québec, la CAQ pourrait rêver de balayer la région, y compris les châteaux forts de Jean-Talon et Taschereau.




Ailleurs au Québec



La Coalition avenir Québec demeure en première place hors des régions de Montréal et de Québec avec 36% des intentions de vote, un faible recul de trois points.

C'est le Parti libéral, avec 29%, qui enregistre la plus forte hausse dans ce sous-échantillon, soit sept points.



En conclusion


Comment se sondage Ipsos se compare t-t-il avec les derniers coups de sonde des autres firmes sur le terrain au Québec? Voici:


À l'exception du 16% au PQ mesuré par Mainstreet (tel que mentionné dans ce billet, il s'agissait probablement d'une donnée statistiquement aberrante), les trois firmes présentent généralement le même portrait des électeurs québécois. La CAQ est en tête, mais les libéraux ne sont pas loin derrière. Le PQ et QS stagnent et demeurent généralement au même niveau depuis le Nouvel An.

Comparons maintenant ce sondage à la dernière projection électorale Qc125 publiée dans L'actualité la semaine dernière:


À l'exception de QS, les résultats de ce sondage se trouvent tous à l'intérieur des intervalles de confiance de la projection. Ces derniers chiffres d'Ipsos devraient faire grimper la CAQ et le PLQ quelque peu et fera baisser le PQ marginalement.

Selon nos informations, les firmes Léger et Mainstreet sont toutes deux sur le terrain au moment d'écrire ces lignes. Nous aurons donc des nouveaux chiffres à nous mettre sous la dent sous peu.

Bon jeudi à tous et toutes!


* * *

Pour consulter le rapport complet du sondage Ipsos, visitez ce lien.



Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.