mardi 8 mai 2018

La campagne est lancée en Ontario: projection électorale Qc125 du 9 mai 2018

La campagne électorale en Ontario est maintenant lancée. Le Parti libéral de l'Ontario, au pouvoir depuis 2003, n'a que 29 jours pour convaincre l'électorat ontarien de lui redonner les clés de Queen's Park.

Les progressistes conservateurs de Doug Ford sont demeurés en tête dans chacun des sondages d'avril et semblent détenir un certain « momentum » à l'ouverture de cette nouvelle campagne­.

De son côté, la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath parviendra-t-elle à convaincre les électeurs libéraux de se joindre à son équipe pour bloquer Doug Ford? Les trente prochains jours devraient être particulièrement intéressants.

Six sondages ont été publiés depuis la projection électorale Qc125 du 8 avril dernier par les firmes Mainstreet, Forum, Nanos, Léger, Pollara et Abacus. Les voici:


Un seul de ces sondages diffère substantiellement des autres: il s'agit du dernier d'Abacus Data qui ne mesure que six points d'écart entre le PPCO et ses rivaux. Les autres firmes indiquent tous que le PPCO est confortablement en tête - avec une avance qui varie de 10 à 17 points selon les autres firmes. Pour la liste complète des sondages de l'Ontario, visitez cette page.

Nous ajoutons donc ces sondages à la moyenne pondérée des derniers mois. Voici les chiffres publiés depuis le Nouvel An:


Les sondages utilisés dans cette projection sont soigneusement pondérés selon la taille de leur échantillon et leur date de terrain. Les sondages plus récents possèdent un poids plus important dans la pondération. L'historique des circonscriptions ontariennes (avec données transposées à la nouvelle carte électorale) est aussi un aspect important de la pondération du modèle.

À 29 jours du scrutin en Ontario, voici la projection électorale Qc125 du 9 mai 2018.


1. Projection du vote populaire


Sans surprise, le Parti progressiste conservateur de l'Ontario détient toujours la tête de la projection du vote populaire avec une moyenne de 42,5%, une baisse modeste de 0,6 point par rapport à avril 2018. Dans un système à trois partis comme celui de l'Ontario, une telle avance sur ses rivaux résulte généralement en un gouvernement majoritaire.

Au deuxième rang et en baisse encore une fois dans cette projection se trouve le Parti libéral de l'Ontario avec 26,7% de moyenne au vote populaire. Sous la barre des 30%, le vote du PLO est hautement inefficace de telle sorte que le PLO pourrait perdre énormément de sièges qui leur étaient acquis depuis longtemps, notamment dans l'est de l'Ontario et dans la couronne du 905.

En hausse significative de 1,9 point se trouve le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario avec une moyenne de 24,1%. Le NPDO est-il en train de dépasser le PLO dans les intentions de vote des Ontariens? C'est trop tôt pour l'affirmer, mais les forts taux d'insatisfaction du gouvernement de Mme Wynne font en sorte que le vote « anti-Ford » pourrait commencer à se déplacer vers la formation de Mme Horwath. Les prochains sondages pourront confirmer ou infirmer cette hypothèse.

Finalement, le Parti vert de l'Ontario obtient une moyenne de 5,2%.


Voici les moyennes du vote populaire avec les intervalles de confiance de 95%:

Nous pouvons remarquer que les intervalles de confiance du PPCO ne croisent pas celui de ses rivaux. En effet, le PPCO remporte le vote populaire dans les 50 000 simulations de cette projection.

Comment ces appuis se traduisent-ils en sièges? Voici.



2. Projection des totaux de sièges



Fort d'une avance de plus de quinze points sur son plus proche rival, le Parti progressiste conservateur de l'Ontario remporte une moyenne de 83,3 sièges et se trouve confortablement en terrain majoritaire (le seuil de la majorité est de 63 sièges).

En deuxième place et, avec les chiffres actuels, en position favorable pour devenir l'opposition officielle à Queen's Park se trouve le Nouveau Parti démocratique de de l'Ontario avec une moyenne de 24,3 sièges. Il s'agit d'une hausse 2,6 sièges par rapport aux chiffres d'avril.

Finalement, le Parti libéral de l'Ontario, avec son vote inefficace grugé à la fois à droite et à gauche, demeure stable avec une moyenne de 16,4 sièges.


Voici les intervalles de confiance des totaux de sièges:


Nous pouvons d'ailleurs constater que l'intervalle de confiance inférieur du PLO se trouve à seulement 4,9 sièges, ce qui signifie que le PLO - s'il devait continuer de descendre dans les sondages - pourrait obtenir moins de huit sièges en juin prochain et donc perdre le statut de parti officiel à l'Assemblée législative.

Voici les distributions statistiques des totaux de sièges:



3. Projection du vainqueur



Avec une telle avance, il n'est pas étonnant de calculer le PPCO comme étant un net favori au départ de cette campagne. En effet, le PPCO remporte la totalité des 50 000 simulations d'élections générales de cette projection. Plus encore, la probabilité actuelle d'un gouvernement conservateur majoritaire est de 99,9%.

Ni les libéraux, ni les néo-démocrates ne remportent des simulations. De plus, aucune simulation ne se termine avec une égalité au sommet des totaux de sièges. Supposons hypothétiquement que ces chiffres tiennent jusqu'au 6 juin prochain et que le PPCO devait perdre l'élection, cela signifierait que toutes ces firmes de sondages auraient vastement surestimé le vote conservateur.

Mais l'historique récent des campagnes électorales au Canada nous indiquent que les campagnes peuvent tout chavirer. Campaigns matter.

Je suivrai avec attention les mouvements de l'opinion publique ontarienne au cours de cette campagne.



4. Distribution régionale


Pour la carte complète de cette projection, ainsi que les projections des 124 circonscriptions de l'Ontario cliquez sur ce lien.
http://blog.qc125.com/2018/05/carte-de-la-projection-electorale-qc125.html


Conclusion


En théorie, avec une telle avance, le PPCO n'a qu'à bien se tenir, ne faire aucune gaffe majeure et il devrait être porté au pouvoir le 7 juin prochain, n'est-ce pas?

N'en soyez pas si sûr: les campagnes électorales des dernières années au Canada ont comporté leurs lots de surprises. Même si les sondages au Canada ont généralement bien performé aux niveaux provincial et fédéral dans la dernière décennie, il y a eu des exceptions, notamment l'Alberta en 2012 (où les sondages donnaient le Wild Rose Party victorieux, mais les progressistes conservateurs l'ont emporté) et la Colombie britannique en 2013 (où le NPD semblait en route vers la victoire, mais les Libéraux de Christy Clark ont causé la surprise).

Néanmoins, si le PPCO devait perdre cette élection, ça serait alors une remontée historique de la part du vainqueur... Nous aurons des réponses dans 29 jours.





Philippe J. Fournier est le créateur de Qc125. Il est professeur de physique et d'astronomie au Cégep de Saint-Laurent à Montréal. Pour toute information ou pour une demande d'entrevue médiatique, écrivez à info@Qc125.com.

Philippe J. Fournier is the creator of Qc125. He teaches physics and astronomy at Cégep de Saint-Laurent in Montreal. For information or media request, please write to info@Qc125.com.